Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Jeu 9 Avr - 21:04
L'Institut de Guerre. Cet endroit qui était autrefois calme. Quelques champions marchaient dans ses couloirs, se connaissant à peine. La plupart restait dans leur coin, timide ou aimant la solitude. Et un jour, les Invocateurs voulurent les faire se battre dans une arène virtuelle où la mort n'avait pas vraiment cours, et où des objets pouvaient être utiliser pour gagner en puissance, ou améliorer ses arts martiaux. Veigar faisait partie de cette époque où tout était testé et avait vue entrer beaucoup de champions, intégrant à leurs tours la League. Ils venaient tous pour se battre sur les Champs de Justice, cette fameuse arène que les Invocateurs créaient sans relâche pour s'entraîner à contrôler tous les Champions.

C'était sans doute leurs manières de devenir des mages puissants... Beaucoup d'entre eux ne méritaient même pas choisir le puissant Veigar pour les représenter. Ce dernier prenait un peu de bon temps, pendant qu'un match était en train de se dérouler. Il était assis sur un banc où il avait l'habitude de se mettre. Veigar faisait parti des habitués de la Leauge. Beaucoup de Champions repartaient chez eux, reprenant leurs vies quotidiennes lorsque les Invocateurs n'avaient pas besoin de leurs services. Et d'autres étaient venus ici pour se réfugier dans cette Institut. Veigar, lui, faisait ce qu'il voulait, pouvant voyager un peu comme il le sentait partout dans Valoran, dans les limites de ses pouvoirs. Il était venu à l'Institut pour pouvoir augmenter sa puissance. Et il n'était pas déçu la plupart du temps... L'avantage, c'était que les Champions pouvaient rester ici, même si les Invocateurs de les invoquer pas sur les Champs de Justice. C'était un bon point, surtout pour des personnages qui n'avaient nul part où aller ou qui n'étaient tout simplement plus les bienvenus dans certaines endroits...
Le mage noir se plaisait ici, ce n'était pas si mal. Il s'y sentait bien, même s'il ne pouvait pas faire toutes ses expériences. En secret, il lui arrivait de se cacher dans une pièce pour effectuer ses tests magiques. Du moment que les Invocateurs ne le repéraient pas et le laissaient tranquille, il ne pouvait être que de bonne humeur le lendemain et donc laisser un de ces nombreux mages l'invoquer sur leurs terrains de batailles.

A force d'attendre et de profiter d'un filon de lumière passant par la fenêtre, Veigar avait finit par s'endormir. Il ne rêvait pas, hormis les habituels songes de la magie cosmique qui virevoltaient dans son esprit. Les autres champions étaient soit en train d'assister au match soit à faire des activités ou se reposer. L'Institut proposait beaucoup de choses, spécialement installées pour que les Champions puissent se sentir comme chez eux. Ils étaient surveillés par les Juges qui faisaient des rondes dans les couloirs, les pièces principales et autour de l'enceinte. L'endroit était particulièrement grand, suffisamment pour accueillir des centaines de personnes et bien plus encore. Veigar s'était posé dans un coin où peu de gens circulait. Ainsi, il pouvait profiter d'un sommeil réparateur, chose qu'il faisait assez rarement, ce qui expliquait peut-être son côté particulièrement nerveux et agité. Ou alors, en prenant en considération qu'il était un yordle un peu fou, ces traits là devenaient du coup assez banals.
Son sommeil n'était gêné par personne, même pas un bruit ambiant. Non... Ce n'était pas un bruit qui éveilla ses sens, mais une sensation étrange, qui le fit tressaillir légèrement. Le yordle se réveilla en s'étirant et se permit même de bailler, mettant instinctivement sa main devant la bouche. C'était un peu obsolète vue qu'il était caché jusqu'à maintenant par le pan de son grand chapeau. Il leva la tête, montrant deux grandes perles jaunes sur un visage caché totalement noir. Un air de méfiance et le petit maléficien se redressa, tendu. Il ressentait à nouveau cette sensation de fraîcheur, quelque chose de non naturel. C'était magique, il ne pouvait pas se tromper là-dessus. Veigar se trompait très rarement quand il s'agissait de la magie.
Il regarda autour de lui, cherchant de la main son sceptre, finissant par l'avoir et l'agrippe. Il descendit de son banc et resta statique, aux aguets.
- Qui est là ?

Il s'avança un peu, ressentant la "présence" de plus en plus proche. Il commençait un peu à être mal à l'aise de ne pas voir l'être qui émanait cette aura. Surtout qu'il était certain d'avoir déjà ressenti ça quelque part, ce qui signifiait qu'il devait connaître cette personne.
- Montrez vous... , murmura Veigar hésitant, essayant de se remémorer qui pouvait émettre autant de fraîcheur et de sensation de mort.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mar 21 Avr - 9:30
Un peu de repos... Enfin. Qui a dit que les liches ne prenaient pas de vacances ? La dur tâche de tuer des gens finis par devenir harassante, à la longue. Heureusement, Karthus aimait beaucoup son métier... La mort est son métier.
Quand la liche a du temps libre, si elle ne chante pas, elle se promène dans les couloirs de l'institut, où il lui arrive de rencontrer des personnalités... Atypiques.
En parlant de personnalité atypique... Au bout du couloir.. Une pièce... Un bruit.

- Qui est là ?


La liche plissa les yeux, sans se montrer, ni parler. Voyons... Oui ! Un petit Yordle, large chapeau, voix haut perché. Le maître des maléfices...

- Veigar... Quelle coïncidence...

La liche le connaissait de nom... Et d'âme. De ce qu'il voyait de la sienne, le petit yordle était totalement fou, corrompu par une solitude qu'il avait fini par transformer en rejet de la société... Même si il semblait ne pas souhaiter de compagnie, au plus profond de lui, il ne souhaitait qu'un seul chose : un compagnon qui le comprenne. Karthus connaissait bien ce désir secret, ce style de grand sociable refoulé. Une personne très intéressante... Et une âme très particulière. Vraiment très particulière...

- Si je puis me permettre, par quel hasard vous retrouvez vous entre les murs de l'institut de la guerre ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Dim 26 Avr - 16:56
Brrr... Il faisait froid ici, nom d'un yordle ! A peine Veigar eut le temps de se réveiller de sa sieste qu'il avait sentis la fraîcheur emplir tout le couloir, comme si elle faisait corps avec le décors. Ce qui gênait le plus le mage noir n'était pas tant ça, mais la sensation que l'être qui s'approchait de lui était assez... puissant.
Ressentir la magie et évaluer sa valeur, le petit être le faisait tous les jours, et mieux encore il avait appris à faire ce genre d'étude. Il savait ainsi jauger avec quasi certitude. Veigar connaissait la plupart des mages de l'Institut, en particulier parmi mes Champions. Certains d'entre eux étaient capable de l'égaler, voir de le surpasser par moment. C'était d'un air méfiant que le yordle se concentra pour jauger la personne qui l'observait depuis quelques minutes, prenant connaissance de ses facultés et de son niveau de puissance. Mais il n'eut pas le temps de s'en apercevoir que la personne l'interpella d'une voix mortuaire et résonnante. Quoi, qui est là ?!
Veigar sursauta et se retourna en un bond. La personne se tenait devant lui, droite et très grande. Cet effet était accentué par le fait qu'il planait. C'était un homme ou du moins, si on voulait être plus précis, "c'était un homme"... Il était désormais mort-vivant et il s'appelait...
Karthus, la Liche...

Veigar avait entendu parler de lui, évidemment. Il faisait partis des plus vieux Champions de la League, étant même arrivé avant le mage noir. Il ne savait pas grand chose de son histoire, hormis qu'il avait bien été humain avant de devenir une Liche pour l'éternité. Ce qui faisait de lui un terrible sorcier... Le yordle avait déjà eu l'occasion de l'affronter sur les Champs de Justice. Il s'en souvenait encore, et inversement d'ailleurs, sans doute, car le Seigneur des maléfices ne se laissait pas faire et était même très hargneux dans la bataille (petite pensée pour les pauvres Invocateurs qui subissent parfois ses humeurs). Seule chose qu'il ne savait c'était les réelles intentions de la Liche. Il n'avait pas l'air de vraiment s'intéresser à la puissance, mais il veillait sur quelque chose. Karthus... Pourquoi es-tu là ? Qu'est-ce que tu veux... Qu'est-ce que tu cherches ?...
Les yordles étaient curieux de nature, et même Veigar lui-même ne passait pas à côté de ça.

- Si je puis me permettre, par quel hasard vous retrouvez vous entre les murs de l'institut de la guerre ?

Veigar leva les yeux vers ce grand personnage. Que devait-il lui répondre... La plupart des Champions ne s'approchaient pas de lui. Fallait le dire, il ne laissait pas lieu à la conversation la plupart du temps, se montrant désagréable ou fuyant le débat. La solitude, il avait finit par s'y faire. Quand elle entamait votre esprit, vous collant à la peau, elle devenait une partenaire de tous les jours. La douceur et la gentillesse laissaient place à l'amertume et à la violence. Que se soit dans les insultes ou avec sa magie, il répondait toujours avec aigreur...
Alors quand un des Champions daignaient lui faire la conversation, il hésitait par quoi commencer : l'envoyer chier, l'exploser, fuir en vitesse, lui répondre simplement ? C'est vrai ça, pourquoi je ne lui répondrais pas, ça me changerait de d'habitude. Puis faut pas déconner avec les morts... ... Non certes je n'en vois pas tous les jours des morts ambulants, oh et puis arrêtez de me faire ch*er que je puisse me concentrer dans...
Veigar se rendit compte qu'il mettait longtemps à répondre à la Liche. La faute à qui bordel ?!
- Ce que je fais ici ne regarde que moi ! , répondit-il sèchement.
Merde... trop sec là...
- ... Disons que...
Il est assez effrayant, ce Karthus.
- ... Je recherche toujours la même chose depuis que je suis arrivé ici, Maître Liche, soupira-t-il, essayant de se montrer un peu plus polis.

Détruire le monde, le remettre à zéro, et devenir la première puissance que tous vénéreraient. En résumé, c'était à peu près ces motivations, alors qu'il s'était présenté de pied perde à la porte de l'Institut et devant les Invocateurs. Aujourd'hui, le mage noir avait développé cela un peu mieux dans son esprit toujours un peu dérangé de base depuis qu'il avait quitté Nox-... N... Noxus... Première nation qui subira sa terrible colère.
Étrangement, malgré le fait qu'il repensait un peu à tout ça, Veigar ajouta d'une voix calme et posée à son interlocuteur :
- Et vous ?

Question qui venait d'une pensée simple, chose relativement rare surtout dans un esprit aussi bordélique que le sien. Si Karthus était curieux de savoir si Veigar pouvait être un allié ou un ennemi, le mage noir voulait s'assurer qu'il n'aurait pas à se méfier de lui constamment lorsqu'il se mettrait à se balader dans les couloirs de l'Institut de guerre. Après pour répondre clairement à sa question, il faudrait avoir un courage phénoménal pour la suite... Ami ou ennemi. Veigar partait du principe que tout le monde lui voulait du mal. Un peu comme un instinct de survis en réalité...
Son comportement général montrait ce côté méfiant et très nerveux, surtout ce dernier point qui se traduisait dans ses gestes. D'ailleurs, sans prévenir, avec énergie, il sauta sur le banc et s'assit en hauteur, ce qui lui permettait de se grandir pour éviter de subir un futur torticolis... Karthus était vraiment trop grand. Il le fixa de ses yeux jaunes, inspirant la magie, sur un visage caché, totalement noir. Son regard était insistant, ce qui pouvait mettre mal à l'aise. Mais vue la froideur qu'inspirait la Liche, Veigar n'essayerai jamais de l'intimider. Cela viendrait à tenter d'intimider la Mort. Elle est bien trop mortuaire cette situation... Ohoh ! Je vais me convertir à la comédie sous peu...
Le mage noir soupira légèrement, attendant la réponse du mort-vivant avec toute la patience qu'il puisse avoir. C'est à dire pas beaucoup...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mer 29 Avr - 12:21
Un peu agressif au début, peut-être... Puis plus calme... Pour être enfin poli. Ce mage noir était une girouette. Quelqu'un d'étrange aussi. Le mort se permit un petit sourire, pendant son escalade de la pyramide de la politesse. Il était clair que le yordle n'était pas habitué a ce que quelqu'un engage la conversation avec lui. Mais la liche n'est pas quelqu'un de très impressionnable.
Au moins, le chanteur de mort avait sa réponse. De manière polie ou pas, c'était une pirouette rhétorique pour dire que il flânait simplement. Est-il si difficile pour un génie du mal de dire "je me promène" ? Probablement, dans le sens ou dans ce cas là, le dis génie perd tout crédibilité, pour l'instant ou dans l'avenir.
Karthus aussi flânait. Il n'avait aucun but. Si, bien sûr que si... Mais il n'avait jamais d'idée précise en tête, tout du moins. Enfin il était déjà bien plus calme que ce danger publique... Très dangereux, oui. Karthus se souvenait de match à la ligue, tout deux au mid, qui s'était terminé en abîme hurlante : la guerre runique était déclaré, et les autres champions qui les avait rejoins à la midlane courrait sous le feu nourris des deux protagonistes... Un match mémorable.
Etrangement, c'est d'une voix cette fois-ci très calme que Veigar lui renvoie sa question : que faisait la liche ici ?
Dans un cas comme dans l'autre, cette question-là ne provenait pas d'une simple curiosité, mais bien d'un test a appliqué à l'autre.

- Je chante et j'écris. C'est mon... Temps libre. Même la mort prends des vacances, parfois, savez vous ?

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Ven 1 Mai - 22:08
Veigar pencha la tête sur le côté, observant attentivement Karthus. Des vacances... Qu'est-ce que c'était ? Oh, bien sûr, il connaissait le sens de ce mot, mais en effet, le mage noire ne pensait pas que les mort - dans le cas présent la mort elle-même - prenaient le temps, avaient "des passes temps". Lorsqu'on était un génie du mal et qu'on essayait d'être plus puissant que tous les autres, on prenait très peu de temps pour soi-même. Même s'il n'était pas en train d'appliquer un de ses plans diaboliques, Veigar était constamment en train de réfléchir, encore, encore et encore... Une pirouette, oui, ce mot le définissait bien. Pirouette cacahouète... Au passage, les cacahouètes, c'était succulent.
Bon d'accord... Soyons un peu plus honnête. Il n'était pas facile d'être un yordle maléfique. On avait dû mal à vous prendre au sérieux, avec cette voix et cette petite taille, et sans doute la majorité avait dû mal à croire qu'un être qui mangeait des fruits et des noix pouvaient jouer avec le cosmos, l'espace et le temps et déchaînait l'enfer sur le monde. Il avait plusieurs fois prouvé qu'il pouvait dépasser les préjugés, mais il restait ce qu'il était...

Mais c'était la tête haute qu'il regardait la Liche, ne se disant pas qu'il était yordle mais un grand mage qui pouvait égaler les pouvoirs de la mort. Voir les surpasser...
Question magie, il s'y connaissait bien. Par contre, concernant la conversation entre êtres civilisés, ça... C'était légèrement plus complexe. Il avait déjà fait un gros effort pour reste polis et courtois, étant plus adepte des insultes et de la moquerie. Vous lui demandez de continuer le fil d'une conversation banale maintenant ? Non... Pas si banale. Veigar le savait. Car, en effet, sa question n'était pas si innocente. Plongeant son regard jaune brillant de magie dans ceux creux de la Liche, quoi que eux aussi dégageait une sorte de magie bleutée étrange, il essayait de percer tous ses secrets. Toutes ses pensées, tous ce qu'il savait... Que cachait cette puissante Liche qui se baladait tout simplement dans l'Institut.
Finalement, Veigar poussa un long soupire, essayant de calmer son flot de pensées. Pirouette pirouette... et des cacahouètes.
- Chanter et écrire ? , Répéta-t-il en haussant les épaules. Chacun son truc, j'imagine... Je préfère lire, lorsque je prends le temps de le faire...

... Et lorsqu'il y arrivait, bien sûr. Car avoir un esprit en fusion comme le siens pouvait, parfois, l'empêcher de se concentrer sur une lecture longue. Du coup, il lui arrivait de lire rapidement des livres sur la magie, et différentes choses qui lui permettaient de fabriquer ses sortilèges. De temps en temps, il se penchait sur l'astronomie, qu'il avait déjà commencé à étudier depuis tout jeune... Depuis... Plusieurs années... Veigar refoula immédiatement des souvenirs qui revenaient le hanter, et se concentra de nouveau sur Karthus.
- Et qu'est-ce que la mort fait de ses vacances lorsqu'elle ne chante pas, ni n'écrit, comme maintenant ?

La question se voulait un peu plus sur le ton de la curiosité, mais au fond, Veigar testait toujours. Si on lui cherchait un défaut récurrent chez ce yordle c'était bien sa méfiance, qui s'étirait souvent vers la paranoïa. Mais comme on le savait : Veigar se pensait toujours en danger n'importe où, n'importe quand et avec n'importe qui. Il n'accordait sa confiance à personne... Il l'avait déjà fait, par le passé, et les dernières fois qu'il avait fait confiance, il avait fini... Diantre, ça recommence. Essayons de penser à autre chose alors...
Il faisait froid ici. Est-ce que c'était la Liche qui refroidissait l'atmosphère à ce point ou son trouble ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mar 5 Mai - 19:22
La liche observait le petit mage noir, un sourcil levé.

- Et bien... Pour ce qui est de la lecture, je lis aussi, bien sûr... Mais pas pour moi même. Jamais. Dans mon temp libre, je fais des choses pour moi.


Aussi, a la question suivante, l'envoyé de la mort fronça les sourcils. Veigar était-il soupçonneux à ce point ?

- Quand la mort n'écrit pas et ne chante pas, elle n'est pas en vacances. Où alors, c'est qu'elle discute avec de petits mages noirs très dangereux.


Le mort planta son regard dans celui du yordle.

- Veigar, je ne suis pas votre ennemi. Pas encore, tout du moins. Puisque c'est ce qui semble vous préoccuper, je vous donne la réponse franchement.


La liche regardai maintenant la réaction qu'allait avoir le mage. Cela serait très instructif... Il avait cherché à déstabiliser le génie du mal. Tomberait-il dans le piège ?
Sachant que le petit démon était très imprévisible, le chanteur devait s'attendre à tout.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Jeu 7 Mai - 3:20
Merde...
Evidemment, la Mort avait deviné assez aisément cette fois ci que la question du mage noir n'était pas si innocente. En effet, elle était lourde de suspicion, et dans à la réponse de la Liche, Veigar se crispa. Comme si l'atmosphère venait d'un seul coup de refroidir ou de se raidir, le yordle était tendu et leva la tête vers Karthus pour fixer ses yeux creux, ce visage de mort... Aucun moyen de savoir à quoi il pensait, vue qu'il ne pouvait pas avoir d'émotions au visage. C'était assez troublant, et même gênant de ne pas pouvoir lire des traits. Karthus regardait fixement Veigar, et ce dernier ne broncha pas. La suite des paroles de la Liche crispa à nouveau le maléficien. Aïe. Même si ses mots se voulaient rassurant, en précisant bien qu'ils n'étaient pas ennemis - pas encore - , Veigar ne se sentit pas rassuré plus que ça. Tout simplement parce qu'il avait dû mal à avoir confiance... Mais aussi étrange que cela puisse paraître, le maître des Maléfices haussa des épaules et dit d'un ton franc :
- Je vous crois, Karthus.

Peut-être ne s'attendait-il à ce que Veigar le prenne aussi bien. Ce dernier était assez chaotique, et aurait très bien pu ignorer ses mots. Mais le petit génie du mal ne cherchait pas querelles avec la Liche en dehors des Champs de Justice. Il la savait très puissante, et sans un minimum de préparation, il n'irait jamais se battre contre elle délibérément... Sauf si c'était pour contre attaquer. Hors la plupart des gens ici ne l'attaquaient pas, préférant  le laisser dans un coin de l'Institut.
- Excusez ma... méfiance, continua le mage, ne lâchant pas la Liche du regard. Comme vous dites, vous discutez avec un mage noir très dangereux, alors si vous aviez voulu me faire du mal, vous l'aurez fait depuis longtemps...

Il fit un tour d'horizon autour d'eux avant de reposer son regard jaune dans les orbites vides :
- Comme vous pouvez le constater, personne ne vient de son plein gré me parler. Sauf vous. J'étais curieux de savoir vos motivations...

Il était vrai, et faut bien le souligner, que le mage noir n'avait jamais vue la Liche en dehors des Champs de Justice, à la bataille donc. Il connaissait son potentiel, mais il ne connaissait pas le mort dans son "quotidien" ou dans le quotidien de l'Institut. C'était peut-être l'occasion de le découvrir, de connaître un peu mieux ses adversaires. Car il ne fallait pas se leurrer, ils finiraient tous les deux par se recroiser sur les Champs de la Guerre parmi les autres Champions... A défaut de savoir se faire des amis, essayons au moins d'en faire des alliés éphémères ? Ou au moins de sympathiser ? Oui d'accord, c'était une idée folle, surtout dans la tête du Malin. Est-ce que Veigar était désespéré au point d'être méfiant sur ses propres désirs de s'intéresser un peu plus aux autres personnalités magiciennes de l'Institut ? Ohlala, mais il faut que j'arrête, ça craint...
Veigar poussa un long soupire. Il était exaspérer de lui-même... Il finit par détacher son regard de la Liche, à force il lui donnait des frissons. Il avait déjà vue pire, il avait même touché aux noirceurs la plus totale avec la magie noire, mais avoir un mort vivant juste sous son nez il ne s'y était pas préparer présentement...
- Il fait beau dehors, vous ne trouvez pas ? , fit-il un peu ailleurs, pour faire passer son malaise soudain.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Sam 9 Mai - 8:33
La liche plissa les yeux et sourit. Intéressant... Étrange. De ce qu'il avait vus du petit mage, celui-ci était hargneux, rancunier, colérique et très peut porter au respect. Et puis tout à fait fou, aussi.
En réalité, Karthus se posait à peu près les mêmes questions que Veigar vis-à-vis l'un de l'autre : ami ou ennemi ? Compère ou rival ? L'un n'était pas forcément dissociable de l'autre.

- Je comprends, bien sûr...


Veigar semblait ne pas bien supporter la présence de la liche... Il le gênait, apparemment. IL est sûr qu'on est rarement impassible, quand on parle avec un mort-vivant.
Un silence. Le mage pense.
Une question sans intérêt.

- Je pourrai dire qu'il fait beau dehors, oui, mais ça n'aurait pas d'intérêt. Et bien, cher... Ami, si nous allions dehors, dans ce dehors où il fait si beau, pour discuter tranquillement ? Un couloir n'est pas particulièrement bien choisi pour avoir une conversation.

Et d'un geste de la main, la liche lui présenta le chemin, s'écartant afin de le laisser passer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Jeu 14 Mai - 19:43
Il comprenait... Très bien. Le mage noir était dans une position déjà très délicate et désormais il savait que son interlocuteur avait parfaitement compris le sens de ses questions, de ses doutes. Le songe qui rongeait chaque personne très méfiante sur le positionnement de chaque individu de leurs entourages avait été capté par la Liche. Peut-être avait-il analyser les phrases du yordle, ou qu'il avait vue le comportement de ce dernier changeait. Veigar s'était raidis à l'idée d'essayer la bonne entente avec autrui. De plus, il était vrai que la présence, à la fois physique et magique de Karthus, titillait les sens du mage noir, troublé de sentir cette étrange magie si froide... Mais une fraicheur assez différente de ce qu'un mortel pouvait connaître. Il ne savait pas comment la décrire, et ne pas savoir le rendait fou. La connaissance avait toujours été son moteur, ce qui l'avait toujours maintenu en vie... L'envie de tout savoir le faisait avancer. Et ce Karthus était une source de connaissance immense, il aimerait tellement savoir comment, par exemple, un mage avait pu défier la mort et revenir, ou encore quelle sorte d'énergie se dégageait de lui et le mettait ainsi mal à l'aise.

La Liche répondit à la question banale, et effectivement sans intérêt, de Veigar. Ce dernier cligna des yeux légèrement étonné en entendant le terme "Ami" sortir de la bouche du mage. Il n'est pas... sérieux ? Ou alors il sait comment me mettre mal à l'aise et il tente d'accentuer ce mal ? ... C'est une technique mesquine, c'est vraiment très... Hm... Ou alors je suis en train de faire de la paranoïa de nouveau et il parle d'une façon tout à fait sérieuse dans cette discussion tout à fait... normale.
Pourquoi voir loin lorsque l'on avait des choses simples sous le nez ? Chez Veigar, rien n'était simple, tout devenait forcément compliqué. Surtout dans sa tête...
Le yordle pencha légèrement la tête sur le côté, curieux, en voyant la Liche s'écarter et lui présenter le chemin qui les amèneraient tous les deux dans les jardins de la Ligue. C'était là que tout ce décidait ? ... Hésitant, le très connu génie du mal descendit du rebord de la fenêtre et marcha à côté de Karthus, ne le lâchant pas du regard. Oui... Pourquoi pas y allait... Il finit par passer le pas et s'aventura dans les jardins.
Des Champions s'y trouvaient déjà, soit pour s'entraîner, se reposer, ou encore pour discuter. Il n'avait pas eu tort, il faisait très beau aujourd'hui. L'air était doux, et le soleil ne tapait pas trop fort... Il passait la majeur partie de son temps entre quatre murs, le nez dans ses livres ou à tenter de faire un coup maléfique quelque part à quelqu'un ou à plusieurs personnes... Il ne refusait pas, de temps en temps, un peu... Un peu de simplicité. Et oui, même pour un cerveau comme le sien, aussi sombre et aussi chaotique envers les pensés ordonnées, Veigar se permettait parfois de se poser tranquillement dans les jardins.
Le yordle inspira profondément l'air et soupira avant de lever les yeux vers Karthus :
- Avant de sortir... Vous m'avez appelé "ami"... Quel sens cela a, pour vous ?

Autant le dire tout de suite, la définition du mot, Veigar la connaissait mais il n'avait jamais pu l'expérimenté sur le long terme... Aussi loin qu'il s'en souvenait, un maléficien n'avait pas d'amis. a ce jour, en tout cas... Et la question était posée par curiosité mais peut-être que quelque part cherchait-il à se rassurer, en se disant qu'il ne pourrait jamais avoir d'amis en ce bas monde, qui ne voulait pas être dévasté par la folie d'un Maître des Maléfices.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mar 19 Mai - 9:36
La liche accompagna le petit mage jusqu'aux jardins de l'institut. Tiens, il y faisait effectivement beau. Remarque inutile mais tout de même intéressante... Autour d'eux, de nombreux champions occupés a des activités très variés se trouvaient eux aussi dans les jardins. Ainsi, non loin de là pouvait-on voir Garen en plein combat avec Pantheon, et sur un banc, Zilean et le petit nouveau de la ligue, Ekko, discutait, probablement du temps qui passe, qui s'enfuit et qui même parfois, meurt.
Le regard du mort se reporta sur le maître des maléfices, quand celui-ci posa sa question.

- Et bien... Je vous ai dit "ami", il est vrai, car nous nous ressemblons... Et, ainsi que le dit le proverbe, qui se ressemble s'assemble. Nous sommes tout deux des mages "noirs", très craint par la ligue, a qui on accordé une certaine liberté.

Le mort contempla un instant le yordle et son chapeau.

- En vérité, vous êtes un être très particulier, Veigar. Vous êtes paranoïaque, méfiant, puissant, et très versé dans les arts obscurs. La question se pose aussi bien à moi qu'à vous : qui êtes vous ? Et qui avez vous été ?

Conversation surréaliste si il en est : deux choses pas tout a fait humaine, discutant l'un de l'autre de leurs appartenances. Un tableau bien étrange à regarder... Mais un tableau qui s'accordait assez bien, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Lun 22 Juin - 12:35
Karthus lui montra sa vision des choses concernant le fameux mot qui faisait tant parler de lui. Qui se ressemble s'assemble... Ce point là était un peu étrange, et Veigar resta perplexe. Il était vrai que les deux protagonistes sont des mages, pas n'importe lesquels. La magie noire n'était pas si peu répandue, aux grands désarrois des Invocateurs et des autres qui luttaient contre cette pratique. Veigar avait réussi à trouver de ces gens, qui lui ont appris tout ce qu'il fallait savoir. Il avait pratiqué pendant longtemps afin d'acquérir le pouvoir qu'il possédait aujourd'hui. Mais de là à dire qu'il ressemblait à Karthus ? Le yordle n'avait pas encore défié la mort elle-même... S'il se souvenait bien, Karthus avait été humain, puis mage, puis très puissant, et ensuite il devint un mort-vivant encore plus puissant. Une Liche, par définition, ne connaissait pas d'égale. Ils avaient de simples démonstrations sur les Champs de Justice, mais Veigar savait très bien que Karthus pouvait aller bien plus loin. Voir dépasser complètement sa propre magie. Même si la question de "étaient-ils à égale puissance" n'était pas la bonne à se poser... La vraie question, c'était de savoir si Karthus avait des limites ?
Veigar n'imaginait pas en avoir, pensant qu'il était sûr d'avoir trouvé le moyen d'avoir une puissance illimité grâce à ses connaissances, à sa facilité à apprendre et à assimiler la magie. En quelques années, il avait bien changé, connaissant une progression grimpante. Mais avait-il une limite dans l'acquisition du pouvoir ?

Si Karthus n'avait pas de limite... Est-ce que cela faisait de lui un mage forcément plus puissant ? Toutes ces théories rendaient nerveux Veigar, qui continuait à réfléchir aux mots sages de la Liche, tout en observant le combat de deux Champions. Ils jouissaient tous d'une liberté au sein de l'Institut... Même si c'était une fausse liberté qu'on leur vendait... En réalité, et Veigar le sait très bien, les Invocateurs avaient toujours un oeil sur eux tous. En particulier sur des êtres comme nos deux mages. Veigar n'avait pas fait semblant et n'avait pas hésité à dire ses intentions en entrant dans l'Institution pour la première fois face aux Invocateurs. Ils avaient été curieux de savoir si le mage noir était vraiment capable de faire ce qu'il prétendait, d'autres avaient ri. Et une fois que les tests étaient passés, des Invocateurs cachaient au fond d'eux qu'ils craignaient quelque peu la puissance naissante du yordle, et sa folie paranoïaque. Plus que la magie de Veigar, ils craignaient surtout ce qu'un esprit aussi troublé et dérangé était réellement capable de faire sur Valoran. Mais vue qu'ils veillaient à ce que la paix soit durable, ils n'avaient pas peur de laisser Veigar allée et venir, comme n'importe quel Champions, d'ailleurs. Ils avaient peut-être tort de penser ainsi, qui sait... Surtout lorsqu'on voyait comment Veigar pouvait passer d'une personne calme et posée à la personne colérique et dangereuse, aussi facilement.

La remarque et les questions de la Liche avaient fait un tilt dans la tête du yordle, qui se figea. On aurait même dit qu'il avait arrêté de respirer. Mais en vérité, il était juste tellement tendu, qu'on ne voyait pas bien s'il bougeait encore. Oui, l'instant était surréaliste. D'un seul coup, Veigar lança un regard très dur à Karthus. S'il ne s'était pas mis à crier tout de suite, c'était parce qu'il prenait le temps de réfléchir. La situation exigeait une certaine prudence, parce qu'il n'avait pas n'importe qui en face de lui... Mais cette question, cette saloperie de question... Qui il est ? Veigar. Tout simplement. Qui il a été... Qui... Il a... été ?
Son poing serra son sceptre, et de la magie commença à tournoyer autour du joyau qui le couronne. Son regard n'avait pas quitté la Liche. La main, qui portait le gros gant, commença à s'ouvrir. Une énergie sombre se logeait dans sa paume. C'était d'une voix ferme qu'il finit par répondre :
- Je suis le Maître des Maléfices... Et celui que j'ai été est mort !

Les Champions n'avaient pas vraiment le droit de provoquer un combat en dehors des Champs de Justice. Mais sans prévenir et avec les simples mots de Karthus, le yordle était rentré dans une rage noir. Et c'était peu de le dire, vue que sa magie, qui reflétait la noirceur de son état d'âme, commença à survoler les deux individus. Il était très sérieux dans sa tentative de vouloir engager un combat avec la Liche. Les Champions autour adoptèrent différentes réactions : Les entraînements cessèrent pour qu'ils puissent regarder ce qui se passe, les discussions devinrent des chuchotements, et les plus rapide, qui voyaient le danger approcher, se mettaient en garde au cas où ils devraient intervenir. Mais sur ce point, Veigar avait déjà tout prévu, car dans sa folie passagère faite de rage, son grand cerveau machiavélique fera tout pour que les deux mages puissent s'affronter dans les règles. Le yordle finit par lâcher un rire forcé, simplement bloqué par ses nerfs. Karthus, juste toi et moi, ici et maintenant. Approches !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Sam 4 Juil - 15:42
Et, ce qui devait arriver arriva...
Bloqué tout deux dans une arène créer par le plus fou... Les deux plus grands mages se tenaient l'un en face de l'autre, se dominant tout deux du regard.
La liche et le yordle...
Pas de temps à perdre. Un pas de côté, une explosion sous Veigar, on enchaîne : la danse commence. Les murs bloquent les champions qui essayent d'entrer : mais déjà quelques invocateurs se dirigent vers le dôme : ceux-ci essayent de forcer le passage sans succès : des salves de feux se succèdent, essayant de briser la chose. Non loin de là, 3 journalistes et un invocateur très passif observent la scène : un œil fais son apparition au dessus des deux mages, et ils savent maintenant que tout sera vus : vus mais pas entendu.
Un pas de côté, on esquive la chute de projectile, et on s'envole : la zone de mort entoure la liche, et le petit yordle tire un projectile : on encaisse, la danse repars : un échange de banalité. Puis, tout s'accélère : ce n'est plus une danse : c'est du métal : la liche tends son bâton, déclenche une explosion recule, bloque le yordle dans un coin à l'aide de son mur, et focalise tout son "burst", ainsi que disent les invocateurs, sur le petit yordle : le vent glacé de la mort passe, et la liche canalise sa puissance pour envoyer une décharge de mort vers le yordle : tout se calme, et la danse repart.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mar 21 Juil - 15:05
Lorsque Veigar provoqua Karthus en duel, les plus téméraires des Champions accouraient immédiatement vers eux pour les stopper. Dans sa grande folie connue de tous, sans toutefois qu'ils en connaissent les vraies origines, le Maître des Maléfices leva sa Profanation. Les Champions s'arrêtèrent devant cinq grands piliers noirs, où luisaient des inscriptions jaunes, qui sortirent du sol dans un grondement. Bientôt, des barrières magiques, telle des murs invisibles, bloquaient toutes accès. C'était une arène improvisée, mais elle fera très bien l'affaire...
Et le combat démarra des vites... Que dis-je : La danse de la mort.

Connaissant bien son adversaire, Veigar commença déjà à esquiver les explosions de Karthus, en sautillant sur le côté, et il répondit par des projectiles magiques créaient par son sceptre. Ils s'échangèrent des attaques, continuant cette danse où un faux pas pouvait devenir dramatique pour l'un des deux. Ils pouvaient entendre des voix, des Champions qui essayaient de les raisonner, ainsi que des Invocateurs qui commençaient à lancer des sorts de feu pour pouvoir briser la Profanation. Dans un sourire malin, le yordle maintenait le champ de force et il restait intact sous les feux magiques des mages. Des célèbres journalistes, qui séjournaient à l'Institut, accoururent pour regarder la scène, leur futur scoop de la journée qui fera la une des Journaux de la Justice. Un Invocateur restait à l'écart des autres, patient. Un oeil magique arriva au dessus du combat pour montrer à tous ce qui se passait au sein de l'Institut. Veigar n'y fit aucunement attention, et d'ailleurs il n'écoutait même pas les avertissements des Invocateurs qui faisaient tout pour briser son sortilège. Il s'en fichait. Tout ce qu'il voulait... C'était Karthus. Toi, mon cher et mortel adversaire de toujours. J'aurais ton âme, et même si je ne l'aurais pas aujourd'hui, je la chasserais pour la posséder !

Un nuage noir se forma dans le ciel, signe de la création d'une matière noire qui allait faire son apparition. Dans un rire hystérique, Veigar pointa Karthus du doigt, et la matière, qui pouvait s'apparenter à une météorite, se dirigea vers lui. Elle traversa le champ de force, frôlant de près l’œil qui "filmait" tout. Un grand fracas sur le sol, mais Karthus avait esquivé. Raté...
- Arrêtes de bouger, ou je vais vraiment me mettre en colère !

Mais Karthus ne s'arrêta pas là et prit de l'altitude. C'était lâche de s'envoler alors que lui-même ne pouvait pas le faire sans passer par des moyens extérieurs. Et il fit bien comprendre à son adversaire sa frustration en serrant fortement son poing contre son sceptre. Je vais te passer l'envie de voler, saleté de mort vivant...
Avec le temps, il pourrait faire pareille, mais présentement il allait plutôt brûler la robe de ce cadavre. D'autres projectiles du sceptre vinrent frapper la Liche, qui contre attaqua par une zone ... Une étrange zone magique... Veigar la connaissait bien. Elle tournoyait autour de son propriétaire. Le yordle en avait froid dans le dos mais il resta concentré sur la situation. Ce n'était pas le moment de craquer.
Le combat commençait à prendre une toute autre figure... Ce n'était plus une danse, en effet, mais quasiment une mise à mort. Un combat pour la survis. Que le meilleur gagne, et vive... Karthus semblait déterminé à donner une leçon au petit imprudent qui s'était dressé face à lui. Il leva un mur de façon à bloquer Veigar entre lui et sa propre Profanation. Que, quoi ?! Mais... Espèce de... !
Saloperie de Liche ! Il allait payer pour cet affront. Si sur les Champs de Justice, leurs pouvoirs respectifs étaient bridés pour éviter qu'ils ne dépassent des limites, ici dans le vrai monde ils ne connaissaient pas ces chaînes imposées par les Invocateurs. Alors, lorsque Veigar montra l'éveil de sa puissance tandis que la magie noire commençait à émaner de lui, telle une ombre qui l'entourait. Le maléficien reçut une décharge magique qui lui arracha un crie. Tu... Tu vas... me le PAYER !
- KARTHUS !

Dans son hurlement de rage infinie, le petit démon brisa les entraves autour de lui, brisant au même moment son sortilège barrage, laissant les piliers debout. Ce qui étonna grandement les personnes aux alentours qui cherchaient désespérément, jusqu'à maintenant, de passer. Libre de pouvoir passer, les Invocateurs appela à la raison auprès du yordle, qui leur répondit en les faisant reculer d'un air menaçant. Qu'ils dégagent tous, c'est mon combat. Cette Liche est à moi !
Il sauta sur un pilier pour atterrir sur le second, arrivant quasiment à la hauteur de Karthus. Son regard jaune, qui n'avait plus de pupille à cause de sa magie débordante, le fixa avec haine. Veigar leva son gros gant, qui fit apparaître en peu de temps un projectile bien plus imposant que tous les autres. Tout en préparant ce qui semblait être une Primordiale, le mage leva son sceptre. Son joyau en son centre se mit à briller fortement, et d'autres météores se dirigeaient vers la Liche, pour tenter de la distraire. Tout ceci, pour qu'à la fin il ne puisse pas esquiver la puissance infernale qui arriva droit sur lui, suivit d'un rire maléfique.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Lun 27 Juil - 18:13
Le petit mage noir semblait avoir littéralement péter une câble : Karthus, avec un flegme de mort vivant, restait impassible tandis qu'il esquivait projectile après projectile, salve après salve, tir après tir : le mage était vicieux, et la liche savait qu'un seul faux pas pouvait le conduire droit dans les abimes, juste sous un météore.

- Hmmm... Tout ce dont tu es capable, petit mage ? Ta réputation est largement surfaite..


Tâtez les défenses, provoquez son adversaire : tout ces choses qui pouvaient conduire à une erreur. Encore quelques explosions, quelques tournoiements, et... Un hurlement de rage, d'énergie pure, qui fait littéralement exploser les murailles magiques les entourant. Quelques sauts, et le mage noir se retrouve au sommet d'une colonne, en train de fixer la liche.
D'autres météores font chemin vers lui : la ligue ne les retient plus, il est temps de montrer le vrai pouvoir ! La liche s'envole encore un peu plus haut, et étends les bras, alors qu'un faisceau d'énergie fantôme gris-bleu se forme au niveau de son plexus : le rayon pars et rejoins Veigar, se scindant au moment où il entre en contact avec le petit mage : de multiples tentacules d'énergie le frappe de tout part, tandis que autour de Karthus, des sphères de mort se forment, qui se mettent à tourner dans une valse effréné autour de lui : les champions aux alentours ne peuvent plus s'approcher, et Veigar, qui saute de pilier en pilier, esquive chaque coup de puissance, chaque boule qui défonce d'autres promontoires, laissant derrière elle un traînée de poussière qui les entoure d'une muraille de brouillard.
Enfin, la primordiale est chargé : le petit mage tout puissant sort sa botte secrète, et, alors que Karthus vois la sphère de pure énergie lui foncer dessus, il sait déjà ce qui vas arriver.
Au moment ou le corps entier de la liche disparait dans une immense explosion de pouvoir, le yordle croit enfin avoir gagner. A tort.
La muraille, les piliers, les sphères... Le rayon d'énergie... Tout a disparu, soufflé par l'incroyable déchainement d'énergie produit par un si petit être.
Mais un fantôme se dresse. Au milieu des ruines, là où devrait se trouver le cadavre de la liche, il n'y a qu'un fantôme. Un fantôme qui fixe Veigar, dans un silence de mort. Autour d'eux, personne ne bouge, personne ne fait de bruit. Sur le côté, l'invocateur silencieux observe la scène.
Puis, le mage noir charge une nouvelle attaque d'énergie, ridicule par rapport à celle qu'il venait d'opposer au mort vivant. Le projectile pars, fonce à toute allure vers Karthus... Et passe à travers lui, sans le toucher. Le missile vas exploser un pilier un peu derrière la liche.

- Le pouvoir des îles obscures est illimité. Vous ne pouvez me vaincre.

Et relevant les bras, le fantôme s'élève légèrement, entonnant un chant d'une beauté indescriptible, beau et horrible à la fois : c'est le pure chant de la mort, les dernières paroles d'un mort : ni langage, ni cri, c'est un son qui vient du tréfonds de l'âme d'un être aussi puissant que Karthus. Autour d'eux, ceux qui reprennent peu à peu leur esprit commencent à se rendre compte de ce qui arrive... Et la canalisation magique est sur le point de prendre fin : déjà les plus faibles aperçoivent une lumière blanche, au loin ! Quand soudain !

- Arrêtez MAINTENANT ! Heïma Arrrrhn Protectionis MAJORIS !

L'invocateur silencieux s'est avancé, et tends désormais le bras, d'où pars un filet d'énergie qui protège en partie tout les membres présents dans le jardin, sauf les deux personnes au sein du cratère formé par l'explosion. Et la clameur arrive à son climax, au summum, au bout, à un point où la voix est tellement aigu qu'elle en sort des possibilités humaines !...
La mort... a parlé.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mar 25 Aoû - 19:11
=>:
 

Ce combat allait être inscrit dans toutes les mémoires. Tout ceux qui étaient présents ce soir là se souviendront des terribles puissances de Veigar et Karthus qui s'étaient affrontés dans les jardin de l'Institut de guerre. Mais il fallait un vainqueur dans ce genre de duel, et visiblement, le mage noir allait l'emporter. C'était ce qu'il pensait, en tout cas. Dans sa folie de puissance, sa rage l'aveuglant, le petit être ne voyait pas venir le sort qu'il l'attendait. Il était concentré sur sa magie, obnubilé par toutes cette énergie, qui l'enivre presque. Le joyau de son sceptre s'illuminait, son gant avait suffisamment canalisé la magie... Pointant un doigt vers le mort vivant, c'était un peu la manière de balancer cette énergie noire vers son adversaire, pour en finir avec ce duel. Tu es finis, Karthus !

La Primordiale, entité de magie que seul Veigar en connaissait tous les secrets, s'écrasa sur la Liche, provoquant une explosion qui balayait tout. Certains piliers disparaissaient, sauf deux qui tenaient à peine debout. Les observateurs du spectacle étaient renversés sur le côté. Seuls les invocateurs tenaient encore debout protégeant les autres avec des boucliers magiques. Ils étaient dépassés, mais ils comprenaient un peu mieux leurs erreurs : notamment celui d'avoir sous estimé ce mage noir lorsqu'il était arrivé à l'Institut de guerre, quelques années auparavant, et celui de l'avoir laissé s'accaparer tant de puissance. Mais l'Invocateur silencieux ne semblait pas craindre les pouvoirs de Veigar. Il attendait, regardant le duel qui était loin d'être terminé.

Quoi ?! Il... Il est ENCORE debout ? C'est impossible !
Les yeux grands ouverts, le yordle sous son chapeau pointu constata avec surprise et colère que Karthus se dressait toujours. Non attendez, quelque chose n'allait pas... Il ne se trouvait ni cadavre, ni poussière. A la place, la Liche était devenue un fantôme, planant au dessus du sol. Son regard ne se voyait pas mais se devinait, fixant le mage noir qui serra les dents de frustration. Oui, Karthus était encore là. Il ne possédait plus l'enveloppe, mais son esprit lui faisait encore face, prolongeant leur duel. Un silence s'installa, car même les Champions, au départ volontaire pour arrêter cette folie, ne pipaient plus de mots, craignant la suite des évènements. Les Invocateurs se tournaient vers le dernier qui n'avait pas encore agis. Je vais te détruire définitivement... Karthus, c'est toi ou moi...
Tentant le tout pour le tout, le Maître des maléfices chargea une seconde Primordiale. Si la première avait été plus impressionnante, c'est parce que ce sortilège demandait beaucoup d'effort, de concentration et d'énergie de la part du concepteur. Et Veigar sentait bien qu'il commençait à peiner en poursuivant ce combat acharné vers celui qui sera le meilleur. Mais cette fois-ci, Karthus, tu n'y échapperas pas, je te le garantis !
Le mage envoya son attaque. Et il se figea d'horreur... Pas d'explosion. Le fantôme n'avait pas bougé, et était toujours là. Le pilier dans le dos du mort connu ses derniers jours, s'écroulant sur le sol. Non... C'est...
"- Le pouvoir des îles obscures est illimité. Vous ne pouvez me vaincre."

... Impossible... Pas deux fois !
Tétanisé, non pas par la peur mais par l'étonnement mêlé à de la haine, Veigar fixait le fantôme, alors que ce dernier entonnait un chant. Non pas un chant, un son... Non, c'était même mieux que ça. Les oreilles du yordle percevait multitudes de choses, des sensations qui en auraient horrifié plus d'un. Comme si le son aigu devenait peu à peu un dialecte inconnu agréable mais prononcé sur un ton de mort absolue. C'était indescriptible, inexplicable... Tout ce dont il était sûr, c'était la présence de la magie de Karthus qui s'accumulait autour d'eux. Veigar pencha la tête sur le côté, comme hypnotisé par cette mélodie funèbre, mais si somptueuse en sensation magique. Il devait se l'avouer, la puissance de Karthus égalait largement la sienne... Voir, Karthus le dépassait sans doute. C'était dur de l'admettre. Vraiment très dur...

Veigar ne se posait aucune question, alors que tous les autres autour essayaient encore de comprendre ce qui se passait. Le mage noir savait ce que Karthus comptait faire. Est-ce que c'était un léger moment de folie de sa part, comme Veigar l'a eu quelques minutes avant lui, pour qu'il est la volonté de tout raser ? Le yordle ne bougeait pas, lorsque des lumières blanches pointèrent tout le monde, signe que la canalisation de la Liche arrivait vers la fin. Il ne pourrait pas aller bien loin, il le savait...
"- Arrêtez MAINTENANT ! Heïma Arrrrhn Protectionis MAJORIS !"

L'Invocateur silencieux, qui en réalité semblait être un des protecteurs de la Ligue appelés les "Juges", prononça cette formule. Il leva une barrière face aux rayons pour protéger tous les individus présents dans les jardins. Seuls le fantôme chanteur et le petit démon étaient en dehors de la protection. Veigar leva les yeux vers Karthus qui finissait de prononcer ses mots pour appeler la mort venue du ciel. Il serra son sceptre, son autre main qui portait son gant s'était posé sur le bord de son chapeau, un peu comme s'il faisait un petit signe à la Liche. D'accord, tu as gagné l'entracte, mais pas le combat !
Evidemment, Veigar ne s'avouera jamais vaincu. Sa volonté était forte, là où les gens le croyaient juste complètement fou. Non, il n'était pas juste fou, il voulait vaincre ! Et s'il devait vaincre la mort elle même tombant du ciel, il le ferait.
Soudain, le rayon blanchâtre s'intensifia en direction du mage noir, ce dernier levant le museau au ciel. Bordel de merde !
Il détala à toute vitesse vers le dernier pilier, penché sur le côté, se cachant en dessous. Il savait très bien que l'environnement physique n'arrêtera pas le rayon, mais il espérait que sa magie qui l'imprègne l'aide à encaisser, même un tout petit peu. Car, en effet, il avait bien l'intention de recevoir le trait de mort. Il n'avait pas le choix... Usant de la magie de son sceptre, il dressa une barrière magique violâtre autour de lui, préparé au pire. Si seulement il avait eu une petite idée de ce qu'il l'attendait... Elle le sort tomba du ciel sur Veigar. Depuis le cratère, on entendit plus aucun bruit, suite au hurlement de douleur provenant du yordle...
... Je ... Je ne veux pas... mourir... Pas maintenant... Jamais. Je ne suis pas prêt. Je suis le plus grand mage noir que le monde est connu. J'ai encore des choses à faire. Tu ne me briseras pas si facilement. Je... Je dois... me réveiller !

Toussant fortement, le petit être reprit sa respiration péniblement. La douleur le transperçait encore, mais il tenait bon. Il remarqua être encore dans le cratère, couché sur le sol. Sa vision au départ troublée ne tardait pas à lui montrer le sol poussiéreux, puis son sceptre, posé sur sa main. Cette dernière commença doucement à le serrer. Luttant avec ses toutes dernières forces, Veigar essayait de se redresser, et ne réussit pour le moment qu'à se mettre assis. L'environnement était encore brumeux de poussière qui s'élevait sur ces lieux d'un combat terrible... On aurait dit un champ de bataille mais disputé que par deux protagonistes. Deux personnages qui avaient prouvé en ce jour combien ils étaient puissants... Et même s'il devait y avoir qu'un seul vainqueur de ce duel, Veigar ne s'avouera jamais vaincu.

Le silence avait investi les lieux. Le Juge écarta sa protection magique qui a protégé tout le monde. Les Invocateurs se remettaient doucement de la violence de l'impact avant de commencer à s'avancer, prudemment, pour voir ce qui se passe dans ce petit cratère. C'est qu'à force de déflagration magique, le sol s'était bien affaissé. Assis au centre, Veigar restait assis, la respiration encore un peu saccadé, son regard fixe et dans le vague. Ce silence... Qu'il cesse...
Mais ses sens exceptionnels, propre à son espèce, détectèrent la présence du fantôme. Il était tout proche. Par instinct, Veigar leva son sceptre, un peu tremblant mais menaçant, en direction de Karthus. Malgré sa courte expérience avec la mort, son affaiblissement palpable, le mage noir leva le regard vers la Liche, son joyau brillant légèrement. La volonté, c'était tout ce qu'il lui restait. Et mourir n'était pas une option envisageable. Jamais !
- K... Karthus...

Ce n'est pas fini...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Mer 21 Oct - 9:28
Ho non... Ça n'était pas finis.
L'apocalypse. La fin du monde. Une pluie de météore bouillant tombant du ciel... C'est ce à quoi crurent assistés les gens présents, au jour-dit. Ce jour là, ils crurent que tout était terminé. Ils crurent que c'était la fin de leurs misérables vies.
Car la mort prends tout, sans se soucier ni d'âge, ni d'importance. Les empires ne sont que des châteaux de sable dans un horizon de grève, et les gens qui sont à leurs têtes de minuscules cailloux dans la grande pente du monde, malgré tout capable de déclencher une avalanche.
Quel était ce caillou capable de déclencher la fureur des éléments, des explosions de pure magie l'environnant ? Bien évidemment... Au vue de la puissance des îles obscures... Veigar lui même ne pouvait que s'avouer vaincu.
Et pourtant...
Était-ce réellement une victoire ? Il avait pu jauger la puissance du petit être maléfique... Et il avait vus qu'elle était inférieur à la sienne. Mais le petit yordle pouvait s'améliorer. La liche s'était rendu compte que le yordle avait soif de savoir. Alors, ami ou ennemi ? Maître ou apprenti ? Egal ou rival ? Le temps le lui dirait... La mort le lui confirmerait. Il était la liche. Créature indestructible, incarnation vivante de la mort... Enfin, "vivante"...
Mais avait-il vraiment gagné ? Car désormais, le petit mage saurait à quoi s'attendre... Et lui vouerait une haine éternel. Étrange petite créature que le mage noir le plus puissant du monde. Pouvait-il en être autrement ?
Il n'avait même pas jeté un regard en direction de l'adjudicateur qui avait invoqué la protection. Que lui importait les autres vies humaines à côté de celle qui se tenait en face de lui ?
Vie qui était en train de brandir son sceptre dans la direction du fantôme. Le chanteur devinait que le yordle avait plus d'une carte dans sa manche : aussi tendit-il les bras, et tenta-t-il de réinvoquer le rayon qui s'était collé au yordle... Quand l'adjudicateur se placa entre eux deux, et frappa le sol de son bâton, déclenchant une petite explosion qui acheva de séparer les deux combattants.

- Cessez immédiatement. Veigar, votre comportement sera sévèrement sanctionné par la ligue. Quant à vous, liche...

Un regard de dégout de son interlocuteur. Visiblement, ça n'était pas un invocateur qui manipulait la magie noir.

- Vous allez être réanimé. Avant cela, j'aimerai entendre votre version des faits. A tout les deux.

Et faisant signe à deux autres jeunes invocateurs, il fit transporter les deux plus puissants nécromanciens de ce monde dans une petite salle adjacente au jardin, de 3 mètres par 5, bordé d'un bureau, d'un canapé rouge et de son extension rouge elle aussi. Un lit, au milieu servit de réceptacle pour le corps de la liche, au dessus duquel flottait son fantôme. L'invocateur saisit le fauteuil du bureau, le tourna et s'y posa.

- Veigar... Après vous.

Après vous, Veigar. Tirez la première salve. Je ferai la seconde.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Ven 1 Jan - 15:46
Un moment. Juste un petit instant constituait de quelques secondes. Ceci lui suffirait amplement pour montrer à Karthus qu'il n'était pas fini. Veigar ne voulait pas en finir là, sur une cuisante défaite. Il ne veux pas perdre. Il se savait capable de se relever et avoir plus de capacité dans son esprit pour contre attaquer. Des sortilèges, il en connaissait des tas. L'un d'eux finiraient bien par fonctionner sur l'entité des îles Obscures. Et il insistera à chaque instant pour faire en sorte que ça fonctionne. Car en plus d'être colérique, ce yordle sombre était particulièrement têtu, voir borné sur certaines idées. Karthus monopolisait, en ces instants de sa vie, tout son esprit. Son sceptre brandit vers le fantôme, il recommença déjà à s'animer par la magie du yordle. Ce dernier se leva, tressaillant sur ses jambes. Il se reprit bien vite pour faire face au fantôme, un sourire malsain aux lèvres. Son regard était fixe, émanant une folie profonde. Il lui avait cédé toute la place pour devenir un adversaire acharné, qui essayera d'aller au delà de ses limites pour vaincre. En ne se préoccupant absolument pas des conséquences que ces actes peuvent provoquer sur lui et son mental. C'était ça aussi Veigar, le petit maître des maléfices, celui qui pouvait devenir encore plus fou pour une question d’ascension de la puissance. Il pouvait le faire, coûte que coûte, même la mort ne l'arrêtera pas. Rien. Ne. Te. Sauvera... Karthus
La liche avait levé ses bras, en réponse du sceptre qui le menaçait. Le sourire plein de folie du yordle s'agrandit, alors qu'il tissa méticuleusement des maléfices dans son esprit. Il savait que Karthus allait répondre avec un nouveau rayon de la mort... Mourir n'était pas envisageable, mais peut-être était-ce la solution pour en venir à bout de ce duel. Il était temps de défier la mort elle même, compagne de la Liche, petit magicien ? Dans un rire strident, le mage noir leva enfin son arme vers le ciel...

Et il ne se passa rien. Car Veigar fut violemment repoussé par une énergie magique, pareille à un champ de force. Il alla s'étaler sur le sol à quelques mètres de Karthus et de l'Adjudicateur, qui s'était soigneusement placé entre les deux rivaux. C'était ainsi que se termina ce duel interminable entre les deux mages, stoppés net par un maître Invocateur qui avait protégé tout le monde du rayon de la Liche. Il ordonna l'arrêt de ce combat sanglant, promettant à Veigar une punissions à la auteur de son méfait. Pour ce qu'il en avait à faire des menaces de la Ligue, les pensées du mage noir étaient encore sur l'idée que la Liche allait s'en sortir. Et cela le rendait fou... Enfin, un peu plus fou qu'il ne l'est déjà.
Veigar se redressa, crachant sur le sol avec mépris. L'Invocateur parla à Karthus avant de se retourner vers lui, gardant des traits de dégoût sur le visage. En réponse, Veigar sourit, espiègle. Ah, la magie noire, méprisée par tous, manipulée par des élus. Rares étaient les êtres à avoir appris ses secrets et à l'utilisaient aussi bien par la suite. Les créatures des îles Obscures étaient les seuls à être animé par cette drôle de magie que les Invocateurs rejetaient totalement et l'interdisaient, même, dans l'enceinte de la Ligue. Veigar faisaient partis des rares personnes extérieurs aux îles à maitriser une magie différente que celle de la lumière. C'était bien pour cela qu'il n'était pas très apprécié ici, ni ailleurs. Les Invocateurs toléraient sa présence simplement grâce au titre de Champion. Etait-ce la même chose pour Karthus et ses semblables ? Possiblement. Ou alors, ils ne voulaient pas être contre de grosse puissance. A la vue des capacités de la Liche, cela se comprenait.

Des Invocateurs s'approchèrent du yordle pour le transporté à l'intérieur, suivit de l'Adjudicateur et de ses nécromanciens qui allaient entreprendre un espèce de rituel pour ranimé la Liche. Le fantôme de se dernier suivit sagement le mouvement. Veigar avait même l'impression qu'il le narguait de là-haut. Cette impression d'être inférieur face à la situation, qui était passée d'une mise à mort certaine à une prise en charge de la situation des mages, l'irritait très fortement. De ce mécontentement, il se débattit pour tenter de se libérer des prises, mais aucun des mages ne broncha. On le déposa sans ménagement sur le canapé, à la fois pour l'inciter à se calmer mais aussi pour lui faire comprendre qu'ils ne rigolaient pas. Les mages de la Ligue étaient sans aucun doute capable de faire quelques lumières qui pouvaient le brûler, alors Veigar lâcha un rire moqueur mais se tenait tranquille sur le canapé. De toute façon, nu de son gros gant et de son sceptre que les résidents des lieux avaient pris soin de confisqué, il ne pourrait pas faire grand chose pour leurs faire peurs, sauf s'il prenait le temps. Et le temps, les Invocateurs ne lui en laisseraient pas. Je vais vous pincer fort les oreilles pour la peine que vous me faites... Et toi Karthus, tu ne vas pas t'en sortir aussi bien...

Pendant que les nécromanciens entamèrent un rituel silencieux, l'Adjudicateur se tourna vers lui, l'incitant à parler. Veigar s'affaissa un peu dans les coussins, pris d'une grosse fatigue. La tension redescendait, mais il était encore bien conscient de ce qui se passait tout autour de lui. La douleur, il la connaissait bien, alors il était capable de la supporter un petit moment. Sa colère, toutefois, ne s'était aucunement apaisée, et son regard fixa à nouveau le fantôme, qui flottait près d'eux, non loin de son corps. Un sourire se dessina lentement. Destiné à Karthus. Le seul qui le comprendra. En voyant cela, l'Adjudicateur frappa du pied, mécontent.
- Il me semble vous avoir posé une question, Veigar.

Le yordle se tourna lentement vers l'Invocateur qui lui faisait fasse, assis dans son fauteuil, faisant refléter toute son impatience dans son regard. Le mage pencha un peu la tête sur le côté, fermant un instant les yeux, à cause d'une migraine qui faisait siffler ses oreilles... On ne remarquait pas son mal sur le visage à cause du chapeau qui le cachait, mais on pouvait deviner qu'il commençait à ressentir les contrecoups de la bataille. Sa respiration se faisait plus tendue. Veigar serrait un peu des dents sous la migraine. Mais il ne voulait rien laisser paraître dans sa voix, c'était la raison qui le poussait à répondre quelques secondes plus tard, une fois qu'il avait les idées plus claires.
- Vous voulez savoir... pourquoi j'ai enfreint les lois de l'Institut, ou pourquoi certaines choses arrivent car elles doivent arriver ? ...
- Je n'ai pas le temps pour les énigmes, magicien. Dites juste les faits, le pourquoi ne m'intéresse pas
- Les faits ? - Veigar sourit à nouveau en direction de Karthus - Je l'ai attaqué... délibérément. N'est-ce pas mon ami ?

Ami. Vous vous demandez bien pourquoi ce yordle userait de tels termes alors qu'il était prêt à tout pour détruire la Liche. C'était peut-être une promesse d'un retour aux sources. Ce qui était un ami, pouvait devenir un ennemi et inversement. Et alors qu'il venait de dire en trois mots ce qu'il avait fait, Veigar ajouta à l'intention des Invocateurs, tout en regardant intensément Karthus :
- Et je recommençais.
- Je ferais en sorte que ça n'arrivera pas. Vous commencez à dépasser les limites, mage noir.

l'Adjudicateur se tourna vers Karthus, lui demandant d'expliquer sa version des faits. Pourquoi la Liche irait mentir derrière les dires de Veigar ? Il allait sans aucun doute répondre la même chose, car le magicien n'avait pas menti une seule seconde. Car il assumait complètement ce qu'il avait fait. Il s'était rendu compte, alors qu'il discutait à la base tranquillement avec Karthus, qu'il n'aurait pas tenu une minute de plus dans ce calme. La fraicheur qu'inspirait la Liche était en réalité toute sa puissance qu'il émanait, comme une aura magique. Avait-il été un peu enivré par elle ? Possible. Et lorsque Veigar était proche d'une source magique, il devait absolument la découvrir pour savoir tous ses secrets. C'était bien là son défaut : Toucher, connaître et acquérir les connaissances même les plus dangereuses de Valoran. La magie des îles Obscures ne fera pas exception.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : La mort est la seule vérité...


MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus) Sam 9 Avr - 12:50
- Cher adjudicateur...

La liche laissa un sourire fantomatique errer sur ses lèvres transparentes.

- Vous pouvez menacer Veigar autant qu'il vous plaira... Vous savez que vous ne pourrez rien faire contre lui. Je vous déconseille de céder à la facilité comme vous avez pus faire avec Nocturne. Je doute qu'une prison tienne longtemps sous ses maléfices.


Les nécromanciens s'agitaient en arrière plan, et Veigar lui avait sourit. Sourire effrayant. Promesse de vengeance. Le chanteur n'en attendait pas moins de la part du mage noir.

- Il se peut que le yordle ai été un peu... Disons... Ennivré... Par le pouvoir des îles obscures qui émane de ma personne. Vous étiez présent à mon jugement. Vous savez le pouvoir attractif qu’exerce les ténèbres sur chaque êtres humains. Après tout, si je lis bien votre âme, vous avez bien failli y passer vous même, n'est ce pas ?

Le sourire du mort s'élargit encore un peu plus. Un sourire fin, vicieux... Le sourire d'une liche. Les nécromanciens haussaient le ton : ils arrivaient à la phase finale de leurs incantations : bientôt, la liche serait de retour dans son corps. Une sorte de lien éthéré commença à se tisser entre le cadavre et le fantôme, et la matière ectoplasmique qui composait la forme intangible du corps de Karthus commença à se dissiper, non, plutôt à se déverser dans le corps d'origine.

- Voilà ce qui s'est passé : Veigar passait un peu de temps en ma compagnie et un mot de ma part à fait remonter des souvenirs douloureux du passé. Le mélange de ces souvenirs dans l'esprit embrumé de mon ami et ma présence ont fais débuter une crise de folie sanguinaire, qui l'a conduit à tiré un projectile magique surpuissant dans ma direction. Comme de juste, je me suis défendu, puis Veigar a... Atomisé mon corps... Après quoi... Enfin, vous étiez là à la fin du combat. J'ai joué mon Joker.

Le fantôme disparut peu à peu, tandis que le corps reprenait des couleurs - si l'ont peut dire -.
Ça n'était pas fini.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus)
Revenir en haut Aller en bas

L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'esprit du métal chez deux érudits (Pv Karthus)
» Un esprit rentre enfin chez lui
» [Bar "Chez Duck"] Entre deux bouteilles [Terminé]
» Aéorgraphe et compresseur
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Valoran :: Nord Est :: Institute of War :: Institut de la Guerre-