Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mer 29 Juil - 4:06

La journée était déjà bien entamée à Bandle City. Elle semblait paisible comme les autres jours qui ont précédé celle-ci. De ce fait, on m’avait accordé quelques jours de repos. Ou plus communément appelé « vacances ». Personne ne semblait pour le moment vouloir attaquer la patrie des Yordles et donc on n’avait pour le moment pas besoin de mes services. Je pouvais donc profiter d’une journée de repos pour me détendre et passer plus de temps avec mes parents toujours vivant bien qu’affaiblit par la vieillesse.

Enfin… C’était sûrement ce qu’aurait fait un Yordle « sain d’esprit », si je puis m’exprimer ainsi, ce qui était loin d’être mon cas. Bien évidemment j’avais essayé de me détendre le matin, je jouais à des jeux de sociétés avec mes parents, mais je ne supportais pas cela, je manquais cruellement d’activité et je m’ennuyais. Je décidai alors, l’après-midi venu, de sortir de la maison familiale et d’effectuer une patrouille non officielle. Ainsi, même s’il ne se passait pas grand-chose à Bandle en ce moment, je pouvais tout de même me promener et ainsi aider les Yordles qui en avaient besoin.

Je croisai alors la route d’une Yordle un peu âgée qui portait deux gros sacs qui semblaient un peu lourd, coiffé de mon fidèle chapeau vert, je vins à sa rencontre et la salua en soulevant mon couvre-chef :

- Bonjour Madame, laissez-moi vous aider à porter vos courses jusqu’à chez vous.

La femme accepta et me confia ses sacs. Nous partîmes donc vers sa maison, elle ouvrait la marche, me montrant ainsi le chemin et je la suivais, restant auprès d’elle et à l’affût de chaque bruits suspects. Après tout nous n’étions pas à l’abri d’un vol, surtout dans la rue. Bien heureusement, nous arrivâmes à la maison de la Yordle qui me remercia après que j’ai été déposé ses sacs à l’intérieur de son domaine. Il s’agissait d’une maison plutôt modeste, elle faisait partie des Yordles assez aisé, probablement. Elle me demanda si je voulais quelque chose en retour du service que je lui avais donné, je rétorquai en lui disant que c’était mon devoir et que je n’attendais rien en retour. Mais elle insista et alors que j’apprêtai à sortir de sa maison elle m’offrit une petite bourse de quelques pièces en cuivre. Je ne pu refuser et parti en la remerciant.

Je repris alors ma promenade, me dirigeant petit à petit vers le quartier commerçant de la ville, ce n’était pas un pur hasard, je savais que la plupart du temps les voleurs, et autres voyous de ce genre, aimaient beaucoup effectués leurs méfaits dans ce quartier en journée, sûrement parce qu’il y avait souvent énormément de personnes dans ces rues et donc il y avait plus d’ennemis potentiels. Je marchai donc tranquillement, toujours très vigilants des attitudes des Yordles qui étaient autour de moi. Au moindre mouvement suspect, j’étais près à sauter sur le moindre voyou, même si je n’avais pas ma sarbacane, et encore moins mes poisons, entre les mains.

HRP:
 





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Jeu 30 Juil - 16:36
Et voilà... La Ligne possède un nouveau Champion. Plus précisément "une", qui porte le nom de Zyra... Comment je le sais ? Parce QU'ON l'a amené à l'Institut pour la confier à ces espèces de mages de pacotilles que sont les Invocateurs ! Saleté de moine... Quand je te retrouverais Lee Sin, je t'en toucherais deux mots que tu ne seras pas prêt de... Oh et puis zut...
Il n'avait pas eu tort sur un point : On ne peut pas s'occuper nous même de Zyra sans connaître absolument tout d'elle. Et moi même je manquais un peu de connaissance pour être sûr et certain qu'elle n'était pas un danger pour nos vies. Mais je dois avouer qu'après la traverser de Kumungu, Shurima et tout le reste, tous les trois ensemble... Je... Pfff... Cela m'a fait tout bizarre de les abandonner aux portes de l'Institut de guerre.
Déjà, en premièrement, j'ai volé un joyau de téléportation - Ce qui ne va sûrement pas plaire aux mages en violet quand ils s'en rendront compte et vue que je l'ai cassé et abandonné les morceaux dans la jungle, ils vont me taper sur les doigts. En secondement, j'ai quelque chose à faire qui me presse, et mon incident avec le joyau m'a retardé de plusieurs jours où j'ai dû les passer avec Lee Sin et Zyra... Plusieurs jours sans faire de recherche sur mon véritable but.

... Quoi ?! D'accord, je n'ai pas envie de recroiser ni des Champions, ni des Invocateurs après mon duel avec Karthus qui a très mal fini POUR LUI - Je tiens à le rappeler...
Il a failli me tuer ? Oh mais non ! Non pas du tout... Disons que son rayon de la mort m'a grillé quelques poils, certes... Ça aurait pu être pire.
Mais tout ceci n'a pas d'importance... La bibliothèque de l'Institut ne m'a pas apporter les renseignements suffisant à propos de la pierre magique de Lulu. Alors je m'en vais voyager à nouveau vers le Sud - Cette fois sans incidence ...
Vers un endroit que je connais bien. Une région qui m'a vue naître. Là-bas où plus personne ne veut entendre parler de moi, ni m'y voir d'ailleurs.
Moi, Veigar, le yordle banni de sa propre ville qui est Bandle City...



En plus d'une semaine, il arriva enfin sur une colline qui surplombait le petit bois qui entourait Bandle. Il s'était arrêté là pour faire une pause, regardant durement sa cité natale. Il avait dû mal à la reconnaître en faite... Elle possédait de nouvelles constructions et elle s'était considérablement bien étendue. Les champs semblaient plus fournis, capable de nourrir une population qui a dû doublé depuis son départ... Cela fait combien de temps qu'il n'avait pas posé les pieds à l'intérieur de Bandle ? Il était partis de chez lui depuis plusieurs années et son seul passage fut relativement furtif - Le jour où il avait voulu s'emparer du Vaisseau-Mère.
D'ailleurs, elle surplombait toujours la ville de sa magnificence mystérieuse de tôle et de sa forme ressemblant à une fusée. Veigar croise les bras, l'air pensif. Il n'était pas présent, à nouveau dans son ancien chez lui, pour "elle". Cette fois-ci, il était préoccupé par autre chose. Une pierre, de la puissante magie qui s'en dégageait. Il voulait en savoir plus... Et il espérait trouver quelque chose dans les livres de Bandle.
Pourquoi les yordles posséderaient un quelconque savoir sur la magie, alors qu'ils étaient plutôt versés dans l'ingénierie et la mécanique ? Détrompez vous, ils restaient des êtres magiques, descendant d'une espèce assez vieille. Certains livres, où Veigar lui-même avait pu y mettre le nez étant jeune, renfermaient peut-être quelque chose qui parlait de ces lointaines époques. Il ne cherchait pas vraiment à connaître quelque chose de précis, tout ce qu'il voulait, c'était se remémorer les différentes magies qui auraient pu être découvertes par leurs ancêtres.

Dans un long soupire, le mage noir se retourna vers un petit sac à dos. Il fourra son chapeau, son gant et son manteau à l'intérieur, le fermant solidement avec la boucle. Vêtu d'un pantalon quelconque, l'on pouvait remarquer sur son pelage dorsale les nombreuses cicatrices de son passé douloureux. Il leva son sceptre, citant une formule qu'il avait apprise par cœur fait exprès pour cette journée. En quelques secondes, le sortilège changea le corps du yordle dans un "poc" distinctif. Le nouveau visage de Veigar sourit, satisfait de sa performance. Désormais habillé d'un veston et d'un pantalon ayant un peu plus de gueule, le pelage noir avait laissé place à un beige et blanc parfait. Plus de cicatrices, et même ses yeux jaunes avaient été modifié pour un bleu azur. Pas mal pour une première fois.
Mais il n'allait pas rester longtemps comme ça... Veigar jeta un coup d’œil à son sceptre, modifié lui aussi pour évité d'être reconnu par tous ceux qui s'amuseraient à regarder les match de la Ligue. A la place de la forme en "M", c'était d'un simple bâton en vois, protégeant en son centre le joyau qui était le seul à ne pas avoir reçu de modification. Et pour cause, c'était lui qui gérait toute la transformation. Il maintiendra ce sortilège le temps qu'il faudra à Veigar de rejoindre la bibliothèque, trouver les livres qu'il cherche, et de partir aussi vite que possible.
Ni vue, ni connu, sans encombre...

Il imaginait que tout allait bien se passer... Et pourtant, rien n'était gagné, car à peine était-il arrivé aux portes de Bandles, qu'il se mit à angoisser... Pourquoi ? Pourquoi maintenant ?! Son poing serra son bâton de bois, usant de toute sa volonté, pour enfin dépasser la porte. Il entra dans la ville. Il fut assaillit par de nombreux souvenirs : le bruit, les odeurs, les rires, tous ces yordles qui vaquaient à leurs occupations, les enfants qui jouaient... La vie qui tournait dans Bandle City.
Veigar se retint de se crisper lorsque des congénères passèrent non loin de lui. Quelques personnes le regardaient, certains avec un sourire... Essayant de faire comme si tout allait bien, il lâchait en réponse un sourire, quoi qu'un peu crispé malgré sa maîtrise. Il avait beaucoup de mal à rester parfaitement "masqué". Il ne fallait pas oublier qu'un yordle avait dû mal à mentir. Mais Veigar était le Seigneur des Maléfices, et il s'était entraîné dur pour réussir un jour ce genre de sortilège. Il devait jouer la comédie, s'adapter à ces lieux... Il se rappelait du chemin de la bibliothèque, petit il le faisait tous les jours.
Tout ce qu'il avait à faire, c'était de passer par le quartier des commerçants pour rejoindre le centre ville. Là-bas, il passerait non loin de la mairie, qu'il évitera à tout prix. Et il sera arrivé...

D'un pas naturel, paraissant joyeux, Veigar se faufilait au milieu de la foule. Beaucoup se pressait dans le quartier commerçant pour acheter toutes sortes de marchandises de Bandle et même celle qui avaient été importés. On pouvait voir des produits venant de Demacia, notamment des spécialités culinaires très apprécié par les yordles. Oh, mais un marchand semblait vendre des livres, là-bas... Il n'avait sûrement pas ce qu'il cherchait, mais il s'attarda tout de même devant l'établi, par curiosité, jetant un coup d’œil sur les titres. Évidemment, rien ne se passait comme prévu, car un petit filou, jeune yordle mais déjà agile, piqua le peu de valors du mage noir, qui se trouvait dans une bourse. Ce dernier protesta mais le petit s'était déjà carapaté pour éviter les foudres de sa victime. Il était loin d'imaginer à qui il avait à faire... Mais Veigar se souvint qu'il devait éviter d'utiliser de la magie noire, en particulier ici ...
- Fait chier... Je vais devoir jouer la comédie même pour ça ?! , murmura pour lui-même le maléficien. Si je ne l'arrêtes pas, je ne pourrais pas entrer dans la bibliothèque sans la monnaie... Le joyau risque d'utiliser trop d'énergie si j'essaye de créer un sort illusoire... Tant pis. Je n'ai pas le temps de courir après lui.

Sur ses pensées, le yordle commença à courir après le petit voleur, réfléchissant à un sort qui ne fasse pas trop "bonjour, je maîtrise les arcanes sombres" pour l'arrêter. Bon sang, il faut que ça arrive à moi ce genre de situation stupide !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Sam 15 Aoû - 1:47

Oh cela promettait être une journée tout à fait calme ! Ou en tout cas, c'était ce que je me disais au début alors que je marchais le long des rues de Bandle City. Cependant je restais tout de même à l'affût d'un mouvement qui se voulait suspect. Même si les Yordles semblaient gaies et ne chercher aucunes noises, nous n'étions tout de même pas à l'abri d'un petit délit comme un vol. Et on pouvait dire que j'avais raison de rester sur mes gardes.

Un jeune Yordle passa devant moi en courant. Inutile de dire qu'il était très pressé, cela se voyait. Je me demandai bien pourquoi est-ce qu'il courrait, sûrement qu'il était poursuivi… Je regardais vers la direction d'où il venait et je vis alors un autre Yordle qui semblait tout aussi pressé… Á moins qu'il était en train de lui courir après ? Ce Yordle arborait d'un pelage beige et blanc et portait un simple veston, il semblait très propre sur lui. Il ne me fallut pas plus longtemps pour comprendre que le jeune qui courrait devant lui devait avoir volé quelque chose à ce pauvre Yordle. Inutile de vous dire que je me suis empressé de l'aider. Courant aussi vite que je le pouvais, je ne tardais pas à rattraper ce petit voyou et lui attrapai les vêtements, le tirai ce qui le força à s'arrêter.

- Aller mon grand ! Sois gentil et redonne son bien à monsieur si tu ne veux pas de problème !

Le jeune Yordle se mit à marmonner dans sa barbe mais il voyait bien à mon visage que je ne plaisantais pas. Sans vouloir me vanter, j'étais tout de même très célèbre dans Bandle City et donc tous me connaissaient ou du moins connaissaient ma dureté, je faisais régner l'ordre et pouvait ne montrer aucune pitié envers les personnes qui troublaient la tranquillité de mon village. Ce gamin devait donc le savoir aussi alors il ne chercha pas à lutter d'avantage et me donna la bourse de l'autre Yordle qui arrivait derrière nous tendit que le jeune s'en alla, le visage boudeur.

Je me retourna vers le Yordle et lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. Je lui lança sa bourse en disant :

- Voilà, Monsieur, tout est rentré dans l'ordre ! Mais si je peux me permettre, faites plus attentions à vos affaires, surtout dans une foule comme celle-ci !

Je regardais le visage de cet inconnu. J'avais beau le dévisagé complètement, je n'arrivais pas à me souvenir d'avoir vu un Yordle tel que lui. Peut-être venait-il de Pitlover et donc c'était pour cela que son visage était loin de m'être familier ? Il n'avait pas l'air d'un savant fou mais comme on dit « l'habit ne fait pas le moine. » Dans tout les cas je notais qu'il avait de grands yeux magnifiques, j'en étais presque jaloux moi avec mes petits yeux bridés.

- Excusez-moi… Vous n'êtes pas d'ici, n'est-ce pas ? Vous venez ici pour voir de la famille ?

Une déduction tout à fait logique, en général les Yordles de Pitlover venaient à Bandle pour rendre visite à leur famille qui était restée ici, je m'étais dis qu'il en était de même pour cet inconnu. Sûrement que cette petite mésaventure avec ce jeune voleur alors je m'étais dis que je pourrais l'accompagner jusqu'à destination, cela pourrait peut-être le rassurer.





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Sam 29 Aoû - 17:55
Si je t’attrape petit voleur, je te ferais passer le pire quart d’heure de ta vie ! Et je me fiche de savoir que ça te fera mal… On ne vole pas le Seigneur du Mal sans en subir les conséquences adéquates ! COMMENT CA, je dis souvent ce genre de choses ?!? ET ALORS ? Ce monde est rempli de personnes qui existent pour nuire à mes plans. Grrgnnnnhhn !
… Bon sang, mais c’est qu’il court sacrément vite… Il va falloir que j’emploie les grands moyens. Pas le temps de réfléchir à un subterfuge, je vais lui lancer un maléfice, ça lui apprendra !


Sur ses pensées si diaboliques, le mage noir, déguisé sous une apparence plus amicale, s’arrêta, préparant son sortilège. Il risquait de se faire repérer par des yordles familiarisés avec ce genre de magie, étant donné que Veigar est déjà passé plusieurs fois à Bandle City pour causer des soucis. Mais sur le coup, il ne souhaitait que récupérer son argent. Il ne devait pas perdre une seconde de plus s’il voulait atteindre son objectif, puis repartir de Bandle aussi vite qu’il est venu. Sans se faire parler de lui, sans que personne ne le remarque… Cela changera de d’habitude.
Au moment où Veigar s’apprêtait à lancer son sortilège sur le petit, ce dernier est stoppé par quelqu’un… Le mage noir se figea dans son mouvement, resserrant progressivement sa main sur l’énergie bouillonnante pour pouvoir l’écraser dans sa paume et la faire disparaître. Son regard fixait l’individu qui avait attrapé le voleur et lui parlait. Il fronça doucement les sourcils… Il avait déjà vue ce chapeau vert quelque part… Veigar se rapprocha, prudemment. Il entendit la voix de la personne qu’il cherchait à identifier. Son cœur se serra, et il eut dû mal à maitriser ses émotions. Teemo ?!
Le yordle se pinça la lèvre inférieur, ses poings se serrèrent, et il tapa du pied, comme un tic nerveux, sur le sol. Calmes toi, mon vieux, calmes toi… Surtout… ne fais pas le con.

Le scout réussit à convaincre le petit voleur de rendre le bien du mage. Il se tourna vers lui… Ce chapeau, ce visage, ce yordle devant lui dans tout son entier était bien ce brave et reconnu Teemo. Il était là, juste en face de lui. Il lui lança la bourse, et Veigar la rattrape de justesse, les mains légèrement tremblantes. Il devait se maitriser. Il le fallait… Mais c’était Teemo qu’il avait sous ses yeux, ce même yordle qui lui parlait comme avec n’importe qui. Alors qu’en temps normal, ils se seraient affrontés.
Malgré son envie de défaire son sortilège de déguisement pour sauter à la gorge du Scout, il lui sourit poliment en guise de remerciement et acquiesça face au conseil.
Ils se dévisagèrent, ensuite, pendant plusieurs minutes. Teemo semblait chercher à savoir qui il était. On voyait bien qu’il fouillait dans sa mémoire… Au vue de son statu, il devait connaître beaucoup de monde, mais le visage blanc-beige aux yeux bleus de ce yordle lui était étranger, semble t-il. Veigar lui sourit, un peu gêné. Qu’est-ce que je vais faire maintenant… Et s’il me reconnait ? Est-ce qu’il m’attaquera ?! En général, c’est toujours moi qui… qui ouvre les hostilités le premier…
C’était bien vrai. Veigar, le petit démon, le terrible mage yordle venait de temps en temps à Bandle pour exécuter ses plans diaboliques. Et Teemo était toujours là pour le contrer, protégeant leur patrie… Enfin, son ex-patrie en ce qui concernait Veigar, car bien évidemment il était exilé depuis son attaque sur le Vaisseau-Mère.

Veigar eut dû mal à sortir de ses pensées, alors que Teemo attendait une réponse de sa part, bien lente à venir… Il pencha la tête sur le côté, n’ayant pas compris sur le coup. Puis, il baissa le regard quelques secondes le temps de réfléchir à un mensonge de plus…
- Oh je… Non ! Du tout. En faite j’ai voyagé jusqu’ici pour pouvoir étudier… Oui, étudier ici, à Bandle ! – Il finit avec un grand sourire pour paraître plus sympathique – Je… Je suis désolé de vous avoir dérangé, je ne voulais pas m’attirer d’ennuis…
Pourquoi est-ce que je continue la conversation ? Suis-je si stupide ? … Bon sang, en vrai, c’est difficile de rester cacher… Je n’ai pas l’habitude de me « déguiser ». Mon sort fonctionnerait pour n’importe qui, mais avec Teemo… Lui ? Je suis sûr qu’il va me reconnaître…

Un malaise naquit, alors que le mage noir commençait à douter de ses propres capacités. D’apparence, il essayait de paraître aimable et curieux à l’égard de Teemo. Mais intérieurement, c’était une fournaise en voie d’explosion. Je n’ai… aucune raison d’être hostile… Aucune ? Envers lui, si, j’en ai trois tonnes de raisons et je- … Je… Grr… Non, je n’ai aucune raison, « maintenant », d’être menaçant, violent, paranoïaque, destructeur, et tout ce qui se rapproche de près ou de loin à « moi » et à ce que je suis : un méchant yordle. Aucune.

Il se répétait, sans cesse, ces mots dans sa tête. Et même si ceci ne lui donnait pas l’impression d’être soutenu, il pouvait au moins se concentrer sur quelque chose d’autre que sa colère bénigne… Une colère qui pouvait très vite s’enflammer et devenir dangereuse. Et tout ça pourquoi ? Parce que lui, parce que eux, parce que Veigar était toujours contre les autres…
Le yordle « masqué » étira un léger sourire qui se voulait agréable, quoi qu’un peu forcé. Il salua avec beaucoup de bonnes manières le Scout avant de se retourner et… De regarder autour de lui, sans savoir où il se trouvait. Bon sang, Bandle avait tant évolué que ça ?! En courant derrière le voleur, il s’était simplement trop éloigné et ne se souvient plus du chemin à prendre pour se rendre à la bibliothèque de la ville. L’air perdu et embarrassé, il se tourna à nouveau vers Teemo avec un rire nerveux :
- Mince… Je ne suis pas sûr de me souvenir du chemin pour la bibliothèque… Puis-je prendre de votre temps pour me… me guider ? Cela me gêne beaucoup de vous demander pareille service après cette mésaventure, je vous dois déjà tant…

Je suis vraiment stupide. Et ridicule, en plus.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mer 2 Sep - 15:46

J'étais plutôt content, j'avais encore fait une bonne action, youpiii ! Bon non, en fait, je m'en fichais, cela faisait partit de mon job. Mais j'étais tout de même ravi d'aider son peuple, si je puis m'exprimer ainsi, me rendre utile à quelqu'un avait un petit côté satisfaisant, c'était en tout cas toujours mieux que de se sentir totalement inutile à ses propres yeux. Et j'étais bien loin de me sentir inutile… Donc pouvons nous dire que j'étais un Yordle heureux ? Sûrement que oui.

De plus, « aider » pouvait permettre, comme dans ce cas présent, de rencontrer de tout nouveau visage. Bien que je tentais tant bien que mal de le cacher, j'étais, comme une bonne majorité des Yordles, une personne amicale et qui appréciait beaucoup la compagnie d'autruit ainsi que de se faire de nouvelles connaissances. j'aurais pu sauter de joie mais devais me rester professionnel et donc me contentai de sourire amicalement à son vis-à-vis que je ne connaissais ni d'Eve et d'Adam. Ayant très envie de faire sa connaissance, je demandai à ce Yordle aux magnifiques yeux bleus ce qu'il venait faire ici, car en effet, Je connaissais tout les visages de Bandle et pouvais aisément les reconnaître, ce qui n'était pas le cas pour cet inconnu, de ce fait j'avais aisément deviné que ce Yordle ne venait pas de Bandle. L'inconnu me répondit alors qu'il était venu pour ses études. Il s'excusa aussi auprès de moi pour l'avoir dérangé. Je ris doucement et tapotai le Yordle sur l'épaule, comme pour le rassurer :

- Ne vous inquiétez donc pas, mon bon ami, c'est mon travail d'aider ceux qui en ont besoin. Cela me fait plaisir !

J'avas bien entendu constaté que le Yordle ne semblait pas très à l'aise en sa compagnie. Mais je ne m'en préoccupai pas d'avantage, sûrement que ce jeune Yordle étudiant était quelqu'un de très timide, ce sont des choses qui arrive, je devais juste m'assurer de le mettre suffisamment à l'aise pour qu'il ne soit plus gêné par cette conversation et peut-être celles à venir aussi. Affichant toujours un sourire rassurant et amical, je continuai :

- Et donc comme ça vous venez étudier à Bandle ? C'est plutôt original, habituellement les Yordles vont plutôt à Pitlover pour apprendre auprès du célébrissime Heimerdinger. Et qu'étudiez-vous donc ?

J'étais réellement curieux au sujet de ce jeune Yordle. Je n'étais pas spécialement un scientifique dans l'âme. Je ne connaissais que quelques bases en botanique mais cela s'arrêtait là. Apprendre n'était pas spécialement quelque chose qui me passionnait. Je préférais bien plus les tensions des actions sur le terrain. Mais je restais curieux et appréciais écouter les autres parler de leurs propres passions et leurs propres recherches, études, et toutes les autres choses du genre.

Toujours aussi mal à l'aise, l'autre Yordle déclara s'être perdu et avait besoin qu'on le guide pour aller jusqu'à la bibliothèque. Ce à quoi je répond :

- Mais il n'y a aucun problème, au contraire ! Je serais ravi de pouvoir vous aider d'avantage. Suivez-moi, c'est par ici.

Je me mettais alors en marche. Je connaissais Bandle City par cœur, ayant toujours vécu dans cette ville, je l'ai vu grandir et changer au fil du temps et j'ai grandit avec elle. Alors servir de guide à un total inconnu sera un véritable jeu d'enfant pour moi. Je marchai doucement, m'assurant ainsi que l'autre Yordle n'ait pas trop de mal à me suivre.





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mer 16 Sep - 16:45
Veigar eut un sursaut de surprise lorsque le Scout se mit à rire, tapotant son épaule. Il essayait de le rassurer par ce geste, mais il avait l'effet contraire alors que l'angoisse montait progressivement dans le cœur du mage noir camouflé... L'impression qu'il pouvait se faire révéler à tout moment ne l'aidait pas à regagner son calme, qu'il mettait toujours du temps à obtenir dans des situations de crises comme celle ci. Mais s'il n'y parvenait pas, il risquait de se faire griller... Et c'était bien la dernière chose qui devait arriver, dans le cas contraire il devra s'enfuir sans ses informations et il aurait fait tout ces efforts pour rien. Non, je ne partirais pas sans être certain que les livres de Bandle ne contiennent rien pour me guider.
Alors, il fit un effort titanesque pour sourire. Incroyable chez lui... De plus, il arrivait à faire passer ce sourire comme pour un naturel et franc trait amical pour n'éveiller aucun doute. Une personne observatrice aurait depuis longtemps deviné son jeu, et il pensait que Teemo l'aurait perçu depuis le début... Soit Veigar commençait à être vraiment bon, soit le Scout était fatigué... C'était peut-être le meilleur jour pour rester à Bandle furtivement et en repartir tout aussi vite, tout compte fait.
Mais l'œil vif de Teemo était aussi légendaire que sa personne elle-même... A chaque moment que le mage passerait en sa compagnie, il s'approchait, de plus en plus, de l'échéance. Celui de se faire découvrir, et suite à cela, il se pouvait que les deux yordles ne se fassent pas de cadeaux. Devra t-il se défendre au beau milieu de la place centrale de Bandle City si cela devait arriver ? Il n'aurait, sans aucun doute, pas le choix... Et ce n'était pas pour lui déplaire.

Le faisant sortir de toutes ses réflexions, Teemo, curieux à son égard, poussa plus en avant ses interrogation, lui faisant remarquer que la plupart des Yordles allaient vers Piltover pour étudier. Veigar connaissait évidemment le nom du professeur, et il savait que c'était plus logique d'aller auprès de lui pour avoir des informations sur le monde et ses ressources magiques... Mais si le mage noir n'était plus le bienvenue parmi ses frères Yordles à Bandle, il n'était pas sûr que les scientifiques de l'Académie l'acceptent parmi eux aussi... Donc, c'était de sa propre initiative et en solitaire qu'il parcourait les quatre coins des endroits qu'il connaissait le mieux pour trouver ses renseignements sur les pierres magiques.
- Oh, vous avez raison ! , Répondit-il, avec le ton le plus naturel possible. Disons que... J'avais besoin de me ressourcer ! Oui, c'est ça. Mais comme je suis très sérieux dans mon travail, je ne voulais pas cumuler du retard, vous comprenez ?

Magnifique mensonge que voilà. Quoi que, c'était à moitié vrai, vue que Veigar était une personne aussi minutieuse qu'un étudiant ou un scientifique yordle. Peut-être même un peu trop perfectionniste. Par contre, le grand cerveau qu'était ce vilain yordle venait de se rendre compte qu'il n'avait pas spécialement précisé le but de ses "études", ou de son travail qu'il mentionnait depuis tout à l'heure... Il serrait un peu des dents, car révéler les raisons de sa présence ici le gênait beaucoup. Et cela, même s'il était camouflé et qu'il parlait à travers une autre personne, il aurait aimé gardé secret son affaire... Mais vue la curiosité de Teemo, il ne pourrait pas rester silencieux tout le temps. Surtout que ce dernier, de son âme charitable, accepta de le guider à travers Bandle jusqu'à la bibliothèque.
- J-je vous remercie, monsieur ! - Monsieur ?! Non mais vraiment, je suis pas possible... - Je dois trouver un ou deux livres qui parlent des... - Peut-être devrais-je éviter de parler de la magie, sinon il va vite deviner qui je suis vraiment... - des différents sites archéologiques dans les environs !
Va t-il vraiment gober ce mensonge ? Même moi, je ne me crois pas moi même... Sans rire, je suis nul. Il va finir par me repérer... Bon, calmes toi. Calmes. S'il ne repère rien, tu es tranquille et au pire tu redeviendras toi même et tu pourras te défendre comme le bon méchant maléficien que tu es...

Veigar suivait le Scout, carburant dans son esprit et stressant de nouveau. Ils passèrent par un chemin qu'il eut dû mal à reconnaître tellement il avait changé. Il sentit ses souvenirs d'enfances remonter une fois qu'ils approchaient la ville. Il reconnut le bruit de la foule, les rires joyeux des jeunes yordles et sons caractéristiques d'une ville en constant changement, évoluant au fil du temps. Si quelque chose n'avait pas changé ici, c'était bien cette évolution permanente de Bandle. Chose que même Veigar appréciait entendre, sonnant comme un son doux à l'oreille. Même si, quelque part au fond de lui, il rejetait cette cité natale pour des raisons tout à fait obscure pour autrui, la nostalgie avait enserré son petit cœur.

Au bout d'un moment, alors que Veigar avait enfin retrouvé un peu son calme, le stresse revint hanter sa personnalité déjà instable sans son intervention. Il se produisait quelque chose qui pouvait réduire son plan à néant. Il aperçut les poils de sa main droite redevenir lentement noir... Par réflexe, il enfonça cette main dans une poche, se figeant sur place. Merde, merde et merde !
Quoi, déjà ?! Le sortilège commençait déjà à prendre fin ? Mais ?! C'était impossible ! Pas si tôt, pas maintenant ! Veigar serra le bâton de son autre main, hésitant. S'il ne continuait à pas avancer comme si de rien n'était, Teemo allait remarquer que quelque chose n'allait pas. Et une fois fait, il gagnerait des soupçons supplémentaires, dans le cas où il aurait déjà commencé à réfléchir. Peut-être que le mage pouvait le prendre par surprise, dans cette ruelle, avant qu'ils n'atteignent la grande place ? Raah ! Cette situation allait le rendre fou ! Si son physique commençait à revenir à la normale en commençant par les mains, dans combien de temps le sortilège allait camoufler son visage ? Et pourquoi, au nom d'un météore, il fallait que se soit Teemo, sans aucun doute le meilleur et le plus rapide pour reconnaître le visage de Veigar, qui soit le guide ?! Hein ? Je suis maudit, j'en suis sûr. Maudit, ou terriblement malchanceux...
Il ne savait pas comment agir. Mais s'il devait faire quelque chose, c'était maintenant ou jamais...
- Teemo, attendez, je-

Le yordle s'arrêta de parler brutalement sous le coup de la surprise, fixant le Scout avec de grands yeux... Qu'est-ce que je viens de dire ?!? Qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai dit son prénom... Je viens de dire son prénom, bordel de bordel de bon sang ! MAIS NON ! Je n'ai PAS fait une chose PAREILLE ? ...

Oh... merde.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Jeu 17 Sep - 13:06

J'avais beau essayé de me montrer le plus amical et le plus gentil possible, ce pauvre Yordle restait désespérément anxieux. Ce n'était pas dur à remarquer, voyez-vous, bien qu'il ait réussi à afficher un sourire sur son visage, il ne m'était pas difficile de constater que ce rictus était forcé. Je pensais tout d'abord que le fait qu'il soit aussi mal à l'aise était surement dû au fait qu'il soit… Particulièrement timide… Ou bien alors il était intimidé par ma personne… Mais cela serait sûrement stupide, je ne lui ai jamais donné mon prénom.

Il me dit ensuite qu'il était venu à Bandle pour pouvoir se ressourcer mais qu'il ne voulait pas non plus être trop en retard sur son travail. J’acquiesçai d'un mouvement de tête. Après tout… Pourquoi pas ? Cela devait être un Yordle très sérieux, ce n'était pas impossible, d'autres Yordles pouvaient être aussi sérieux que lui comme Rumble.  J'avais donc accepté de le guider jusqu'à la bibliothèque, de ce fait il me remercia, avec un soupçon de joie dans sa voix, et ajouta, en bégayant un peu, qu'il avait besoin de trouver des livres sur des sites archéologies situés dans les environs. J'arquai un sourcil, un peu étonné. Je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu parlé de sites archéologies dans le coin jusqu'à ce moment là et cela me laissait un peu perplexe. Mais je ne cherchai pas d'avantages explications, n'en ayant pas vraiment besoin, au final cela ne me regardait pas et l'autre Yordle n'avait aucune obligation de me dire ce qu'il recherchait comme bouquin.

Nous traversons tranquillement la ville, le jeune Yordle me suivait de très près. Je m'étais dis qu'il devait être sûrement pressé de pouvoir lire ces livres alors j'avais décidé que nous passerions par des raccourcies. Derrière moi, le Yordle regardait chaque recoin des rues avec de grands yeux d'enfants, il semblait presque nostalgique. Tendit que nous passions par une ruelle un peu étroite, sombre et humide, il m'arrêta :

- Teemo, attendez, je-

Je me retournai, les sourcils fronçés. Il savait comment je me nommais alors que je ne le lui avais pas dis, cela était très étrange. Les Yordles étaient incapables de lire dans les pensés, à ma connaissance… Le Yordle me regardait avec des yeux ronds, tendit qu'il tenait avec fermeté son baton avec une main tendit que l'autre était enfoncée dans sa poche. Son anxiété se faisait de plus en plus intense.

- Euh… Ça va ?

Je ne m'approcha pas de lui, mon corps semblait vouloir l'éviter comme la peste, alors que ce Yordle me semblait sympathique, je me mis à me méfier de lui. Je ne le connaissais pas et il ne semblait pas venir de Bandle donc il ne pouvait pas me connaître non plus. Mon nom et ma réputation avait bien entendu sûrement traversé les frontières de Bandle City mais ce n'était pas le cas de mon apparence qui était inconnu des personnes ne vivant pas dans la ville des Yordles. Je regardai son visage, le dévisageant comme s'il n'était qu'un vulgaire bétail. Je ne m'étais pas tellement attardé sur la forme de son visage, la couleur de son pelage ne me rappelant rien, mais je rattrapai mon erreur en l'observant avec plus d'attentions qu'auparavant et je lui demanda :

- Qui êtes-vous ? Comment connaissez-vous mon nom ?

S'il y avait bien une chose que je ne supportais pas, c'était de douté de mes compatriotes. Malheureusement pour moi, tous n'avaient pas de bonnes intentions, à mon grand désarroi. Il y en avait un en particulier, et dont les objectifs m'étaient totalement inconnus, qui venait assez régulièrement attaquer Bandle. Veigar, qu'il se faisait appeler. J'ai eu de bons nombres de fois affaire à lui et donc je savais très bien qu'il ne souhaitait pas que du bien à Bandle. Mais j'avais toujours pensé que le cas de Veigar était un peu unique alors j'avais bien du mal à croire qu'un autre Yordle ait pu mal tourner.

Bien heureusement pour moi, j'avais toujours pris l'habitude de prendre mes armes avec moi lorsque je sortais faire un tour. Ce jour là ne fus pas exceptionnelle et donc je me saisis de ma sarbacane, près à défier ce Yordle, face à moi, qui me semblait étrangement suspect.

- Veillez décliner votre nom, prénom et lieu de résidence, s'il vous plait !





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Ven 18 Sep - 18:11
Est-ce que je vais bien ? Oui... Mais oui ça va. Tout à fait. Je vais VRAIMENT bien. Hormis le fait que je me retrouve dans une situation digne d'un western, où celui qui dégainera le plus vite aura gagné, et que c'est particulièrement stressant, je vais absolument et véritablement bien.
Pourquoi je suis venu me mettre dans tous les dangers : Le lieu le plus dangereux, la personne la plus capable de m'arrêter, dans une ruelle où les mouvements sont limités, pour moi ?! Hein ?
Je vais bien, oui, j'avais oublié. Respires, Veigar, respires. MAIS BON SANG, mais pourquoi ais-je prononcé son prénom !


Le mage noir serra des dents en voyant le comportement de Teemo changer de tout au tout. Ses traits jusque là amicaux et aimable étaient devenus plus froids, méfiants à son égard. Ses sens semblaient en alerte et son attention était complètement reporter sur ce Yordle imposteur. Ces yeux bridés cachés en réalité une force d'analyse hors paire. Et cela, Veigar le savait très bien. C'était grâce à cette force que le Scout s'en sortait toujours et trouvait diverses solutions pour anéantir ses plans d'attaques. Le mage avait été légèrement surpris de voir qu'au quotidien, ce yordle était capable d'être ... "normal". D'apprécier les journées comme n'importe qui, d'aider autrui, et de garder sa sarbacane rangé dans sa poche... En parlant d'elle, il la sortit, sa personne entière prête à défier son interlocuteur, tandis que son ton se faisait plus sévère alors qu'il demandait ses renseignements. Ah... Le revoilà ce bon Scout, son nemesis. Il s'était caché derrière un sourire aimable et une gentillesse qu'il ne lui connaissait pas.

Le yordle blanc se mit à sourire légèrement. Sa couverture était donc belle et bien foutue... Tant pis. Il devra tenter de parlementer avec Teemo. Se battre aujourd'hui, il l'aurait bien fait. Mais vue l'endroit où il se trouvait, il avait très peu de chance de s'en sortir totalement indemne... Surtout qu'il devait encore trouver les livres qu'il cherchait. Il risquait de perdre un temps et des renseignements précieux s'il se battait avec le Scout et les autres Yordles, qui viendraient le soutenir. Alors qu'il réfléchissait quoi répondre et comment agir, sa main leva le bâton. Le joyau se mit à luire fortement, et en peu de temps, l'objet récupéra sa forme initiale de sceptre-hache, avec sa forme en "M". Le yordle jeta son sac devant lui et leva les yeux vers Teemo.
- Qui je suis, tu le sais déjà, au moins autant que je sais qui tu es, Teemo...

Il ne mit guère de temps à retrouver son grand chapeau pointu, le faisant passer à temps devant son visage qui avait déjà commencé à redevenir normal. Il le posa sur sa tête, puis empoigna sa longue veste à haut col, en disant sur le ton d'une voix enraillée : " Tu permets, je me rhabille "
Une fois fait, il se redressa, fixant de ses grands yeux jaunes à pupilles fendues le yordle en face de lui... Il n'avait pas besoin de décliner son identité. Il était très reconnaissable avec ces vêtements et ce sceptre, et tout particulièrement chez Teemo qui pouvait le reconnaître de n'importe où rien qu'en entendant la voix du mage. Comme de nombreuses fois par le passé, Veigar et Teemo se tenaient droits, face à face. Une énième fois sur le point de faire éclater un sanglant combat. C'était toujours ainsi, et les choses ne changeront peut-être jamais... Jamais ? Veigar semblait, cette fois-ci, en proie aux doutes.
S'il faisait quoi que se soit, Teemo sera plus rapide. De plus, le mage noir n'était pas vraiment en position d'attaque optimisé, vue qu'en temps normal il prévoyait toujours ses coups en avance. Des "coups malins", vous croyez que ça vient d'où ?! Le petit mage n'était pas bête au point de risquer un affrontement direct avec Teemo s'en s'y préparait minutieusement. Mais il n'était, pour une fois, nul question de se battre. D'ailleurs, Veigar ne dégageait aucune aura magique, aucune noirceur... Au point qu'il ne prenait même pas la peine de cacher le bout de son museau, ainsi que les poils de son visage. Son chapeau le cachait suffisamment pour que ses traits restent méconnaissables, mais en général il utilisait sa magie pour rien ne paraisse. Mais pas cette fois. Il avait déjà utilisé beaucoup de magie pour la camouflage. De plus, il ne voulait pas se montrer hostile devant un Teemo déjà bien tendu. Le petit Maître des Maléfices garda le silence pendant quelques secondes, où il dévisageait le Scout, avant de soupirer :
- Baisses ton arme, Teemo. Je ne suis pas là pour jouer... Si je me suis donné autant de mal pour me cacher aux yeux de tous, ce n'est certainement pas pour porter atteinte à Bandle... Ni à.. toi... , finit-il par dire sur un ton plus serré. Il lâcha un ricanement avant de continuer - Franchement, je l'aurais déjà fait depuis le début si ça avait été le cas, tu ne le crois pas ?

Il jouait avec le feu. Mais Teemo devait bien connaître ses talents. Il ne douterait pas sur ces mots, car en effet Veigar avait eu de nombreuses occasions pour frapper dans les moments où il avait le dos du Scout en face de lui, où lorsque ce dernier l'avait aidé. En se rappelant de cela, Veigar fit sauter la bourse rempli de quelques piécettes :
- Je suis réellement venu à Bandle pour trouver des livres... Pas sur des études archéologiques, mais sur les pierres magiques. J'ai besoin de savoir certaines choses et j'avais l'intention de faire ça en toute... honnêteté ? Allez, disons que c'est le cas. De toute façon... - Veigar serra fortement le manche de son sceptre - J'aurais mes informations, quoi qu'il arrive... Alors, tant que tu le peux encore, Teemo, je te demande de t'écarter.

Le mage noir savait que rien ne se passe comme prévu... La preuve, son camouflage avait échoué, et désormais Teemo lui barrait le chemin. Mais qui sait, est-ce que les futures événements étonneraient ce mage bougon, qui malgré le fait qu'il n'y soit pas du tout préparé était capable d'affronter Teemo tout de même pour pouvoir passer, et atteindre son objectif ? Si jamais tu attaques, Scout de Bandle City, je n'aurais aucune pitié à ton égard... et même si je t'en dois une !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Sam 19 Sep - 13:44

J'étais à l’affût au moindre geste suspect de la part de l'inconnu. Je n'hésiterais pas à lui sauter à la gorge s'il se montrait plus hostile qu'il ne le paraissait au début. C'est mon devoir en tant que défenseur de Bandle City. Mon ennemi semblait d'ailleurs bien embêter par ce changement de situation. Je sentais mon cœur battre la chamade, frappant violemment contre ma cage thoracique. Cela m'arrivait souvent en mission avec le stress du danger et l'adrénaline qui montait de plus en plus. L'envie de bien faire et de protéger au mieux ma patrie me procurait un stress plutôt bénéfique car il mettait mes sens d'avantage en alerte. Je pouvais percevoir chaque rictus sur le visage de mon vis-à-vis et j'avais suffisamment été entraîner pour deviner les mouvements de mon adversaire. Je faisais partis des Yordles les plus rapides et les plus habiles de Bandle et j'avais suffisamment de réflexe pour arrêter ce Yordle aisément. Il était donc piégé.

Il sourit doucement. Cela ne faisait que de me rendre plus méfiant et plus vigilant. Je ne quittais pas ses yeux du regard. Il souleva son bâton qui se mit à luire d'une lumière presque aveuglante avant de prendre une forme que je ne connaissais que trop bien. Je pensais être en train d'halluciné, comment est-ce que j'ai pu faire pour ne pas m'en apercevoir plus tôt ?

Il reprit son chapeau et le passa devant son visage qui retrouva également sa forme originelle. Il était là, devant moi. J'osais à peine y croire… Ses yeux ambrés me regardaient avec un air sévère. Je sentais mes poils hérisser à la simple vue de ce sorcier. Je m'en voulais énormément de ne pas avoir été plus vigilant.

- Toi…

Je grinçais des dents, je tremblais de rage. Il n'avait jamais réussi à autant me berner avant. Ce Yordle avait pourtant l'air si gentil, si sincère… J'avais baissé ma garde devant mon ennemi sans même me poser une seule question quand à son identité. Dans d'autres circonstances, est-ce que j'aurais réussi à deviner que c'était Veigar en personne qui se cachait sous cette enveloppe corporelle ? Je devais rattraper mon erreur et l'arrêter, comme je l'avais toujours fais, peu importe quel était son objectif.

- Baisses ton arme, Teemo. Je ne suis pas là pour jouer... Si je me suis donné autant de mal pour me cacher aux yeux de tous, ce n'est certainement pas pour porter atteinte à Bandle... Ni à.. toi… Franchement, je l'aurais déjà fait depuis le début si ça avait été le cas, tu ne le crois pas ?

Bien évidemment, je ne lui obéissais pas et gardais mon arme devant mon visage, près à lancer une fléchette empoisonnée au moindre mouvement suspect. Cela me faisait du mal d'admettre que s'il le voulait, Veigar aurait pu aisément m'anéantir. J'étais dos à lui, la garde baissée, complètement à sa merci. Je lui répondit tout de même avec un ton moqueur :

- Tes anciennes tentatives ont toutes été vaines, cela ne m'étonnerait guère que tu ais commencé à employer des méthodes louches pour atteindre ton but.

Il tenait la bourse qu'il s'était fait voler entre ses mains et continuait de me regarder avec ses yeux dorés. Il me dit être réellement venu à Bandle pour pouvoir se procurer des livres mais m'avoua également qu'il cherchait des livres sur des pierres magiques. Il serra son sceptre en m'ordonnant de m'écarter. Je soutenais son regard, malgré le fait qu'il ait pu m'avoir quelques minutes plus tôt, ce ne sera plus le cas. Je lui montrais que je n'avais peur ni de lui ni de ses menaces, de toute façon je côtoyais la mort tout les jours. Et j'étais en avantage par rapport à lui, nous étions seuls dans une ruelle en plein coeur de Bandle. Ville en constante progression qui changeait chaque jour sous mes yeux mais qui devait être totalement différente par rapport aux souvenirs du Yordle déchu. Je lui répondis :

- Dis moi d'abord quelles sont ces pierres dont tu parles ? Si ces pierres peuvent t'aider dans ton objectif d'anéantir Bandle tu dois bien comprendre que je ne pourrais pas te laisser partir !





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mar 29 Sep - 15:25
Le comportement de Teemo était passé du tout au tout en l'espace d'une seconde. Cette petite seconde dans laquelle son esprit reconnut le mage noir, replaçant chaque élément dans sa tête du pourquoi il le détestait tellement. Veigar, le banni, le Yordle qui s'était attaqué au Vaisseau-Mère. Quel sacrilège, quelle infamie. Tous les yordles connaissaient cette triste histoire où le mage avait bien failli s'emparer du plus grand symbole de Bandle. Teemo, lui-même, avait réussi à l'arrêter. Le Scout se souvenait sans doute de tout cela, et peut-être était ce la raison de la présence de cette profonde rage qui fumait dans son regard... Cette même rage qui animait toujours ce yordle à l'égard du mage. Ce dernier n'hésitait pas à lui rendre, restant sur ses gardes. Il se doutait bien que Teemo n'allait pas abaisser son arme, ni l'écoutait posément. Ils étaient au bord de se sauter mutuellement à la gorge et de faire une énième fois un duel à Bandle City. Cette ville qui d'habitude connait ses moments paisibles, hormis quelques légers accidents explosifs ou mécaniques, les seuls personnes à déranger ce calme c'était bien ces deux là. Enfin, disons que de toute évidence, c'était souvent à cause d'une seule et même personne... A cause ?! Il peut très bien arrêter de me faire chier, ce Scout ! J'aurais déjà acquis la puissance nécessaire pour qu'ils se mettent tous à m'obéir parce que je serais devenu LE maître du monde !
Personne ici ne le laissait exprimer son art, Teemo le premier.

Veigar leva des yeux foudroyants vers ce dernier, lorsque d'un ton de moquerie il souligna que les tentatives passées avaient échoué. Oui, c'était souvent le cas. Malgré le fait qu'il se préparait toujours à l'avance, chacun de ses plans n'avaient jamais été un succès. Employer des méthodes louches pour atteindre ses buts ? Haha, s'il savait... Veigar avait toujours été capable d'imaginer des plans plus diaboliques encore pour pouvoir obtenir ce qu'il désirait. Le camouflage était un sortilège qu'il travaillait depuis des semaines. Il avait même commencé à imaginer des moyens pour contrer toutes les tactiques de Teemo et de n'importe quels yordles capable de l'arrêter, par exemple essayer de s'envoler ou de planer avec un autre moyen que le ballon arcanique. Ou encore tenter de créer un bouclier protecteur, ou de tisser des maléfices temporaires pour empêcher qu'on le chasse... Il imaginait et créait beaucoup. Seulement quelques uns d'entre eux aboutissaient.
Alors, est-ce que cette fois-ci, à part le coup du camouflage, il allait employer d'autres méthodes contre Teemo pour pouvoir passer son chemin ? Non. Pas cette fois. Il n'avait pas tisser de nouveaux maléfices ces temps ci. Pourquoi ? Que se passait-il dans l'existence sombre du mage noir pour changer à ce point là ses méthodes et sa façon d'agir ? Qui sait ce qui se passait dans cette tête. Mais en vérité, Veigar avait l'impression d'être si proche de son but, de pouvoir enfin avoir la puissance nécessaire pour être respecté, pour être fort, qu'il ne voulait pas avoir d'obstacles supplémentaires qui l'empêchent de l'atteindre.
Veigar lâcha un long soupire à la question du Scout. Il n'avait pas trop le choix, visiblement.
- Je n'ai pas l'intention de faire quoi que se soit à Bandle... , fit-il d'un ton las, essayant de se détendre un peu, mais restant très vigilant de son vis à vis.

En parlant de Bandle City, le mage égara un peu son regard autour d'eux. Dommage que cette ruelle soit un peu trop étroite, car il ne pouvait rien voir aux alentours. Par contre, ses oreilles percevaient le son qui venait de la Place centrale de la ville. S'il se trouvait une chose inchangée ici malgré toutes ces années passées, c'était ce son si agréable. Il reflétait la vivacité et la bonne activité de la ville. Des rires, des discussions par dizaine, tout le monde se parlait, personne ne pouvait être seul ou s'ennuyer dans une ville pareille. Des choses à faire, il en poussait de partout, et même les enfants faisaient des activités qu'ils répéteraient plus tard dans leur vie. Lui-même avait été une légère exception, préférant le grand calme des endroits peu peuplé pour pouvoir lire, mais jamais il ne s'était senti mal à l'aise dans cette cité, qu'il avait chéri pendant un temps comme n'importe quel yordle qui chérissait sa patrie. Il avait eu des amis, des passions communes avec eux. Ces gens qu'il avait admiré, avec qui il avait voyagé. Parmi des marchands et des érudits, ils étaient arrivés à Noxus et...

D'un seul coup, Veigar sursauta, et recula d'un bond dans le même temps. Par réflexe, il avait prononcé quelques mots étranges, et son sceptre s'était mis à briller. Une fine barrière transparente, légèrement violine par moment, fit son apparition entre lui et Teemo. Elle ne dura que quelques secondes, d'ailleurs Veigar se rendit à peine compte que son sortilège fonctionnait et il le vit alors que la barrière disparaissait lentement, comme si elle fondait pour finir en poussière magique. Le mage noir était beaucoup plus inquiet sur ce qui venait de se produire dans sa tête... Assaillit par des souvenirs et par les émotions qui lui ont procuré, il avait, à peine quelques secondes, perdu le fil de ses pensées et de la situation. Ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait, mais bien souvent il rentrait plutôt dans une rage incontrôlable. Hors, là, il s'était plutôt retrouvé tétanisé.
Il reprit son souffle, essayant de rester le plus calme possible. Il ne voulait absolument rien laisser paraître devant Teemo... Je.. je ne sais pas ce qui m'est arrivé, mais bordel je n'ai pas intérêt à ce que ça se reproduise... Il faut que je me tire vite d'ici !
Veigar récupéra assez de contenance pour pouvoir répondre au Scout, regagnant même un ton irrité au passage, comme le bon yordle bougon qu'il était.
- Ces pierres ? Je ne sais pas ce qu'elles sont, ni ce qu'elles font, sinon je ne serais pas ici à chercher des réponses ! D'ailleurs, je ne sais même pas s'il en existe d'autre. - Il fit une pause, daignant enfin parler plus posément - Lors d'une petite expédition, j'ai trouvé un joyau qui dégageait de la magie... Mais je ne pouvais pas la toucher. Impossible, même pas à effleurement. C'est comme si elle avait une volonté et qu'elle me repoussait. Lulu, la sorcière féérique, a pu la prendre et la garder près d'elle. - Comme Veigar n'avait pas spécialement envie de lui expliquer ce que Lulu faisait là dans cette histoire, avec "lui", il toussota comme si cela allait faire passer le détail à la trappe rapidement ... - Bref, je lui ai dit de la protéger le temps que je trouve un livre ou une piste vers son créateur pour comprendre les fonctionnalités de cette pierre. J'ai horreur de ne pas comprendre, de ne pas savoir des choses sur le monde magique. Et cette foutue pierre là est une grosse interrogation, même pour moi.

Veigar venait d'avouer qu'il ne connaissait pas tout, qu'il avait encore des choses à apprendre. Ceci dit, était ce si anormal ? Après tout, il n'était pas très vieux, comme yordle. De plus, même si sa race avait des origines magiques, les yordles étaient plutôt réputés pour avoir majoritairement des aces de la mécanique, de l'ingénierie, des bons tireurs et aviateurs. Très peu de magicien. Veigar était à nouveau une exception, et en plus il était considéré comme le yordle fou, un des seuls à la connaissance de tout le temps. Bien différent il était de l'image que l'on pouvait se faire de petites boules de poils gentils, souriantes, rieuses et aimables. Et même si Lee Sin pensait que le maléficien n'était pas si différent, que Zyra le prenait pour une peluche, que Nasus croyait qu'il existe de l'espoir, que Lulu voulait toujours jouer avec lui... Veigar, lui, voyait toujours aux premières rangs ses sombres pensées, ses angoisses, sa volonté d'acquérir toujours plus de puissance. L'affrontement avec Karthus lui avait prouvé qu'il devait obtenir encore du pouvoir pour détruire la mort elle-même. Mais encore fallait-il passer à travers les pièges ingénieux de Teemo. Ce yordle qui lui avait toujours fait face...

Le Maître des Maléfices fronça les sourcils, ce qui revenait à dire que Teemo apercevait, en faite, des yeux plus petits, plissés.
- Si mes pistes sur le créateur de la pierre se confirment un peu plus chaque jour, j'aimerais tout de même avoir quelques renseignements pour ne pas être perdu, car j'ai bien peur que ce sorcier ne me lâche pas un seul mot. - Au passage, Veigar aimerait bien savoir pourquoi il avait tout abandonné : sa cache, ses affaires, ses potions et cette fameuse pierre - ... C'est.. très important. Si cet homme fait bien parti du groupe auquel je pense, je rends service à tout le monde en essayant de le retrouver.

Veigar n'avait pas besoin d'apporter des précisions sur son allusion, car les chances de survis de ce mage étaient limités. Le yordle ne s'imaginait pas s'en sortir avec ses informations sans recourir à la force. Les mages noirs, entre eux, ne se connaissaient pas vraiment. Ce groupe d'exilés se cachait du monde entier, et recevait au compte goutte des membres, ceux qui avaient assez de volonté pour les trouver. Veigar se souvenait avoir étudier au sein du groupe pendant quelques temps, sans parfois jamais croiser qui que se soit. Il n'avait connu aucun nom, aucun visage réellement... Mais en entrant dans la grotte, il avait senti et reconnu des éléments qui ne pouvaient pas le tromper. Des maléfices et des expériences arcaniques avaient été effectué au milieu de ce bois à Demacia, bien planqué aux regards du reste. En cherchant dans les affaires du mage, il avait retrouvé ses derniers mots écrit à la va vite "qu'il allait se faire poursuivre à cause de cette pierre. Il devait s'en séparer pour la cacher, mais il reviendrait, car toutes tentatives de l'arrêter étaient veines". La dernière phrase "C'est déjà trop tard" avait laissé Veigar songeur. Il s'était demander où ce foutu magicien voulait en venir, et c'était pour cette raison qu'il allait le chasser pour le savoir. Mais en attendant, le maléficien leva à nouveau les yeux vers Teemo, car sa petite mission était légèrement compromise par sa personne qui lui barrait le chemin.
- Teemo, reprit-il. Tu n'es pas obligé de me croire sur parole. Mais si jamais tu me vois faire quoi que se soit à Bandle City... Saches, et je le sais parfaitement, que tu seras toujours là pour la protéger. Je n'ai aucun doute là dessus...

Aujourd'hui, demain, et les jours suivant. Il le savait au plus profond de son être. Veigar lâcha un léger sourire...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Dim 18 Oct - 12:03

De ses dires, il n'avait aucune intention de s'attaquer à Bandle ce jour là. J'étais très étonné et cela devait se voir puisque j’arquai un sourcil, le regardant ainsi avec un air étonné. De mes souvenirs, Veigar était fourbe en plus d'être tenace, je croyais qu'il n'avait toujours qu'un seul objectif en tête, le contrôle du monde, me serais-je trompé vis-à-vis de lui ? J'osai à peine y croire. Mais après avoir dit ça, le mage semblait être dans un état second et semblait complètement déconnecté de la réalité. Je ne dis rien et le laissait faire, de toute façon j'avais encore mon arme en main et j'avais suffisamment de réflexe pour agir dès qu'il agirait de façon malhonnête.

Quand il vint à la réalité, il sursauta comme un chaton qui aurait entendu un bruit suspect et il se mit  à prononcer des mots dont je ne comprenais pas la signification et son sceptre se mit à luire d'une lumière légèrement bleutée et je vis une espèce de barrière transparente se former devant moi, me séparant donc de Veigar. Elle disparue après quatre secondes. C'était la première fois que je voyais Veigar aussi anxieux, comme s'il était au courant de quelque chose de grave. Cela ne fit que me rendre encore plus méfiant et curieux vis-à-vis de cette histoire de pierres. Ce fut alors qu'il reprit la parole, regagnant une certaine assurance ainsi que son air grognon qui lui était propore. Il me dit qu'il ne savait pas du tout ce que c'étaient ces pierres et il ajouta qu'il ne savait pas s'ils elles existaient en grande quantité. La seule qu'il avait trouvé, il n'avait pas été capable de pouvoir la toucher. Lulu, une jeune Yordle que j'ai peut-être brièvement vu de temps en temps, aurait cependant été capable de prendre cette pierre et serait donc en possession de celle-ci pendant que Veigar ferait des recherches pour découvrir de quoi il s'agissait. J'avais bien entendu relevé sa gêne lorsqu'il me parla de la fameuse Lulu mais je dois avouer que cela me laissait complètement de marbre. Je me fichais des relations que pouvait entretenir le mage noir et de toute façon je ne voulais pas être mêler aux histoires d'amours des autres. Je n'aimais pas ça, tout simplement. Ce qui me préoccupait principalement, c'était ces pierres ainsi que toutes les révélations que Veigar me donnait à ce sujet. Le mage ajouta alors, après une pause, que s'il trouvait l'identité de la personne qui posséderait ces pierres il rendra service à tout le monde. Je frissonna alors de terreur à l'idée d'imaginer qu'il pouvait s'agir d'un mage encore plus dangereux que celui qui me faisait face quotidiennement.

Veigar reprit de nouveau la parole, prenant une voix plus posée, presque amicale, ce qui était d'ailleurs très étonnant venant de lui.

- Teemo, Tu n'es pas obligé de me croire sur parole. Mais si jamais tu me vois faire quoi que se soit à Bandle City... Saches, et je le sais parfaitement, que tu seras toujours là pour la protéger. Je n'ai aucun doute là dessus...

Je le regardais avec un air très étonné, je le vis également esquisser un léger sourire, qui n'avait rien de maléfique. Je ne savais pas trop quoi penser, est-ce qu'il cherchait à m'amadouer depuis le départ ou bien alors disait-il toute la vérité ? Je n'en savais rien et mes penser s'entremêlèrent dans ma tête. Ma raison semblait tout aussi perdu que ne pouvait l'être mon cœur. Je détourna mon regard et lui répondit, en grommelant, frustré de ne pas pouvoir faire grand-chose face à cette situation :

- Soit. Je vais t'accompagner jusqu'à la bibliothèque… Mais à une condition !

Bien sur, je n'allais pas laisser Veigar ce qu'il souhaitait à Bandle, je devais continuer de le surveiller, c'était mon devoir. Et si ce qu'il disait était vrai, je devais également connaître l'identité de ce mage qui, d'après ce que j'avais compris, pouvait également anéantir la tranquillité de ma patrie.

- Je veux connaître les moindres détails de cet affaire, toutes les informations que tu auras à propos de ces pierres, leurs pouvoirs et leurs dangerosité, tu devras m'en informer. Et je tiens également à te surveiller personnellement lors de tes recherches à Bandle.





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Ven 6 Nov - 15:49
Il... Il avait accepté de le croire ? Encore mieux ! Teemo avait non seulement cru Veigar, mais il était prêt à le guider jusqu'à destination ? Etonné, le mage noir resta immobile, le regard surpris fixant le Scout. Bien évidemment que le yordle déchu n'était pas tout blanc. Ses objectifs, en soi, n'avaient pas beaucoup changé. Car s'il voulait tellement en savoir plus sur ces pierres, c'était surtout pour pouvoir prendre celle de Lulu et voir s'il pouvait en faire quelque chose. Il était constamment à la recherche davantage de puissance. Il lui en fallait toujours plus. Mais la parole de Veigar restait une parole de yordle lorsqu'il avait assuré qu'il ne ferait rien à Bandle, aujourd'hui, ni à ses concitoyens.
Tout de même, l'étonnement s'était lu dans les yeux de Teemo, et son interlocuteur connaissait le même trait, quoi que caché par son grand chapeau. Surpris de voir son plus grand adversaire le croire sur parole, malgré la grand méfiance dans ses faits et gestes. C'était l'impression qu'il laissait à Veigar, en tout cas. Et il comprenait parfaitement... Teemo avait bien raison de faire attention, et ce n'était certainement pas lui qui allait le contredire...
La méfiance était une part entière dans la personnalité du magicien.

Le yordle leva les yeux vers Teemo, ce dernier voulant posé ses conditions en échange du service qu'il allait rendre. Une moue dubitative, le mage finit par souffler grognon et hocha la tête. Il ne pouvait pas lui refuser cela, et même s'il essayait de le faire, il ne faudra pas une seconde de plus à Teemo pour lancer une de ses foutues fléchettes. Actuellement, Veigar n'était pas encore en position pour avoir l'avantage sur lui. Son énergie avait été un peu soufflé suite à son sortilège de camouflage, mais elle finirait par revenir avec un peu de temps. Mais malgré cela, il ne pourrait pas se défendre pleinement au milieu d'une petite ruelle comme celle ci... Il ne ferait rien, car il ne cracherait pas non plus sur l'idée de bouger, d'aller ailleurs, juste histoire de reprendre son souffle devenu un peu plus petit à cause de l'anxiété. Les lieux, les souvenirs, son état, et l'avantage de Teemo, tout ça le rendrait presque malade, mais il savait se contenir... Enfin, disons qu'il était capable de rester un peu calme lorsqu'il le faut. Vraiment un peu.
Sagement, Veigar écouta le Scout. Il grinça des dents lorsqu'il eut fini... Il s'en était douté que le Scout n'allait pas le laisser aller et venir sans que lui-même puisse en savoir plus sur toute cette histoire. Bon sang, il ne manquait plus que ça... Mais tant pis, Veigar devra faire avec, qu'il le veuille ou non. Car Teemo était déjà bien assez gentil de ne pas prévenir toute la populace qui ne mettrait que quelques minutes à le trouver et à l'arrêter... Son plan se serait transformé en boucherie.
Le mage poussa un long soupire avant de répondre sur un ton légèrement irrité :
- Tu n'es qu'un... Pff, d'accord, d'accord ! Tu en sauras autant que moi sur ces pierres.

Mécontent, Veigar croisa les bras, clapotant ses doigts sur le manche de son sceptre nerveusement. Le jour où il commencerait à avoir un peu de chance ne semblait pas vouloir arriver de si tôt. Mais les conditions de Teemo n'étaient pas si terribles. De toute façon, il aurait été compliqué d'empêcher Teemo de venir avec lui dans la bibliothèque sans rendre les autres yordles soupçonneux. D'ailleurs, en parlant de cela... Désormais qu'il n'avait plus son camouflage, il risquait d'être reconnu dès qu'il arrivera sur la grande place de Bandle City... C'était fâcheux. Les yordles le connaissaient bien à force de voir ce même chapeau et sceptre... Il pouvait toujours retenter le sortilège, mais cela lui prendrait bien trop de temps. Et il n'en possédait pas... Il était resté trop longtemps, déjà. Il fallait absolument qu'il se dépêche ! Cherchant rapidement une solution, Veigar finit par râler, jetant un regard meurtrier vers Teemo. Je... je n'ai pas d'autres choix. Fais chier...
Veigar retira doucement son chapeau... Son regard foudroya le Scout tandis que ses oreilles, dont une légèrement cassée, se plaquèrent sur son crâne comme un chat en colère. Ses sourcils froncés reflétaient toutefois l'anxiété toujours présente. Il finit par abaisser totalement son grand couvre chef pour laisser voir son visage, couvert de quelques cicatrices. Oui, le Mal avait un visage, apparemment, dont le regard fuyait un peu tandis qu'il prononçait ces mots, la gorge un peu serrée :
- Je vais devoir me balader comme ça, si je viens avoir toi... - Il reposa ses yeux sur Teemo, la moue contrarié - Sans commentaire, sinon... Je te jure que je reviens sur ma parole et que je pète un ou deux trucs avant de partir...

C'était avec des gestes colériques qu'il rangea son chapeau dans son sac, pour en sortir une espèce de couverture qu'il plaça sur son sceptre. C'était pas grand chose pour le cacher mais cela suffirait. Et si jamais on lui posait des questions, il pouvait toujours se faire passer pour un réparateur d'armes qui allait chercher des schémas pour la réparation.
Il finit par regarder le yordle quelques secondes, avant de balancer ses pupilles ailleurs. Il s'avoua à lui même rien que par les gestes qu'il était extrêmement mal à l'aise de laisser son visage à découvert. Il mettait beaucoup d'efforts pour ne pas craquer et se mettre à crier, comme d'habitude, lançant des sortilèges à flots pour faire passer sa colère sur tout ce qui bougeait. Etonnamment, il restait calme, du mieux qu'il peut. Car, et il faut bien le souligner, Veigar n'était pas la définition du calme. Nerveux, anxieux, impatient, paranoïaque, un yordle tout à fait charmant, n'est-ce pas ?
Déglutissant difficilement, le maléficien réussit à tenir le regard de Teemo, croisant les bras d'un air impatient.
- Je te suis, Scout... Et fais pas l'andouille ! Si je vois que tu m'emmènes droit dans un piège, sache que j'ai de très bons réflexes moi aussi, et je fais plutôt dans de la frappe de masse, si tu vois ce que je veux dire...

On pourrait croire que c'était un canonnier ou un lanceur de bombes qui prononçait ces paroles. Ah, la magie du grand Maître des Maléfices faisait boom à sa manière, allons dire. Les yordles aiment bien faire péter des trucs.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Sam 5 Déc - 11:06

Même si ses intentions étaient louables, Veigar restait quand même l'ennemi numéro un de Bandle City à ce jour. Il était donc dangereux de le laisser complètement libre dans ma petite ville. De plus, même si j'avais choisi de le croire, je gardais une once de méfiance. Il était donc pour moi nécessaire d'imposer mes conditions à Veigar. Je pourrais ainsi garder un œil sur lui. Et pour tout avouer, cette histoire avait un peu titillé ma curiosité. Je n'y connais pas grand-chose en magie mais je reste un Yordle et je garde donc le côté espiègle et curieux de mon espèce au plus profond de moi, même si j'essaye de le cacher.

Veigar n'était pas très content de ces conditions et il ne s'en cachait pas. Il n'y avait qu'à voir son attitude quand je les lui imposa. Cela me fit légèrement sourire, un sourire moqueur s'afficha sur mon visage, sourire que je tentais de dissimuler sous mon écharpe à plumes rouges.

Après un blanc glacial, Veigar me foudroya du regard. J'arquai un sourcil, me demandant bien ce qui pouvait encore me repprocher -à moins qu'il ait encore du mal à digérer les conditions que je lui avais imposé… C'était un peu comme une mini défaite pour lui, non ?- mais alors que j'allais lui demander ce qui n'allait pas, il enleva son chapeau de sorcier, dévoilant ainsi ses oreilles pointues. Tel un chat, ses oreilles s'abaissèrent, mais ses yeux me regardaient avec un air nerveux. Il abaissa complètement son chapeau, et je pu ainsi voir pour la première fois le visage de mon ennemi. Ce visage était abîmé, couvert de cicatrices. Je fronçai les sourcils en voyant un visage aussi martyrisé et je me demandai comment est-ce que Veigar les avait reçu. Dans mes souvenirs, il ne me semble pas lui avoir touché le visage… Ou peut-être que oui, je ne sais plus vraiment -il faut dire que jusqu'à ce moment là c'était un peu le cadet de mes soucis, hé !- En tout cas je pouvais dire que Veigar avait une vie mouvementée, bien loin du confort de vie de beaucoup d'autres Yordles… Comme moi.

Il détourna le regard, il semblait avoir honte quand il me dit qu'il était obligé de me suivre à tête découverte. Il n'avait pas tort, très peu de personnes, pour ne pas dire aucune, à Bandle ne connaissaient le visage de Veigar qu'il gardait constamment dissimulé sous son chapeau. Il me demanda de ne pas faire de commentaire et je fronçai de nouveau les sourcils en entendant cela, je ne comprenais pas pourquoi… Peut-être s'attendait-il à ce que je me moque de lui ? Pourtant il n'y en avait aucune raison, il avait un visage de Yordle tout à fait normal, si on omettait les cicatrices et son oreille légèrement pliée au bout.

Après avoir rangé son chapeau dans son sac et couvert son sceptre avec une couverture, il me regarda avec un air nerveux avant de détourner de nouveau le regard. Moi, j'attendais qu'il me dise qu'il était près, je le regardais avec un air calme tout en gardant un air sévère. Il restait mon ennemi. Mais cela ne devait pas aider Veigar qui devait paniquer au plus profond de lui, même s'il essayait de le cacher. La réputation du Yordle sorcier avait fait le tour de Bandle depuis un moment maintenant, tout le monde savait que ce criminel n'était pas un modèle de sérénité à suivre, il était colérique et constamment stressé pour presque rien. Finalement il me dit :

- Je te suis, Scout... Et fais pas l'andouille ! Si je vois que tu m'emmènes droit dans un piège, sache que j'ai de très bons réflexes moi aussi, et je fais plutôt dans de la frappe de masse, si tu vois ce que je veux dire...

Je lui lança un regard sévère et froid, je n'appréciais pas sa remarque et j'allais le lui faire savoir :

- Ne me fous pas dans le même sac que toi, Veigar, je suis un Yordle de parole, je tiens mes promesses. En revanche, si toi tu oses détruire quoi que ce soit, sois assuré que moi, ce sont tes os que j'exploserais.

Sur ces menaces, j'ouvris la marche et sortit de la ruelle sombre dans laquelle nous nous étions cachés. Je me dis que j'avais peut-être exagéré dans mes menaces, mais le fait est que j'avais compris que le sort de camouflage avait un peu affaiblit mon ennemi et donc j'avais gagné un peu en assurance, peut-être ? Il était vrai que dans l'état actuel des choses, j'étais sûr d'être supérieur à lui et que je pourrais l'arrêter non sans mal comparer aux autres fois.

Nous traversons les rues animées de Bandle City. Entre temps une jeune Yordle nous arrêta, elle me dit m'admirer, je la remercie avant de lui dire que j'étais un peu pressé. Au début elle n'était pas très d'accord et tentait de me faire la conversation mais abandonna quand elle comprit que je n'étais pas apte à papoter. Nous reprîmes notre route. Je ne regardais pas derrière moi, je n'en avais nullement besoin, je savais que Veigar suivait mes pas, mais la Yordle avait dû bien l'irriter, le sorcier n'avait jamais été très patient.

Nous arrivâmes enfin à la bibliothèque. L'intérieur du bâtiment était fait en bois. L'odeur du bois se mêlait à l'odeur du papier. Personnellement j'appréciais cette odeur. Des Yordles travaillaient déjà dans cette bibliothèque, dont quelques étudiants. Il ne fallait donc pas faire de bruit, pour ne pas déranger ces personnes. Je me tournai vers mon ennemi et lui dit en chuchottant :

- Nous sommes arrivés. Fais ce que tu as à faire, je te surveille. Si tu as le malheur de déranger un de ces Yordles…

Pas besoin de finir ma phrase, Veigar était un Yordle très intelligent, malgré son caractère de cochon, il avait comprit qu'il avait intérêt à faire attention… J'en étais persuadé.

HRP:
 





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mer 27 Jan - 14:39
Pas une moquerie... Pas une seule remarque. Rien. Teemo garda le silence lorsque Veigar s'était montré pour la première fois. Hé oui, tant d'années sans connaître le visage du magicien, il pouvait s'éveiller une certaine curiosité de la part du Scout. Et désormais, il avait enfin une tête à mettre sur le nom de l'ennemi publique numéro un de Bandle City. Veigar se doutait bien qu'il faisait une révélation en se montrant, chose qu'il s'était promis de ne jamais faire... Mais il ne s'était pas imaginé une seule seconde que le Yordle garderait ce silence... un peu comme s'il s'était attendu à quelque chose de bien plus violent. Veigar imaginait toujours des conclusions fatales. Cette fois-ci, il pouvait se détendre car rien ne lui tombera dessus. Pas tout de suite.
Ne tenant pas vraiment le regard insistant qui le détaillait, le mage noir fuyait en tournant la tête, attendant que le Scout parte devant. D'ailleurs, ce dernier prit la parole suite à sa remarque, qui renfermait sans le cacher une menace. Le yordle sombre posa des yeux jaunes perçant sur Teemo, ne dissimulant pas sa contrariété. Mais il respectait ces... termes. Ils venaient, tous les deux, de se promettre une mort horrible si l'un des deux oubliaient leurs promesses. Les choses avaient le don d'être très claire, au moins c'était déjà ça.

Ils sortirent de la ruelle, empruntant les rues les plus animées de Bandle. Il le faisait exprès de passer par là ?! Etait-ce le moyen de brider un peu plus les possibilités de défense du magicien, qui était déjà affaiblis par ses récentes expériences magiques ? Toutefois, Teemo était très intelligent. Malin, peut-être même un peu vicieux dans sa manière de se battre. Mais comme il avait dit : Il était yordle de parole. Hors, même en sachant cela, Veigar ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il allait droit dans un piège. Il serra un peu plus le manche de son sceptre, sur ses gardes. Il en avait presque oublié qu'il était à visage découvert. Il tenta de garder un visage neutre, pour ne pas paraître trop étrange aux autres. Mais comment garder une neutralité lorsqu'une petite furie, yordle très impressionnée et passionnée, les arrêta pour pouvoir parler avec Teemo. Le magicien essaya de reprendre contenance alors que l'enfant tournait autour du Scout en sautillant comme une abeille qui tournoyait dans un champ de fleurs. Teemo lui expliqua qu'il était occupé et continua son chemin. Veigar le suivit au pas, lâchant un léger regard vers la gamine, qui le regardait avec de grands yeux ronds, admirative. Mal à l'aise, le magicien détourna les yeux, serrant les dents. Bordel de... Lâches moi, saleté. Arrêtes de me regarder...
Heureusement pour tout le monde, l'enfant passa son chemin, laissant ces deux personnalités poursuivre leur route. Ah... Si seulement elle avait su que c'était le malfaisant Veigar qu'elle a regardé de cette manière, tout Bandle City aurait été secoué.
Le magicien souffla, soulagé. Tandis qu'il passait par un endroit que Veigar reconnaissait sans aucun mal, il fouilla dans ses lointains souvenirs pour se rappeler de la dernière fois qu'une fille l'avait regardé de cette manière. Oui, c'était ... C'est... Elle s'appelait ... ? Je ne sais même plus comment elle s'appelait, en faite. Je me souviens de Bandle, un peu, par moment je revois cette fontaine dans des rêves. C'est ici que je venais souvent... Pour lire. Le nom des autres enfants, peu d'entre eux j'ai connu... Cette petite fille était une des rares yordles à m'approcher... J'évitais le rapprochement, je voulais absolument étudier. Mais lorsque j'y repense, cette petite créature me fait doucement penser à une autre yordle... A... Lulu ? Cela expliquerait mes malaises, lorsqu'elle me tombe dessus. Elle me fait repenser à Bandle, à ce que j'ai quitté... A... mon... passé. Putain... Je ne veux pas me rappeler... Que ça cesse ! - Nous sommes arrivés.

Quoi ?! Comment, qui, où ? Je...
Veigar avait suivi Teemo comme un petit automate suivait son créateur, et désormais, son esprit s'éveillait sur une nouvelle vision bien réelle. Ils étaient arrivés à destination, comme l'avaient précisé les mots du Scout. Sortant de sa légère fuite mentale, Veigar baissa légèrement les oreilles en voyant un de ces lieux qu'il avait eu l'habitude de squatter... Par le passé. Stop. Il faut que j'arrête de ... Je dois faire abstraction de tout ces souvenirs. Sinon je vais finir par péter un plomb.
Le yordle passa une main sur son visage, pour se calmer, et jeta amèrement à son guide, assez bas pour ne pas déranger les autres étudiants :
- Si j'ai le malheur de faire quoi que se soit, n'ai crainte... Je te sais dans le coin...

Sa tête lui faisait terriblement mal, mais c'était dignement qu'il s'aventura dans la bibliothèque. Il posa avec soin son sceptre camouflé par une couverture sur une table pour pouvoir être libre avec ses mains. Il remarqua d'ailleurs un détail ... dérangeant sur ses poignets. Il manquait un peu de poil à cause des cicatrices laissées par les ... menottes, lorsqu'il... Shhh, calmes Veigar. Calmes. Je suis en sécurité ici... Pour l'instant.
S'il se souvient bien d'une chose, c'était que la bibliothèque était très souvent bien entouré. Rempli d'étudiants, elle contenait également des professeurs, et quelques gardes veillaient à la sécurité du lieu. Luttant à la fois contre ses souvenirs et la migraine, Veigar s'avança dans les rayons, en prenant soin de remettre les manches de sa veste correctement. Il savait ce qu'il cherchait, mais il ne se souvenait pas si Bandle City possédait ce genre de livres... Il avait pourtant lu la plupart d'entre eux. Il avait évidemment pris connaissance des recherches faites par les Yordles d'ici, mais aussi ceux de l'Académie des Sciences concernant les cristaux magiques qui jaillissent de la Terre, extension de magie produit par Elle-même. Mais la pierre de Lulu était différente, malgré les similitudes qu'elle partage avec les autres. Dans le doute, Veigar attrapa un livre, dont le titre révèle déjà tout son potentiel : "Les cristaux de Valoran". Un gros livre d'études faites par des yordles, en étroite collaboration avec de grands explorateurs humains. Veigar sourit légèrement en se souvenant des quelques détails dans sa mémoire, alors qu'il feuilletait le bouquin. Il fronça les sourcils en s'arrêtant sur des informations... ... ... Mais le referma bien vite, un peu frustré. Réflexion... Il devait mettre un nom sur les différences entre cette pierre et les autres. Ainsi, il pourra peut-être trouvé son origine, et mieux comprendre ce qu'elle fait. Et si...
Et si elle était purement artificielle ?!
Ceci expliquerait les drôles de sensations qu'il a eu lorsqu'il l'a touché ? Normalement, lorsqu'un être vivant touche les cristaux, il ressent la magie, comme des picotements, mais très doux. Les êtres magiques voient leurs pouvoirs décupler, alors que les personnages comme Veigar ressente tout son potentiel magique. Le cristal sur son sceptre faisait partie des joyaux de la Terre, qui lui permet de d'augmenter ses pouvoirs, de le guider pour bien l'utiliser... Mais si la pierre était artificielle, elle ne pouvait pas faire toutes ces choses !
Je dois trouver des recherches qui parlent des créations hors du commun, voir même des choses qui ont été interdite ou bannie... Si j'avais su que je devais me rapprocher de l'interdit, je ne serais pas passé par Bandle City. Je doute fort de trouver...

- Excusez moi ? Je peux vous aider ?

Veigar tomba de sa chaise. Surpris, la yordle, qui veillait sur la bibliothèque, cligna des yeux. Elle finit même par sourire, retenant visiblement un éclat de rire qui aurait troublé davantage les étudiants aux alentours, qui reprirent leurs travaux suite à ce léger désordre. Veigar se releva, main sur sa poitrine, reprenant son souffle. Il s'était retenu de crier comme une pauvre fille en détresse attaqué par un monstre. La Yordle, polie et fidèle à son poste, rechuchota à son encontre la même question. Le visage de Veigar, qui généralement faisait des traits colérique, mesquin, ou voir méchant, devait faire un effort pour se reprendre. Car gardé une tête surprise alors que la personne ne faisait que lui parler, c'était un peu bizarre... Il secoua son visage, souriant timidement. C'était le mieux qu'il puisse faire en improvisant pour le moment :
- Je... , chuchota-t-il. Je cherche un livre qui parlerait d'une liste que les chercheurs ont faite pour répertorier les trouvailles hors du commun à jour...
- C'est une demande ... peu commune. Puis-je avoir connaissance des raisons qui vous pousse à trouver une liste pareille ?

Veigar ne répondit pas tout de suite. Il avait l'habitude de mentir et de faire en sorte que le mensonge passe bien. Mais à se retrouver en face d'elle, au milieu d'autres Yordles, avec Teemo qui n'était pas très loin, il avait l'impression que même ses années d'entrainement à dépasser sa nature de Yordle ne pourront pas l'aider.
- Je cherche à connaître la nature d'une pierre que j'ai trouvé... , finit-il par répondre, sincère. Bordel de merdre de foutre de saleté de... Gnnnhhnnn... Fais chier. Pourquoi je dis la vérité ?! Bon sang...

Quand tout sera fini, il irait péter un plomb en dehors de la ville, certes, mais il irait tout de même casser des trucs. Il n'en pouvait plus. Mais passons ces menus détails, car la Yordle, quoi qu'un peu perplexe, finit par se déplacer dans les rayons, Veigar à sa suite, tentant de garder un calme qui sera nommé la légendaire patience d'un mage troublé. Elle finit par lui sortir un livre, qui n'était en réalité qu'une sorte de grande pochette en cuir, qui renfermer un tas de papiers.
- Faites attention, c'est lourd, fit-elle en lui donnant. Voici les listes donnés par les chercheurs Yordles, ainsi que par les explorateurs de Valoran. Il en existe plusieurs copies qui reposent dans d'autres bibliothèques, mais j'imagine que vous n'avez pas besoin des originaux.
- Ceci me convient parfaitement, m... - Veigar toussota un coup avant d'être pour la première fois depuis longtemps... - Merci, madame - ... polie avec quelqu'un.

Il retourna s'asseoir, le regard un peu rond devant sa... sa capacité à être aussi gentil. Non mais sérieusement, il allait vraiment pas bien aujourd'hui. Vivement demain, qu'il redevienne comme avant. En ouvrant la pochette, il soupira longuement. Les listes étaient bien là, et semblaient pleine à craquer, mais elles étaient toutes mélangées... Veigar lança un coup d’œil à Teemo, qui n'était pas très loin. Il avait dit qu'il le surveillerait, certes. Le mage se demanda même s'il avait veillé à ce que la scène avec la bibliothécaire se passe pour le mieux... Mais il passa sa curiosité sur les listes, faisant signe à Teemo de venir, s'il le voulait. Une aide ne sera pas refusé, sinon il allait y passer la journée et la nuit à chercher quelque chose dont il n'était même pas certain de trouver ici.

Une pierre artificielle... Je ne pense pas qu'elle soit répertoriée. Ce mage, qui se cachait dans la forêt de Demacia, a dû la créer, et c'est sans aucun doute la raison de sa fuite brutale de son domicile... Des gens ont dû sentir la magie et par convoitise doivent le poursuivre. Je ne vois que ça... Mais il faut que je sois sûr de ce qui m'attend. Dans le doute, je vais chercher sur ses listes un moyen de... Oh ?! Intéressant !

Veigar sourit en voyant des explications sur un parchemin interdit, qui aurait servit à pister des émanations magiques venant d'un être vivant. Avec un maléfice, il pourrait facilement faire quelque chose de similaire pour retrouver le mage en fuite... S'il ne trouve rien dans les livres, il pourra arracher des explications de la bouche du fuyard. Avec ou sans son consentement.
- Teemo... Je n'ai rien trouvé d'utile. Par contre, je sais comment retrouver le mage. Aides moi à partir de Bandle City en toute sécurité, et je te dirais tout sur mon plan... - Veigar referma la pochette et se leva pour récupérer son sceptre, faisant face au Scout - ... N'oublie pas ta promesse... Et je n'oublierais pas la mienne. S'il... hm... - Un nouveau toussotement - S'il te plait...

C'était devenue une manie... Bon, à moins que Veigar n'avait oublié quelque chose que le Scout finira par mentionner, il pouvait quitter Bandle... Le plus vite sera sans aucun doute le mieux, avant qu'une de ses crises pointent le bout de son nez.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Sam 13 Fév - 14:46

Quand je me retournai pour lui annoncer que nous étions arrivés à destination, je constatai que Veigar était dans la lune. Comme plongé dans ses souvenirs, ses yeux semblaient dans le vague, on aurait dit qu'il était tombé dans un sommeille qui le tourmentait. Ma voix eut pour effet de réveiller le sorcier de sa mini torpeur, avec un air surpris. Je souris, cela m'avait amusé, j'avoue avoir trouvé Veigar plutôt mignon quand son visage n'est plus crispé par la colère ou l'angoisse et qu'il regarde autour de lui avec des yeux ronds comme une soucoupe.

Mais après la surprise passée, il semblait de nouveau tourmenter par quelque chose. Ses oreilles se baissèrent et il affichait de nouveau un visage nerveux. Je me demandais ce qui le dérangeait à ce point, était-ce ma présence qui le dérangeait ? Ou bien est-ce de vieux souvenirs d'enfances qui étaient venus le tourmenter. Regretterait-il d'avoir abandonnée sa patrie et de la nuire comme il l'a fait ces derniers mois ? Au fond de moi je l'espérais, mon travail serait bien plus simple et puis j'avais l'intuition que s'il n'avait pas mal tourné, Veigar aurait pu être un Yordle bien sympathique avec qui j'aurais pu me lier d'amitié. Je secouais ma tête afin d'oublier ces pensées que je qualifiais d'absurdes malgré tout. Je ne devais pas me permettre de ressentir de la compassion et de l'affection pour le sorcier, il restait mon ennemi !

- Si j'ai le malheur de faire quoi que se soit, n'ai crainte... Je te sais dans le coin...

Malgré ses pensées négatives qui le tourmentait, Veigar s'aventura fièrement dans la bibliothèque. Je le suivais du regard, ne perdant pas une seule miette de ses moindres fait et geste. Il posa ses affaires sur une table et alla chercher dans les rayonnages de la bibliothèque quelque chose qui serait susceptible de l'intéressé.

Moi je m'installai à la table où il avait déposé ses affaires. De toute façon la bibliothèque ne manquait pas de gardes et, affaiblit, Veigar ne pouvait rien contre eux non plus. Ma présence dans la bibliothèque est quelque chose d'assez inhabituelle et les habitués du lieu m'avaient déjà repérés. S'ils s’apercevaient que je surveillais quelqu'un dans ce bâtiment ils auraient sûrement des soupçons et ce n'est pas quelque chose que je voulais. Ma collaboration avec Veigar devait rester secrète et le sorcier était venu ici incognito, si un autre Yordle l'apprenait, Veigar ne se sentirait pas bien voir même trahi ce qui l'ammenerait à briser notre fragile alliance.

Veigar s’essaya non loin de moi, il posa une grande pile de livres qu'il se mit à feuilleter, déterminer à trouver ce qu'il cherchait. Un peu plus tard, une jeune Yordle, sûrement une bibliothécaire, vint le voir et lui demanda si elle pouvait l'aider. Veigar fut visiblement très surpris par la demande de la jeune femme qui ne faisait que son boulot, cela le déstabilisa et il manqua de tomber de sa chaise. Finalement Veigar laissa de côté son rôle de sorcier maléfique pour prendre le masque du gentil Yordle habituel et fit sa demande à la jeune bibliothécaire. Jugeant que Veigar pouvait se débrouiller seul pour le moment, je plongea mon nez dans un livre que j'avais pris du rayonnage. Je restais tout de même un minimum vigilant et je levais les yeux régulièrement pour surveiller mon ennemi.

Au bout d'un moment, il me fit signe de venir vers lui. J'arquai un sourcil avant de finalement me lever, ranger le livre que je lisais, puis je m'approcha de lui suffisamment pour entendre ce qu'il avait à me dire :

- Teemo... Je n'ai rien trouvé d'utile. Par contre, je sais comment retrouver le mage. Aides moi à partir de Bandle City en toute sécurité, et je te dirais tout sur mon plan... N'oublie pas ta promesse... Et je n'oublierais pas la mienne.

Debout face à moi, il toussota avant de murmurer du bout des lèvres un « S'il te plait ». Je gardai un visage sérieux, réfléchissant à ce que venait de me dire mon ennemi. Bien qu'il n'y avait qu'une seule option qui soit vraiment possible, je devais faire confiance à Veigar et accepter sa dernière requête. J’acquiesçai donc un mouvement de tête avant de le mener vers l'extérieur de la bibliothèque.

Nous avançâmes de nouveau dans les rues de Bandle City, cette fois-ci en direction de la sortie de la ville. Suite à cette journée pour le moins inhabituelle, je ne pu m'empêcher de ressentir une certaine curiosité vis-à-vis de mon ennemi. Alors que je m'étais toujours contenter de repousser ses attaques sans me poser de questions, j'en étais venu à me demander s'il avait toujours été aussi anxieux et surtout hostile vis-à-vis de sa patrie natale… Son passé m'intriguait… Mais le fait qu'il soit l'ennemi numéro un de Bandle m'empêchais de ressentir de la compassion… Ou du moins je le croyais… Toutefois je lui dis :

- J'ai une question pour toi, Veigar… Est-ce que tu crois que même la pire des personnes peut changer ? Qu'elle peut devenir bonne juste en essayant de faire des efforts ?

Je n'attendais pas spécialement de réponses de sa part… Mais il était vrai que je commençais maintenant à douter de moi. J'avais longtemps pensé qu'il ne pouvait y avoir que des « méchants » ou des « gentils »… Mais je ne pouvais pas croire non plus qu'un Yordle pouvait-être profondément mauvais. J'avais découvert à ce jour une facette de Veigar que je ne soupçonnais pas, c'était un Yordle anxieux, colérique… Bien loin de l'image du sorcier maléfique et indomptable que je me faisais de lui.

Nous sortîmes de Bandle City sans vraiment d'encombres. Il faut dire que personne ne connaissait le véritable visage de Veigar donc très peu de personnes le soupçonnait de quelque chose. J'avais décidé de le guider hors de la ville, au cas-où il déciderait de me porter un coup sournois, au moins la ville ne risquerait pas d'être endommagée par les bêtises du sorcier.

- Je t'écoute.





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Dim 13 Mar - 14:15
Teemo le regardait de son habituel air sérieux, en silence. Il aurait pu refuser à ce moment là, faire semblant d'oublier les termes de leurs accords et d'appeler la garde. Après tout, étant un ennemi et en position de faiblesse, Veigar aurait pu finir entre les griffes de ses compères, à ce jour. Le magicien s'était permis cette légère paranoïa, qui s'était introduite dans son esprit comme un murmure glaciale. Mais en honnête yordle, le Scout acquiesça et guida Veigar en dehors de la bibliothèque, que se dernier quitta avec une légère amertume. Ce genre de lieu, il n'en croisait plus si souvent qu'auparavant, à regret. Il serait bien resté quelques minutes de plus s'il n'était pas pressé de partir d'un endroit hostile. Ou menacé, selon où on se positionnait, car il faut bien l'avouer que le mage noir était un vrai danger publique ici.
Pour le bien de Bandle City et de ses habitants, Teemo cheminait vers la sortie. Oh, ça oui, le chemin des portes, il s'en souviendrait toute sa vie... C'était une des dernières choses qu'il aperçut de sa cité natale avant de partir à l'aventure. Et de ne plus jamais en revenir en yordle ... normal. La tension grimpa d'un cran alors qu'ils traversaient la grande route, qui démarrait dans les quartiers marchands et passait sous la porte en continuant dans les collines. La route que tout le monde empruntaient... Et aujourd'hui, ils étaient légions. Marchands, visiteurs, yordles locaux, enfants et grands... Toutes ces... personnes... tellement insouciantes du danger qui passe. La tension était à son paroxysme lorsque des anciens s'étaient mis à le regarder, semblant perplexe à la vue de ce drôle de bonhomme. On aurait dit un voyageur avec ce sac et son objet inconnue enroulée dans un drap. C'était d'ailleurs par un malheureux hasard du vent et à force de bousculade dans les rues que le drap glissa sur le sol.
... Veigar s'était arrêté, lâchant quelques regards sur les anciens qui continuaient à discuter comme si de rien n'était, ne le lâchant pas des yeux. C'était le genre de chose qui agaçait et stressait le mage noir au plus haut point... Au final, le fait que son sceptre soit découvert ne l'inquiétait même pas plus que ça, car si ces vieillards ne cessaient de le regarder, il allait faire un sacré carnage dans cette ville ! Gnnhhn... Fichez moi la paix...
Ni vue ni connu, l'un des yordles tomba de sa chaise. L'objet en question avait cédé d'une manière inattendu, laissant le pauvre dans le désarroi. Et oui, on ne contrariait pas un magicien. C'était un sort ridicule, comparé à ce qu'il aurait pu faire, mais des bêtises qui pointaient le bout de leur nez aussi gentiment ça ne s'ignorait pas. Dans un sourire malin, le sceptre à la main, le Seigneur des Maléfices emboîtait le pas de Teemo. Il ne savait pas si ce dernier avait fait attention à ses actes dissimulés, car il semblait pensif. Et alors qu'ils s'approchaient de la porte principale, enfin!, le Scout de Bantam se tourna vers lui, posant une question que même le plus mauvais des yordles ne s'attendaient pas à avoir... Surtout pas de la part de son nemesis :

- J'ai une question pour toi, Veigar… Est-ce que tu crois que même la pire des personnes peut changer ? Qu'elle peut devenir bonne juste en essayant de faire des efforts ?

Et là, c'est le drameVeigar resta silencieux et tendu, jusqu'à ce qu'ils finissent par sortir de Bandle City. C'était quoi cette question ?! On dirait une demande que l'on fait à un sage pour pouvoir être guidé au mieux. Et il avait affaire avec le mage le moins sage de tout Runeterra ! Bon, d'accord, peut-être que dans ses moments de "calmes" - aussi peu nombreux soient-ils - Veigar s'avérait être capable de tenir une discussion sans péter un plomb. Jusqu'à ce qu'il trouve le moyen de vous jeter un maléfice simplement par contrariété, ou par folie, ou on ne sait quelle mouche l'aura piqué. La sagesse, après tout, était accessible à tout être capable de raisonnement, qui aurait assez de culture pour répondre à toutes questions. Mais celle ci, c'était une sacrée colle... Et Veigar ne pouvait pas s'empêcher de se sentir visé directement.
Elle lui était forcément destiné...
Après tout, c'était bien normal que Teemo se pose des questions après cette étrange journée. Il avait devant lui son ennemi juré, sans pour autant qu'ils se mettent sur la tronche. C'était bien une première. Veigar finit par se tourner vers le Scout, toujours silencieux, le visage particulièrement neutre, hormis une légère moue sur ses lèvres signifiant sa contrariété. Ses traits finirent par se durcir alors qu'il commençait à répondre, dans un calme légendaire venant d'un être aussi instable émotionnellement :
- Tout dépend de beaucoup de choses.

Il continua, tout en fouillant dans son sac à dos, cherchant son fidèle chapeau.
- Si la pire des personnes est "la pire", c'est qu'elle a voulu l'être, ou qu'elle a pris ce chemin qui s'est présenté à elle. On ne change pas les événements, on les subit et on en tire des leçons. Par contre, si la pire des personnes est "la pire" par ses actes ou ses choix, est-ce qu'elle est récupérable ? Est-ce qu'on pardonne au Mal si facilement ?

Il se redressa, chapeau sur la tête et sceptre à la main. Son grand gant avait aussi repris sa place, enfilé à la main droite, et il répétait le geste de serrer et desserrer le poing, nerveusement.
- Tout dépend si ce Mal veut continuer à l'être ou non...

Il avait prononcé ses mots, l'esprit un peu dans le vague, comme s'il s'était, en l'espace de quelques secondes, concentré sur les mouvements de Teemo. Un doute... Au cas où le Scout aurait répondu violemment. C'était à cause de ce doute, qui persista, que Veigar commençait déjà à redevenir crispé.
- Est-ce que ces personnes peuvent changer ? J'en ai aucune idée. Peut-être que les efforts seront nombreux et demanderont beaucoup de temps pour qu'elles puissent trouver une rédemption. Mais c'est bien trop tard pour penser aux changements, Teemo. Changer, et ensuite ? Tout abandonner ? Jamais. Tu m'entends ?!

Une sombre aura entoura le magicien, alors que son poing gauche serrait fermement le sceptre, dont le joyau s'illuminait légèrement. C'était cette aura qui l'assombrissait, notamment pour cacher son visage un peu mieux, déjà de base bien camouflé par le grand chapeau. Il se sentait en sécurité dans ces ténèbres. Elles rassuraient cette âme déchirée, craintive des lumières telle que Teemo, qui avait pour la première essayé d'approcher son ennemi d'une manière différente de d'habitude. Et quelque part, au fond de sa personnalité, tellement enfoui que lui même ne s'en rendait pas compte, Veigar avait été touché par l'attention. Il finit par lâcher dans un murmure :
- Pas si prêt du but... - ... Puis, il secoua la tête, reprenant un ton haut perché qu'il avait l'habitude d'avoir - N'oublie jamais qui est devant toi, Scout de Bandle. Le Maître des Maléfices, le tout puissant Veigar !

Le gros mégaloLe magicien grommela en se souvenant qu'il devait parler de son plan. Il devait se dépêcher avant que le temps le rattrape... Et avant qu'il décide d'envoyer un sortilège sur cette foutue ville.
- A défaut d'avoir eu de plus amples explications sur cette pierre, j'ai trouvé celles d'un parchemin capable de retrouver des mages. Grâce à un procéder magique, je serais en mesure de retrouver l'homme que je cherche depuis des semaines. Tu pourras vérifier par toi-même mes dires à la bibliothèque, tout est expliqué : qui a imaginé le sort, pourquoi, et comment il s'est retrouvé à être interdit. Je peux le reproduire, ce qui est interdit ne me pose pas de souci... J'incarne l'interdiction, hein. - Veigar s'arrêta, observant quelques instants le yordle avant de reprendre - Tu avais maintes occasions de m'arrêter aujourd'hui... A mon tour de te poser une question, puisque c'est la journée : Pourquoi ne pas l'avoir fait ? Eradiquer le mal est pourtant quelque chose que tu es censé faire...

Veigar préféra faire quelques pas de recules suite à sa question, mettant une distance de sécurité. Juste au cas où Teemo se souviendrait de son devoir et qu'il déciderait de s'attaquer à lui... Quoi que, quand on y repense très sérieusement, la personne qui portait le premier coup, c'était toujours Veigar... Tout allait contre lui, ça devenait une habitude.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Ven 13 Mai - 16:11

La sortie s'était faites sans encombre. J'avais bien vu un petit vieux tombé de sa chaise mais cela n'était pas quelque chose d'étrange, il arrivait souvent aux chaises dont le bois était pourri, de se briser. Je ne m'étais pas tellement attarder sur la chose, mon ennemi envahissait mes pensées. Je n'arrivais plus à me faire d'avis sur lui. Jusqu'à ce jour, je m'étais contenté de le repousser, sans me poser de questions. Il était un ennemi de Bandle et j'étais le protecteur de Bandle, quoi de plus logique ? Mais en cette étrange journée j'avais eu l'occasion de faire connaissance avec un autre Veigar, un Veigar qui m'intriguait bien plus que celui que j'avais l'habitude de croisé. Pour cela, après être sortit de la ville, je lui posai une étrange question. Même moi je n'aurais pas pu y répondre tellement elle était… Bancale… mais je n'ai pas pu m'empêcher de la lui poser.

Veigar me regardait tout d'abord avec un air surpris, ma question avait eu l'air de le déstabiliser un peu. Je comprenais cette réaction, je pense que j'aurais eu la même si on m'en avait posé une du même genre. Son visage surpris laissa peu à peu place à une expression colérique, son visage s'était durçit et ses yeux flamboyants se posèrent sur moi, me faisant frémir même si je tentais de ne pas le montrer. :

- Si la pire des personnes est "la pire", c'est qu'elle a voulu l'être, ou qu'elle a pris ce chemin qui s'est présenté à elle. On ne change pas les événements, on les subit et on en tire des leçons. Par contre, si la pire des personnes est "la pire" par ses actes ou ses choix, est-ce qu'elle est récupérable ? Est-ce qu'on pardonne au Mal si facilement ? Tout dépend si ce Mal veut continuer à l'être ou non...

Je ne savais pas trop quoi réponde à cette tirade et le regardais avec un air confus. Alors qui semblait toujours plus en colère il continua en déclarant, la voix haute, son chapeau sur la tête et son sceptre à la main :

- Est-ce que ces personnes peuvent changer ? J'en ai aucune idée. Peut-être que les efforts seront nombreux et demanderont beaucoup de temps pour qu'elles puissent trouver une rédemption. Mais c'est bien trop tard pour penser aux changements, Teemo. Changer, et ensuite ? Tout abandonner ? Jamais. Tu m'entends ?!

Je sentais une terrible aura terrifiante autour de mon ennemi, suffisamment impressionnante pour que je me sente inquiet et je pris ma sarbacane à la main. Je ne m'attendais pas à mettre autant en colère le magicien avec ma question bizarre, il aurait pu se contenter de l'ignorer, cela n'aurait rien changer dans ma façon de procéder… Mais peut-être qu'au final que je voulais changer… Le « Bien » et le « Mal » ne sont ils pas plus complexes que cela ?

Il semblait se calmer, murmurant quelque chose que je n'entendis pas. Il reprit ensuite un timbre de voix normal pour me demander de ne pas oublier qui il était : « Veigar le maître des maléfices »… Mais… Ne cachait-il pas autre chose ?

Il grommela et me parla ensuite des pierres et de son plan. Il me dit qu'il avait trouvé un sortilège capable de l'aider à retrouver un sorcier. Malgré que ce sort soit interdit, ça sera un jeu d'enfant pour lui de,reproduire ce sortilège. Si ce sort s'était retrouvé interdit, c'est qu'il devait être puissant… Veigar avait auparavant insinué que ces pierres et le sorcier qui les a créé pouvaient être dangereux pour tous… Et donc peu m'importe le procéder, tant que Bandle était sauve je ne voyais pas d’inconvénient à ce que Veigar utilise un sort « banni » pour parvenir à ses fins.

Veigar manqua une pause. Un silence pesant prit place. J'avais toujours ma sarbacane entre les pattes. Le mage noir brisa ce silence en me disant :

- Tu avais maintes occasions de m'arrêter aujourd'hui... A mon tour de te poser une question, puisque c'est la journée : Pourquoi ne pas l'avoir fait ? Eradiquer le mal est pourtant quelque chose que tu es censé faire...

Je leva un sourcil, je ne m'attendais pas tellement à cette question. Je sentais également Veigar nerveux, il recula d'un pas comme s'il s'attendait à ce que je me mette à l'attaquer. Je penchai la tête sur le côté et afficha un sourire faussement innocent, je me moquais de lui :

- Voyons, Veigar… Depuis le temps tu me connais si mal ?

Je me mis au garde à vous et reprit d'un ton plus sérieux :

- Éradiquer le mal n'a jamais été mon rôle. Je protège ma patrie, point. Si je devais « éradiquer » le mal je me contenterais pas de t'attendre à Bandle… J'irais directement te chercher où que tu sois et je te tuerais avec le poison le plus efficace que je peux trouver… Et crois-moi, des poisons mortels, ce n'est pas ce qui manque dans la région.

Je marquais une pause, j'hésitais à poursuivre mon monologue… Mais je me suis finalement résolu à continuer à dire ce que j'avais à dire :

- Et puis… Tu es un Yordle, non ? Donc à priori tu es né ici… Malgré que tu veuilles tant détruire la patrie qui t'a vue naître, tu restes un des miens. Cela me paraît inconcevable de te tuer.





Couleur paroles : Seagreen
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar]
Revenir en haut Aller en bas

Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar]
» Moi en quelque sorte et ma ville dans ACNL
» [ESTIM] amstrad cpc 6128 avec écran et quelque jeux
» Comment Tuer un ennemis avec certaines conditions
» J'espère passer un bon moment avec vous, ou quelque chose comme ça.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Valoran :: Sud Est :: Bandle City :: Marché et commerces-