Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Never underestimate the power of the Scout's code ~ ♪


MessageSujet: Sympathisons avec l'ennemi. En quelque sorte. [pv: Veigar] Mer 29 Juil - 4:06

La journée était déjà bien entamée à Bandle City. Elle semblait paisible comme les autres jours qui ont précédé celle-ci. De ce fait, on m’avait accordé quelques jours de repos. Ou plus communément appelé « vacances ». Personne ne semblait pour le moment vouloir attaquer la patrie des Yordles et donc on n’avait pour le moment pas besoin de mes services. Je pouvais donc profiter d’une journée de repos pour me détendre et passer plus de temps avec mes parents toujours vivant bien qu’affaiblit par la vieillesse.

Enfin… C’était sûrement ce qu’aurait fait un Yordle « sain d’esprit », si je puis m’exprimer ainsi, ce qui était loin d’être mon cas. Bien évidemment j’avais essayé de me détendre le matin, je jouais à des jeux de sociétés avec mes parents, mais je ne supportais pas cela, je manquais cruellement d’activité et je m’ennuyais. Je décidai alors, l’après-midi venu, de sortir de la maison familiale et d’effectuer une patrouille non officielle. Ainsi, même s’il ne se passait pas grand-chose à Bandle en ce moment, je pouvais tout de même me promener et ainsi aider les Yordles qui en avaient besoin.

Je croisai alors la route d’une Yordle un peu âgée qui portait deux gros sacs qui semblaient un peu lourd, coiffé de mon fidèle chapeau vert, je vins à sa rencontre et la salua en soulevant mon couvre-chef :

- Bonjour Madame, laissez-moi vous aider à porter vos courses jusqu’à chez vous.

La femme accepta et me confia ses sacs. Nous partîmes donc vers sa maison, elle ouvrait la marche, me montrant ainsi le chemin et je la suivais, restant auprès d’elle et à l’affût de chaque bruits suspects. Après tout nous n’étions pas à l’abri d’un vol, surtout dans la rue. Bien heureusement, nous arrivâmes à la maison de la Yordle qui me remercia après que j’ai été déposé ses sacs à l’intérieur de son domaine. Il s’agissait d’une maison plutôt modeste, elle faisait partie des Yordles assez aisé, probablement. Elle me demanda si je voulais quelque chose en retour du service que je lui avais donné, je rétorquai en lui disant que c’était mon devoir et que je n’attendais rien en retour. Mais elle insista et alors que j’apprêtai à sortir de sa maison elle m’offrit une petite bourse de quelques pièces en cuivre. Je ne pu refuser et parti en la remerciant.

Je repris alors ma promenade, me dirigeant petit à petit vers le quartier commerçant de la ville, ce n’était pas un pur hasard, je savais que la plupart du temps les voleurs, et autres voyous de ce genre, aimaient beaucoup effectués leurs méfaits dans ce quartier en journée, sûrement parce qu’il y avait souvent énormément de personnes dans ces rues et donc il y avait plus d’ennemis potentiels. Je marchai donc tranquillement, toujours très vigilants des attitudes des Yordles qui étaient autour de moi. Au moindre mouvement suspect, j’étais près à sauter sur le moindre voyou, même si je n’avais pas ma sarbacane, et encore moins mes poisons, entre les mains.

HRP: