Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Strong independent woman ♪♫
Sivir
MessageSujet: Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish] Jeu 16 Juil - 0:24


logo




› Nom + Prénom › Sivir

› Surnom › La vierge martiale

› Sexe › Féminin

› Race › Humaine

› Origine › Shurima

› Allégeance › Shurima, ou elle-même..?

› Profession › Mercenaire et héritière d'un empire disparu. Ça fait beaucoup '-'


Description


› Physique

« J'ai eu l'occasion de la voir une fois... Elle reflétait à la fois la beauté et la rudesse du désert. »

La peau de la jeune femme était tannée par les années de vie qu'elle avait passées sous le soleil écrasant du désert de Shurima. Ses cheveux auraient pu se décolorer, mais ils étaient restés d'un noir profond, arborant des reflets bleutés à la lumière dansante de l'astre solaire. Jamais un coup de soleil n'avait marqué sa peau. Ses yeux étaient d'un bleu éclatant, rappelant celui du ciel totalement dénué de nuages. Ils étaient soulignés d'un fin trait de pinceau noir, leur donnant de la profondeur, un charme tout orientale. Bien qu'elle ne fut pas spécialement grande, elle n'était pas réellement petite non plus. Ses membres étaient fins mais musculeux, et elle avait les traits acérés de ceux qui n'ont pas eu la vie facile. Le visage fin, les joues légèrement creusées, l'ensemble était tout de même harmonieux, fendu d'un nez parfaitement droit et de lèvres pulpeuses. Ses yeux en amande étaient surmontés d'une couronne d'or sertie d'un lapis lazuli parfaitement poli. Son cou était enserré dans une écharpe de la couleur de l'os poli, et un gorgerin d'or maintenait contre elle les bandes de tissus sombre qui couvraient sa poitrine, ni trop volumineuse, ni trop petite. Son ventre plat était parfaitement nu et lisse. Ses hanches étaient enserrées dans une ceinture d'or, maintenant contre elle les pans de son pagne de cuir sombre. Ses bras, jusqu'au milieu de ses avant-bras, étaient enserrés dans des gants de cuir maintenus par de fines attaches en or, et ses jambes, jusqu'à mi-cuisse, sans des bottes de cuir renforcées de métal. Des plaques d'or finement taillées protégeaient ses genoux. Pour seule arme, un gigantesque boomerang à quatre lames était accroché à son dos.

› Caractère

« Je n'ai jamais vu quelqu'un qui ait autant aimé l'or ou le clinquant. Et pourtant... »

Pour la jeune Shurymane, l'or n'avait pas simplement une valeur pécuniaire. Elle l'aimait pour la richesse qu'il lui apportait, pour le pouvoir qu'il lui conférait, mais aussi d'une manière plus intime, comme l'élément qui avait façonné sa vie entière. Quoi qu'elle fasse, Sivir était toujours intéressée. La vie ne se préserve pas sur la base de bons sentiments, d'honneur ou de compassion. Elle se garde à la force des poignets, et à la hauteur de ce que l'on est prêt à faire pour la garder. L'existence rude qu'elle avait menée avait encré très tôt cette état de fait dans l'esprit de la jeune mercenaire, si bien qu'elle ne s'était jamais réellement encombrés de bons sentiments. Après tout, personne n'avait pris le temps de lui apprendre à devenir une personne intègre...
La mercenaire avait un sens de l'éthique tout à fait personnel. Elle ne se préoccupait pas du mal que pouvait engendrer ses actions, tant qu'elles lui étaient profitables. Tout le monde avait un prix à ses yeux, et le sien était particulièrement élevé. Seuls les meilleurs se payaient ses services. De même, Sivir avait une conception toute particulière de la loyauté. Elle se dévouait à qui avait assez d'argent pour acheter ses services, mais elle savait également lorsqu'un contrat ne se révèlerait pas lucratif. Elle se réservait le droit de rompre un contrat si elle jugeait qu'il allait s'avérer néfaste pour ses affaires, et jusqu'à présent elle avait eu du flair.
Cela dit, depuis quelques temps, l'esprit de la jeune femme s'est troublé... Elle doit à présent faire face à la signification d'un héritage insoupçonné jusqu'alors, et elle ne sait plus trop ce qu'elle doit faire. Continuer la vie qu'elle avait toujours connue, vendre ses services aux plus offrants... ou assumer l'héritage du royaume émergé des sables de son ancêtre, Azir ? C'est avec un certain étonnement qu'elle s'est rendu compte qu'elle souhaitait voir l'empire de son aïeule retrouver sa grandeur d'antan... Mais elle ne sait pas encore bien ce qu'elle sera prête à faire pour l'aider, ce qu'elle sera prête à sacrifier... Et cela l'effraie.
Compétences

› Classe › Tireur
› Armes › Son Boomerang
Sivir est une guerrière. Lorsqu'elle se laisse gagner par la frénésie du combat, elle se montre plus vive, se déplaçant plus rapidement lorsqu'elle porte des coups à ses adversaires. Car l'on n'échappe pas à la vierge martiale.

Sivir lance son boomerang devant elle, infligeant de graves blessures aux ennemis sur sa trajectoire avant que, comme tout boomerang, sa lame ne revienne vers elle.

Grâce à son habileté, la mercenaire peut imprimer un mouvement rotatif à son arme tel qu'elle va rebondir entre ses ennemis, ne se contentant pas d'un blesser un seul. Un mercenire se doit de pouvoir faire face même à plusieurs adversaires...

La vierge martiale n'a pas gagné son titre que par la force brute. Certes ses coups sont pour le moins douloureux, mais il est important de pouvoir se sortir des situations les plus mauvaises... C'est pour cette raison que Sivir garde auprès d'elle un artefact Shuriman, capable de générer un bouclier magique temporaire apte à protéger la jeune femme des techiques adverses qui, en temps normal, auraient pu se révéler décisives.

Sivir se mets en chasse. Ses instincts s'aiguisent, l'adrénaline monte, et ses muscles se surpassent. Elle attaque plus vite, se déplace plus rapidement, tout ce qu'il faut pour ne pas laisser échapper sa proie, la tête qui va lui ramener un bon paquet d'or.

Relations

Dites-nous qui fait partie de vos Amis/Collègues/Famille/Ennemis et vos relations avec.

icône
Azir est... Mon ascendant. Mon aïeul sur plus de 1000 ans. Ça fait un certain choc lorsqu'on se découvre ce genre de lien... Surtout que ce n'est pas n'importe qui. Un ancien empereur de Shurima. Depuis que mon sang l'a ramené à la vie, l essaye de m'enseigner ce qu'il sait sur l'empire qu'il aimerais me voir gouverner un jour. Cela dit, je suis une femme d'action, et ses "cours" ont tendance à me faire perdre patience. En dehors de ça, je crois que je l'apprécie.

icône
Nasus est l'un des serviteurs de mon ancêtre. Je crois qu'il se méfie de moi. Il ne doit pas me trouver digne d'hériter de l'empire d'Azir. Il n'a peut-être pas tors, et pourtant j'ai envie de les aider... Je suis un peu perdue. Mais je n'aime pas sentir son regard méfiant posé sur moi.

icône
Ah, si je la tenais, elle passerait un sale quart d'heure... En générale, je n'apprécie pas trop de me faire poignarder et laisser pour morte dans un tombeau abandonné. Bref, si je la recroise, ce sera pour faire de sa queue de serpent un sac à main. Voila qui lui siéra bien mieux, et qui la rendras plus utile au monde.

icône
J'ai eu affaire à lui lorsque le haut commandement Noxien à eu besoin de mes services. En dehors de cette relation purement utilitaire, je n'entretient aucun lien avec lui. Mais il me semblait important de préciser que j'avais travaillé pour lui...

icône
Une autre femme que j'ai eu l'occasion de rencontrer lorsque je travaillais pour Noxus. Elle me laisse une sale impression, comme si elle préparait toujours un coup... Et je ne pense pas me tromper. Mon instinct est plutôt fiable pour ce genre de choses...


La vie est faite de hauts et de bas. Celle de la mercenaire est un enchainement d'épreuves, chacune exigeant d'elle qu'elle se dépasse toujours un peu plus. dès son enfance, elle avait du faire preuve d'une force que peu démontrent, même à un âge plus avancé que le sien... La vie de la jeune femme débute dans le désert de Shurima, au sein d'un groupe de nomades qui survivait via des méthodes plus ou moins honorables. Sa mère était morte au cours du pillage d'une tombe, et son père avait été seul à l'éduquer. Selon ses principes.

« L'or est la seule chose tangible en ce monde, ma fille. Pas la compassion, pas la bonté. Elle n'aide pas à survivre. Seul l'or permet de vivre. »

***

La fillette marchait à la suite des nomades, encore trop jeune, trop faible, pour s'accaparer un chameau. Ses sandales étaient usées jusqu'à la corde, mais elles tenaient encore à ses pieds, aussi son père n'avait pas jugé nécessaire de les remplacer. Il en allait de même avec sa tunique de jute et son pantalon. Ses cheveux étaient noués à l'aide d'une lanière de cuir. Rien ne protégeait son visage du vent du désert et du sable qu'il charriait. Mais elle en avait l'habitude... En faite, la seule chose qui faisait qu'elle se démarquait du groupe au sein duquel elle marchait, c'était l'arme accrochée à son dos. L'arme faisait bien sa taille, et elle la portait avec difficulté. Son père lui avait expliqué qu'elle appartenait à sa mère, et qu'elle devait la posséder à présent. Comme c'était tout ce qu'il lui restait d'elle, elle s'y accrochait comme elle ne s'était jamais accroché à rien...

Le groupe de nomade s'arrêta près d'une oasis, et la fillette alla se désaltérer dans l'eau pure. Le vent était bloqué par les arbres qui entouraient le point d'eau, et elle se permit enfin de déplisser les yeux pour profiter d'un champ de vision dégagé. Tandis que les voyageurs déchargeaient les chameaux et posaient les tentes, le regard de la fillette fut attiré par un éclat, de l'autre coté du bassin. Laissant ses compagnons de voyage derrière elle, elle fit le tour du bassin pour atteindre ce qui ressemblait à une plaque d'or dépassant légèrement du sol... Curieuse, la langue pointant hors de ses lèvres sous la concentration, elle entreprit de déterrer la plaque, accrochée à l'aide de rivets à une structure en pierre. Excitée par sa découverte, elle continua ses fouilles jusqu'à-ce que la nuit tome, laissant tomber un voile glacé sur le désert. Son père la trouva alors qu'elle mettait à jour ce qui ressemblait au sommet d'une arche de pierre et, intéressé, il fit venir le reste des nomades.

En quelques jours, les hommes avaient déterré ce qui ressemblait à l'entrée d'un vieux temple. Impatients, ils organisèrent une expédition pour explorer les ruines et en tirer le plus de richesses possible... Le père de Sivir ne revint jamais de cette expédition. Aux dires des hommes qui avaient étés avec lui dans a structure, et dont bon nombre étaient revenus avec de sérieuses blessures, le sol s'était dérobé sous ses pieds et il s'était empalé sur des pics acérés. Cela dit, l'expédition se montra lucrative, au vue de toutes les pièces d'or qu'ils avaient réussi à extraire des ruines...

***

Adolescente. Une jeune femme en devenir, dont les traits encore enfantins laissaient tout de même entrevoir la beauté qu'elle allait devenir. Vêtue légèrement, le soleil ne brûlait pas sa peau. Il ne l'avait jamais brûlée. Son boomerang, son seule héritage familiale, était toujours accroché à son dos. Mais l'arme était sublime, sertie de pierres et d'or, et elle attirait les convoitises... Et maintenant qu'elle grandissait, le chef des pilleurs de tombeau se disait qu'il ne serait plus aussi facile qu'avant d'utiliser l'orpheline, qui avait un don pour trouver les affaires lucratives et les tombeau les plus riches. Il fallait qu'il se débarrasse d'elle avant qu'elle ne gagne en assurance, qu'il puisse ainsi s'emparer de son arme et être certain de ne pas avoir à subir, plus tard, de tentative de rébellion.

Le soir était tombé sur le désert, et l'adolescente se reposait dans sa tente, qui avait appartenu à son père. La structure de toile avait connu des jours meilleurs, mais elle la protégeait du vent glaciale du désert et cela lui suffisait. Assise sur une natte, elle mangeait de la viande séchée lorsque les pans de la tente s'écartèrent, laissant entrer le chef des pillards. La quarantaine passée, la barbe longue et les cheveux secs, il avait la main posée sur le pommeau d'un cimeterre passé à sa hanche. Le regard tranchant de l'homme mit Sivir sur ses gardes, et elle eut tout juste le temps de se jeter sur son boomerang avant que l'homme le bondisse sur elle. Elle bloqua le premier coup dans la précipitation, mais déjà un second s'abattait sur elle. D'une roulade, elle s'échappa de l'assaut du chef, se campant sur ses jambes. Une estafilade sanglante barrait son abdomen, mais la blessure était peu profonde. Elle se mit en position de combat, et à nouveau l'homme se jeta sur elle pour se débarrasser enfin de cette gêneuse à la volonté un peu trop affirmée. Il n'atteignit jamais l'adolescente.

Sivir lança son arme. La lame fendit l'air, faucha l'agresseur, lui découpant proprement l'abdomen, avant de déchirer la toile de tente derrière lui et de faire demi-tour. Ce fut par pure chance qu'elle parvint à attraper le boomerang tandis que la tente s'écroulait dans un grand bruit, faisant sortir les curieux de leurs propres tentes. Le campement resta silencieux un instant avant qu'un grand bruit de toile déchirée ne brise le silence, et la guerrière émergea des ruines de la tente, la main serrée sur son arme, l'autre tenant le chef des brigands par le col. Elle le lança devant elle, ses yeux bleus fusillant chacun des brigands, les mettant au défi de tenter de l'attaquer.

« Ce soir, votre chef a tenté de m'attaquer. Il l'a payé de sa vie. A partir de cet instant, il abandonne ses droits sur cette communauté. Je prend le commandement de ce groupe. Si quelqu'un à quelque chose à y redire, qu'il avance. »

Personne ne bougea.

***

La renommée de Sivir grandissait de jour en jour. A travers tout valoran, on parlait de cette lame à vendre. Sa troupe de mercenaires enchaînaient les victoires, et la guerrière était toujours aux premières lignes, hurlant ses commandements à ses hommes, abattant autant d'ennemis que le plus vaillant d'entre eux, si ce n'est plus. Les plus fortunés de ce monde s'arrachaient ses services à prix d'or, et ceux qui se retrouvaient face à elle tremblaient comme des feuilles. De pilleurs de tombes, elle avait réussi à transformer sa petite troupe en un noyau solide autour duquel s'était développé une vraie compagnie de mercenaires. Il ne fut donc pas étonnant qu'elle se voie contacter par le haut commandement Noxien lors des divers conflits qu'il entretint avec le reste du monde...

Un accord plus que lucratif aux yeux de la mercenaire, qui voyait avec lui sa fortune augmenter à hauteur des paiement effectués par le haut commandement. Ce fut au cours de ses combats pour la cité-état que Sivir acquis ce surnom de "Vierge martiale de Noxus" qui fut longtemps le sien. Mais finalement, et comme à son habitude, l'instinct de la jeune femme ne la trompa pas lorsqu'il lui dicta de mettre fin à son accord avec Noxus lorsque la belliqueuse cité-état décida qu'il était temps d'annexer Ionia... Se retirant dans le désert de Shurima avec une petite fortune, elle regarda de loin le massacre perpétré par Noxus et la résistance farouche et finalement payante des Ioniens. Elle avait eu raison de se retirer... Au finale, elle aurait plus perdu qu'autre chose dans ce conflit.

Elle se doutait néanmoins que Noxus ne laisserait pas son abandon impuni. Ce fut sans doute la raison pour laquelle elle ne passa qu'un dernier accord avant de disparaitre dans le désert de Shurima où elle avait vu le jour : Trouvée par les invocateurs de la league, elle accepta, moyennant un paiement conséquent, de venir combattre pour eux sur les champs de justice lorsqu'ils l'invoqueraient, puis elle disparut. Se retirant dans le désert, elle déjoua plusieurs tentatives d'assassinat de la part des Noxiens. Elle était alors à la tête de l'une des plus importantes fortunes de Valoran.

Mais la jeune femme n'était pas encore au bout de ses relations avec Noxus...

***

Le tombeau tendait ses tours vers le ciel du désert. L'entrée du tombeau béait sous le soleil. La mercenaire regarda les hommes qu'elle avait réussi à réunir pour cette expédition. Une vingtaine de guerriers en armes, brandissant hallebardes, cimeterres et autres armes tranchantes. Une fière troupe... Elle détourna le regard de ses hommes pour poser ses yeux bleus sur la femme qui la précédait pour l'instant de quelques pas. D'une grande beauté, son regard évoquait à la jeune femme celui des serpents. Elle ne l'aimait pas, elle lui laissait une mauvaise impression... Mais l'entreprise était vraiment trop tentante. Un tombeau, plus riche que tout ceux qu'avaient jamais pu explorer la mercenaire ? Ellene laisserait pas passer cette occasion de s'enrichir... Si elle avait su dans quoi elle s'engageait...

« Vous êtes sur de vous ?
- Ne vous en faites pas, je sais ce que je fais... »

Haussant les épaules, Sivir fit signe à ses hommes de s'engouffrer dans les ruines. Elle entra derrière eux, suivie par la dignitaire Noxienne. Cassiopeia, fille du général DuCouteau. Elle avait certainement déjà croisé ce dernier sur un champ de bataille... Ou pas... Elle ne s'en souvenait plus. Elle passa sous l'arche de pierre qui marquait l'entrée du tombeau, suivie par la commanditaire de cette expédition.

L'exploration ne se passa pas dans les meilleurs conditions du monde... Les guerriers de tête furent fauchés par des flèches sortant des murs. Les suivants tombèrent dans une trappe dissimulée, s'empalant sur des pics de pierre. D'autres succombèrent à des pièges toujours plus inventifs. Mais Sivir avait connu la mort, elle avait vécu les champs de bataille... Elle regrettait la mort de ses hommes, mais elle savait qu'ils étaient mort en faisant ce qu'ils voulaient, et si elle parvenait à mettre la main sur le trésor renfermé en ces ruines ils ne seraient pas morts en vain... Aussi, lorsqu'elle arriva enfin, avec Cassiopeia, dans ce qui semblait être la dernière salle du tombeau, elle laissa ses yeux se baigner dans la richesse des lieux.

En effet, l'expédition n'allait pas s'aérer vaine... Elle connaissait les pièges des ruines, elle pourrait venir chercher les trésors renfermés par cette pièce. Mais son regard fut attiré par une simple statue dans le fond de la pièce. Un cobra de pierre toisait les deux femmes, ses yeux émeraudes brillant à la lueur des torches. Juste en dessous de la statue, une forme était creusée dans la pierre, une forme étrangement familière...

Alors qu'elle faisait le rapprochement avec l'arme encore accrochée à son dos, l'étonnement se peignant sur ses traits, une vive douleur lui déchira l'abdomen et elle sentit un liquide chaud couler dans son dos.

« Que... »

Son corps devenait froid. Elle sentit à peine ses genoux heurter le sol couvert d'or de la salle. Elle s'écroula, sn regard se voilant lentement, ses paupières se refermant sur la dernière vision du sourire de la fourbe Cassiopeia. Elle l'avait bien eu... Cette dernière pensée accompagna le dernier souffle de la guerrière, qui sentit son esprit dériver lentement vers l'inconscience... et probablement la mort.

***

La douleur s'était envolée. Elle baignait dans un océan étrange de bien-être. Peut-être étais-ce à cela que devait ressembler l'après-vie ? Elle n'en savait rien... Mais elle avait l'impression de flotter. Elle sentait une douce chaleur caresser sa peau, éveillant lentement son corps transi. Un corps... Ainsi, on en possédait encore un lorsqu'on mourrait ? Était-elle devenue, comme certains champions de la league, un spectre avide de vengeance ? En se souvenant de la traitrise de Cassiopeia, la jeune femme finit de s'éveiller et ouvrit les yeux.

Les ruines étaient partout autour d'elle. Elle était allongée dans de l'eau. Elle posa la main sur la blessure que lui avait infligée la traîtresse, mais ne sentit qu'une peau lisse sous ses doigts. Mais qu'avait-il bien pu se passer..? Déboussolée, elle regarda autour d'elle jusqu'à-ce que ses yeux se posent sur une silhouette. Un humanoïde, au visage casqué d'or...

Un ancêtre, apportant avec lui un héritage qu'elle ne se serait jamais soupçonné. Un choix à effectuer. Une seconde vie dont elle n'avait qu'à jouir. La suite de l'histoire ? Elle doit encore être écrite...
Vous ?

› Prénom ou pseudo › Yureliom
› Age › 22 ans et des brouettes '-'
› Métier/Etudes › J'vais passer en L3 Documentation \o/
› Passion ? › Pleins '-'
› Double compte ? › Yep, Morgana et Lulu ^^
› Autre chose ? › Tu paye combien pour cette information ?

© A-Lice | Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Strong independent woman ♪♫
Sivir
MessageSujet: Re: Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish] Jeu 16 Juil - 22:50
Eeeeeet... finiiiit \o/


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Ce qui fut brisé peut être reforgé.


MessageSujet: Re: Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish] Jeu 16 Juil - 23:46
Hey !

C'est validé!
A bientôt en RP ou sur la ChatBox !





~ Dear Diarie, it's just Voiça ~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : "Les yeux ne mentent jamais !"


MessageSujet: Re: Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish] Ven 17 Juil - 1:57
Alors, j'aurais bien posté avec Azir pour l'occasion mais... non.

Une lecture très agréable, que ce soit pour les descriptions, les compétences, les relations ou l'histoire.
Une histoire que j'ai beaucoup aimé, on sent une certaine maîtrise de la mentalité du personnage, et tu as inventé une bonne partie de son histoire. Et j'aime le personnage que tu y décris !

Pour le journal, tu sais déjà faire. Donc oui, le mot magique, je te valide !

L'empereur est pressé de te revoir, mercenaire.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish]
Revenir en haut Aller en bas

Je collecte toujours un péage. En or... ou en sang. [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» toujours pas mon mail de confirmation
» En Pointe Toujours
» La vipère vs Un lannister paie toujours ses dettes
» J'ai toujours mal à l'oreille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Bienvenue :: Présentations :: Présentations :: Validés-