Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Dim 25 Oct - 18:50

Le front appuyé sur la vitre, je contemplais les lueurs du jour disparaitre peu à peu, sur cette ville qui ne dort jamais. Somnolant, dans cet état étrange entre veille et sommeil ou les sensations venues de l’inconnu, des profondeurs du passé, peuvent refaire surface. Fugace sentiment de manque… mais de qui, de quoi ? Qui es-tu, visiteuse de mes pensées, qui s’enfuit aussi vite, sans que je ne puisse ni me représenter ton nom, ni ton visage, ni même ce que tu as pu être pour moi ?
Je fouillai dans mon paquet de tabac à rouler, pour en trouver les dernières bribes, grattant pour obtenir de quoi me rouler une cigarette. Je n’avais jamais aimé le goût du tabac, mais il me semblait que cette chaleur dans ma gorge et mes poumons était la seule que je pourrais jamais obtenir. Moi, personne solitaire que nul ne tolère. Criminelle aux yeux du monde honnête, paria aux yeux de ceux de la rue. Condamnée à errer entre à la limite entre deux mondes, sans avoir une chance d’appartenir à aucun des deux… L’un fuit depuis longtemps, l’autre inaccessible de par ma nature même, de criminelle vengeresse, orpheline des rues condamnée à la criminalité pour la survie. Sans futur, dans un présent malade, et sans avenir.

Les cendres tombaient à la fenêtre, tandis que je frottais machinalement mon cou, tatoué récemment de plusieurs engrenages. Me retenir de gratter était difficile, tant cela me démangeait, autant que d’aller me remettre à travailler sur les constructions Hextech, puisque c’est cette passion que ce tatouage représentait. Mais j’avais d’autres plans pour ce soir.
J’écrasai le cadavre encore fumant contre le rebord. Plus de tabac, et plus de quoi m’en racheter un nouveau. Ça voulait dire que j’allais devoir fracasser quelques carreaux, et subtiliser ce qui n’appartenait de toute façon pas à ma victime. Il y avait bien longtemps que je ne m’en prenais plus à ceux qui gagnaient honnêtement leur vie, et tentaient de la mener du mieux qu’ils pouvaient sans déranger personne. Plus depuis l’accident de la mine, ou j’avais compris la valeur de la sueur sur le front d’un homme. Pas depuis que j’avais quitté le gang.

Par contre, les enflures notoires, ceux qui n’hésitaient pas à profiter des autres, à leur extorquer ce qu’ils voulaient sans se fouler, les petits tueurs de bas quartier… Tous ceux qui avaient fait partie de ma vie dans le passé, en somme, je n’avais aucun scrupule à les dépouiller. Ni à leur fracasser le crâne d’ailleurs. C’était ma survie qui était en jeu, et les envoyer à l’hôpital, ou à la morgue ne contribuait qu’à améliorer ce monde, à mon sens. Je ne me considérai pas comme une justicière. J’aurais été bien pathétique, dans ce rôle. Simplement une criminelle, qui ne frappait que les coupables, autant pour les punir que pour sa propre survie.
J’en avais justement un sous le coude, qui n’attendait qu’une petite intrusion de ma part. Détournement de fonds, proxénétisme, et j’en passais des meilleures. Qui avait profité de tout l’argent récupéré pour se payer des petites vacances au soleil – ou peut-être à l’ombre-. Le moment parfait pour une petite visite de courtoisie dans son appartement puant le luxe et l’argent sale, histoire d’en prélever un peu pour mon compte. Je n’avais pas planifié ce coup depuis peu, car il était de ces occasions qui arrivent sans prévenir, mais que je ne pouvais pas laisser passer, tant elle me paraissait simple et juteuse.

La nuit était tombée, désormais, et elle était mon domaine. Plus de discrétion, et plus de risques pour les passants, qui se pressaient bien souvent de rentrer chez eux. Moins que quelques années auparavant, maintenant qu’une shérif compétente était arrivée et avait rendu cette ville bien plus sûre, c’est vrai… Mais l’obscurité évitait tout de même les regards curieux : elle était sombre, inquiétante, et incitait à passer son chemin. Pas de témoins.

Je prenais mon temps. En cette saison, même à la nuit tombée, les passants étaient encore nombreux. Un peu plus tard, ils se sépareraient, entre ceux fréquentant les salles d’arcades ou les boîtes de nuit, et ceux rentrant bien au chaud chez eux. Dans tous les cas, plus grand monde dans les rues. Mon sac à l’épaule, et mes gants Hextech aux poings, je me mis en route à travers les rues, vers les quartiers bureaucratiques. Des grands immeubles, buildings, sans aucun charme, simple cubes de bétons, et désertés à cette heure. Les habitations y étaient particulièrement rares, ce qui me facilitait la tâche : peu de voisins prêts à prévenir la police, si ce n’était ceux du même immeuble.

Je pénétrai dans le hall sombre et désert. Pas un chat aux environs… C’en était presque inquiétant. Rapidement, je montais deux à deux les marches de l’escalier de bois en spirale, qui grinçait sous mes pas, vers le troisième étage. Deux appartements par étages seulement, dans cette construction en forme de tour, ou je m’arrêtait devant une porte lisse et sombre, portant un chiffre 5 en métal légèrement abimé. La serrure me paraissait complexe, et je commençai par retirer mes poings de métal, pour sortir le passe partout que j’avais bricolé et amélioré au fur et à mesure de mes casses.

Pendant près de deux minutes, je m’escrimais sur la serrure, la langue sortie, et perdant patience. Jusqu’à ce que je craque, range l’outil, remette mes poings, et en envoie un coup fracassant en plein dans la serrure, qui céda sous la force colossale dans un craquement sec. Le travail de précision n’avait jamais vraiment été mon truc. Mis à part dans mes constructions Hextech, ou je faisais preuve de plus de patience, mais parce que je pouvais voir l’avancé au fur et à mesure. Là, c’était juste une stupide serrure qui me résistait – ou m’avait résistée, vu que désormais, la porte était ouverte -.

Le bruit avait résonné dans tout le couloir, comme si un meuble était tombé dans l’escalier. Unique, fort, direct… Avec un peu de chance, personne n’irait chercher plus loin. Poussant la porte doucement, après avoir remis mes gants Hextech aux poings, j’entrais rapidement, avant de la repousser derrière moi pour ne pas attirer l’attention. Les lieux étaient sombres, et le plancher craquait légèrement sous mes pieds. Mieux valait ne pas allumer la lumière, pour ne pas alerter des voisins, et me contentai d’allumer une lampe de poche pour éclairer devant moi, tout en avançant à travers les pièces aussi luxueuses que désertes. Il était temps d’aller dénicher quelques richesses.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 29 Oct - 0:45
Vi, ce nom me trottais dans la tête depuis un moment déjà, patronyme ou pseudonyme, difficile de savoir en ce qui concernait la personne portant cette unique syllabe pour la désigner, d'un geste devenu familier, je me rencognais dans mon vieux fauteuil club fatigué, rare élément de confort, incongru dans ce bureau où tout était surtout fonctionnel, hormis peut-être le délicat service à thé en porcelaine, cadeau de mes parents pour ma vingtième année. Je soupirais et parcouru une fois de plus le dossier que j'avais constitué sur la jeune femme, penchée en arrière, les pieds croisés nonchalamment sur mon bureau, attitude que je n'aurais jamais adopté en présence de mes subordonnés, mais travailler à des heures indues m’épargnais le déplaisir de dévoiler mon humanité à tout le monde, je préférais rester l'énigmatique, flegmatique et inflexible shérif aux yeux de mes hommes.
Bref, je revins à mon mouton rose, en voilà une qui sortait effectivement du troupeau, j'avais eue vent de son existence quelques années auparavant, ou du moins on m'en avait parlé sans que je n'y prête attention. Lancée, dans ma croisade contre le crime, j'avais rencontrés quelques contrevenants dont on s'était déjà occupé avant moi, passage à tabac ou parfois pire, la plupart du temps, je mettais cela sur le compte de guerre des gangs qui pour ma défense pullulaient à l'époque. S'il était important que la justice fut rendue, y compris pour les criminels, soyons honnête, j'avais eue d'autres chats à fouetter, alors si des voleurs avaient l'extrême obligeance de se tabasser entre eux, je n'allais pas faire la fine bouche.
Sauf que... ma voleuse en question était dans le genre récidiviste à la limite de la justicière, elle ne s'en prenait qu'aux autres criminels, et ce avec une régularité à faire pâlir d'envie le plus chevronné de mes inspecteurs. Intriguée par les rumeurs qui fusaient de plus en plus à son sujet parmi mes suspects, j'avais finalement tendue l'oreille à leur jérémiades et réussi à obtenir un portrait d'elle haut en couleur, une fois retirés les élucubrations fantasques sur sa taille gigantesque et sa gargantuesque soif de sang. Suivre ses agissements devient facile, à partir du moment ou je sut ce que je cherchais, les cheveux roses étaient incontestablement l'un de mes indices, l'autre plus visible était l'emploi d'armes peut conventionnelles, à avoir des sortes de poing massifs, probablement issus de la technologie hextech, encore un point qui piquait ma curiosité.
De longues réflexions sur la jeune femme avait habités ces moments où le soir je me replongeais et digérais certains dossiers plus ardus, comme celui de C... Et une idée avait finalement gagnée sa place en première ligne. Puisque cette fille s'en prenait aux hors la loi, alors autant la recruter, exceptionnellement j'étais prête à fermer les yeux sur son passé trouble, et lui offrir une chance de devenir une personne bien, un agent de police, sous ma supervision. Je voulais faire cette tentative de réhabilitation sociable, d'une part pour elle, mais aussi égoïstement pour me convaincre que l'humanité n'était pas totalement pourri. Après tout, je passais le plus clair de mon temps à en traquer les rebuts, j'avais bien besoin d'un petit remontant, d'une preuve que les gens peuvent changer en mieux, et cette Vi était prometteuse, il était temps de s'en occuper sérieusement.

C'est pourquoi ce soir, comme tout les soirs depuis trois jours, je me trouvais assise dans le fauteuil d'un vert de mauvais goût, dans cet appartement puant le stupre et l'argent volé, dans le quartier de Piltover hébergeant généralement la partie bureau de nos industries. Son propriétaire, un gros bonnet du proxénétisme que je m'étais fait le plaisir de coffrer en toute discrétion une semaine plus tôt, patientait tranquillement à l'ombre tandis que je jouais les chiens de garde armé, attendant la venue de ma petite voleuse rose avec impatience, l'occasion était trop belle, je savais qu'elle ne la louperait pas.
Quelques crissement étranges du coté de la serrure de la porte d'entrée me tirèrent de l'état de semi somnolence qui m'avait envahit, trois nuits blanches d'affilées avaient considérablement entamées ma résistance, même si j'avais l'habitude de dormir peu, je m'étais tout de même réveillée en sursaut tout à l'heure, la joue recouverte de mon écriture, la tête posée sur je ne sais plus quel rapport en court de rédaction. Un craquement de bois sonore me fit sursauter et me sortit définitivement de ma torpeur, non d'un bibi! Cette femme ne faisait pas dans la dentelle et entrait tel le fameux éléphant dans le magasin de porcelaine! Je gardais néanmoins mon calme, me relevait en silence et pointait mon fusil dans l'hypothétique direction par laquelle elle croiserait ma route.
Je n'eut pas a attendre longtemps, les craquements du plancher et la lueur tremblotante d'une lampe torche trahirent sa présence, j'attendis encore un instant qu'elle se rapproche, jusqu'à ce que le halo n'éclaire mes bottes. Ne la laissant pas se remettre de sa surprise, je tendis la main et allumait le plafonnier, inondant la chambre d'une lumière rouge qui émanait du lustre d'inspiration vaguement ionienne, kitch au possible, comme tout le reste de cette pièce qui donnait plus l'impression de se trouver dans une maison de passe que dans l'appartement d'un particulier.

"Bonsoir Vi, heureuse de faire enfin ta connaissance, avant que tu ne fasses quoique ce soit d'irréfléchi, sache que je ne suis pas venue pour t'arrêter, j'ai une proposition à te faire."

Mes paroles s’égrenèrent dans l'air, sans doute légèrement démentis par mon arme, je m'en rendais compte à présent, je baissais mon fusil, le laissant prendre le long de ma jambe, retenu par sa bandoulière, au moindre mouvement brusque il serait de nouveau calé contre mon épaule, prêt à faire feu, mais j'étais là pour lui donner une chance, non?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 29 Oct - 12:03


Seule, dans le noir de cet appartement puant le fric. On dit que l’argent n’a pas d’odeur, mais celui-là, j’avais l’impression de pouvoir sentir à chaque inspiration, la sueur, le sang et les larmes versés pour l’opulence de ce type. Écœurant.
J'avançais prudemment, à pas lents, le halo de ma lampe-torche balayant lentement de gauche à droite et de droite à gauche devant moi. Chaque pas me donnait l’impression de m’enfoncer plus profondément dans la tanière d’un démon, et un mauvais pressentiment me parcourait l’échine. J’avais la désagréable sensation d’être observée… Je tentais de me convaincre que ce n'était que mon imagination. J'avais passé l'âge d'avoir peur du noir, hein ?

L'espace de quelques instants, je pris plaisir à m'imaginer des monstres cachés dans le noir, tous plus ridicules les uns que les autres, comme pour tenter de m'effrayer moi-même. Au final, le résultat était plutôt de me rassurer en me détournant les idées. Pour finalement avoir le sursaut de ma vie et manquer un battement de mon coeur lorsqu'une paire de bottes apparut dans mon champ de vision, et relever brutalement ma lampe torche pour distinguer à qui elles appartenaient, une décharge d'adrénaline me parcourant subitement le corps. La seule chose que je pus distinguer, avant qu'une lumière éblouissante n'inonde la pièce, me forçant à porter un bras devant mes yeux, fut un fusil pointé dans ma direction

" Eh merde... " grognai-je lorsque deux neurones parvinrent à aligner la situation. Par pur instinct, j'enclenchai les mécanismes de mes poings Hextech, me préparant à me défendre avant le coup de feu. Rapidement, mes yeux purent distinguer de nouveau, pour m'apercevoir que je n'avais nulle autre que Caitlyn, la Shérif de Piltover, en personne, face à moi.
J’aurais dû me douter, que c’était trop beau, et trop facile. Ce n’était pas en vacances au soleil, mais à l’ombre, que ce type était parti, et moi, je m’étais fait avoir comme une débutante par les forces de l’ordre. Et je ne savais pas comment réagir, sur le coup... Je n'étais pas vraiment disposée à me laisser jeter en prison, mais ne désirais pas plus que ça blesser celle qui arrêtait le plus efficacement les criminels de Piltover depuis des années. La meilleure solution aurait sans doute été de prendre mes jambes à mon cou... Fuir, comme d'habitude, fuir l'univers entier, dans lequel je n'avais pas ma place.

Cet instant de réflexion avait suffit à mademoiselle flicaille d'en placer une. Déjà, elle connaissait mon nom... Ce qui signifiait bien qu'elle n'était pas là par hasard et m'avait tendu un piège. Je m'apprêtais à décamper aussi vite que mes jambes pourraient me porter, quitte à essuyer un ou deux tirs, mais le reste de sa phrase me fit hésiter, à nouveau. Et me laissa tout juste le temps de réaliser que je n'avais pas du tout envie de me comporter comme un poule mouillée, une lache apeurée courant se cacher comme un rat, face à elle.
Tout ça ne m'avait pas pris plus d'une seconde, et passé le moment de sursaut, un sourire ironique se dessina sur mon visage, tandis que je levais un poing, impressionnant, non pas vers elle mais vers un des murs pour m'y appuyer, l'air décontractée. Une parfaite attitude défensive pour cacher ma peur...

"Hey poulette" lançai-je d'une voix moqueuse. "Si ta proposition, c'est un paquet de clopes, j'dis pas non".

En réalité, j'étais complètement acculée. Même si elle avait légèrement baissé son fusil, je connaissais sa réputation, et savait que si elle décidait de me dégommer une balle dans la tronche, elle le ferait sans mal. Mais en même temps, j'étais assez curieuse. Qu'est ce qu'elle pouvait bien me vouloir, la Shérif, pour s'être donné la peine de me tendre ce genre de piège et de m'attendre tout ce temps ? Parce que je me doutais qu'elle n'avait pas pu prévoir quand je viendrai, et vu les cernes qu'elle avait, elle avait pas dû beaucoup dormir. Alors ça aurait été pour m'arrêter, pourquoi pas, mais là... ? J'étais consternée.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Lun 2 Nov - 18:10
Au moins elle ne s'enfuit pas, passée le premier sursaut, je suis agréablement surprise par la maîtrise de soit dont fait preuve ma cambrioleuse, un bon point assurément. Mon fusil reste sagement baissé, vu qu'elle ne semble pas vouloir faire usage de ses curieux gants Hextech, bien que les mécanismes soient toujours activés, je ne peux pas lui en vouloir, la situation à de quoi rendre méfiante.
Son temps de réaction est assurément fort optimisé, ou alors c'est une parfaite tête brûlée qui n'a absolument pas peur de moi... probablement un peu des deux, toujours est-il que mes paroles sont vite analysées et que je récupère un sourire ironique assorti d'une voleuse nonchalamment appuyée sur l'un de ses gros gants, me parlant d'un ton narquois.
Je hausse un sourcil interrogatif... ma poulette? Vraiment? Tsss, ce n'est pas la première fois qu'on me 'poulettise' mais de la part d'une jeune femme c'est curieux, je passe sur ce surnom idiot et tâche de répondre à ses provocations d'une voix calme et parfaitement audible, tout en tentant de résister à mon envie de bailler de plus en plus pressante.

"Je crains de ne rien avoir de si festif, remarque tu peux toujours essayer de rouler des cigarettes avec le papier, mais je doute que le goût vaille le détour, la lecture en revanche..."

D'un geste lent, pour ne pas causer de réaction disproportionnée de sa part, et lui montrer qu'il n'y a toujours pas de traquenard, je désigne un épais dossier que j'ai posé sur cette immonde table basse rococo dont les pieds ne sont rien d'autres que deux femmes en train... assurément pas en train de faire une partie d'échec. Je cligne rapidement des yeux et secoue mentalement mon cerveau pour le prier de revenir au présent, la fatigue me perturbe plus que je ne l'aurais pensée, j'espère que je ne vais pas devoir lui courir après parce que honnêtement je ne suis pas persuadée de pouvoir le faire avec mon efficacité habituelle. J'aurai dû prendre des renforts, mais elle n'aurait pas mordue à l'hameçon, et puis, c'est entre elle et moi que ça doit se jouer, si ce soir est un échec, il sera toujours temps de monter une vrai opération pour l'attraper.

"C'est ton dossier, au cas où tu en douterais, il y a là de quoi t'envoyer à l'ombre pour un long, très long moment, mais... s'il te plaît laisse moi finir..."

Je suis bien consciente de ce que je suis en train de lui dire, ça ne doit pas la réjouir que j'ai une telle masse d'informations sur elle, bon pour être tout a fait honnête, une partie des feuilles de ce dossier sont blanches, j'ai grossi un peu la bête pour la rendre plus impressionnante, et j'ose espérer que la vue de son palmarès en version papier l'émeuve réellement. Je termine rapidement priant pour qu'elle m'écoute un minimum.

"Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que tes cibles ne sont assurément pas des citoyens modèles, j'en déduis donc que tu as une forme de respect pour la justice ou du moins une sorte de code d'honneur qui te pousse à ne t'en prendre qu'a ceux qui ne sont pas innocents. En conséquence je me suis posée la question suivante: que ferais-tu si l'opportunité t'étais donnée, par exemple par quelqu'un de haut gradé dans les forces de polices, d’effacer ce casier et de commencer une nouvelle vie?"

Mes paroles sont lâchées telle un bombardement aérien dans cette chambre, je me sens étrangement soulagée d'avoir exprimé a voix haute cette question que j'ai retourné pendant longtemps dans ma tête avant de me décider à la poser à l’intéressée. Je me décontracte légèrement et décide même de m'accorder enfin ce petit bâillement qui ne cesse de grattouiller ma gorge avec insistance depuis tout à l'heure, ma main cacha ma bouche, mais je ne lâche pas le regard bleu azur de la jeune femme en face pour autant.

"Pardonne-moi, je t'ai attendu si longtemps..."

La politesse, mon éducation me perdra un jour, cependant je ne voudrai pas qu'elle s'imagine que la situation m'ennuie, bien au contraire, je suis sur les charbons ardents, c'est juste mon corps qui commence à rendre les armes.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Lun 2 Nov - 20:34
Mon sourire ne fit que s'agrandir en voyant la tête qu'elle tirait. Son altesse impériale n'aimait pas le ton et les mots que j'employais ? Je n'attendais que ça, qu'elle me reprenne, qu'elle pense vouloir faire mon éducation, pour avoir une bonne raison de l'envoyer paître, elle qui n'avait jamais connu ce que c'était que de devoir se débrouiller seul dans la rue. Néanmoins, la réprimande ne vint pas, elle se contenta de rebondir sur ce que j'avais dis, pour me désigner une pile de feuille épaisse comme mon poing. Mon casier, hein ? Je ne put retenir un ricanement sarcastique. Comme si j'allais être impressionnée par une pile de feuilles, comme si elles avaient la moindre signification. Je n'en avais pas besoin pour savoir ce que j'avais pu faire dans ma vie, et ce qu'on pouvait avoir à me reprocher. Mon "casier", ce mot n'avait pas le moindre sens, si ce n'était la motivation des flics à me trouer la peau.

Je haussai les sourcils à ses dires, et rétorqua avec sarcasme "Ouais, et ? C'est pas le dernier scoop de m'apprendre que toi et le reste de la flicaille essayez de me coffrer, chérie "

J'avais du mal à comprendre ou elle voulait en venir. Elle faisait quoi, sauter l'étape de l'arrestation pour passer directement à l'annonce des charges et au jugement ? Je pressai un peu sur le poing que j'avais appuyé sur le mur pour me remettre en appui sur mes deux jambes, et me redresser. La suite de ses mots entrait dans un sujet sérieux, et je ne pouvais la laisser se moquer de moi en les employant. Aussi, après l'avoir laissé terminer, en gardant les bras croisés, et en contemplant les cernes qu'elle s'était infligée juste pour pouvoir venir me sortir ces belles paroles, je me mis à avancer. En quelques enjambées, j'étais droit devant elle, et je plantai assez brusquement mes deux poings sur chaque accoudoir de son fauteuil, me penchant légèrement au dessus d'elle. Voir ce qu'elle avait dans le ventre, pour commencer.

" C'est pas une question de respect de la justice, poulette. Je sais juste assez ce que c'est que de galérer pour pas prendre et nuire à ceux qui font ce qu'ils peuvent pour s'en sortir du mieux possible de leurs dix doigts et de leur sueur. Et ceux qui respectent pas ça, et qui profitent des autres pour se faire leur petit blé, méritent juste de se faire emplafonner la tronche. Si je pouvais, je prendrai même pas la peine de leur voler quoi que ce soit, mais faut bien vivre, tu crois pas ? Quand on a pas un petit salaire confortable, et une réputation de criminelle pour empêcher d'être embauché ou que ce soit... "

J'inspirai légèrement, m'était quelque peu emportée dans ma dernière phrase. Cette situation me sortait par les pores. Je haïssais celle que j'étais, prise entre deux univers, entre criminalité et honnêteté, sur un fil qui n'était ni un côté, ni l'autre. Et aucun de ces deux mondes ne m'acceptait, tous me rejetaient ou voulaient ma mort. Néanmoins, je me repris, disant d'une voix plus calme, et plus sarcastique.

" Pourquoi tu ferais ça pour moi, Shérif ? C'est bien gentil d'espérer de la rédemption, mais c'est pas en effaçant trois feuilles que t'effaceras une réputation. Même si je le voulais, d'un côté ou de l'autre, on finira par me laisser replonger dans ma merde, et je devrai recommencer, parce que le monde me laisse pas d'autre choix. Un casier, c'est qu'un mot dans la rue, et à moins que t'ai un boulot à me sortir de sous ton jupon... Et même avec ça, t'as pas idée du nombre de petits merdeux qui cherchent à me faire la peau par vengeance"

La triste réalité d'une enfant des rues. Une seule voie possible s'ouvrait, et même si on voulait la quitter, la rue ne nous quittait jamais vraiment. On ne pouvait s'y arracher aussi facilement, et encore fallait-il être capable de s'adapter à une nouvelle vie inconnue... L'innocence de la Shérif, qui pensait qu'un tampon sur une feuille et une simple décision des autorités suffisait à faire s'envoler tout ça, était si candide qu'elle m'en aurait presque fait sourire.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mar 3 Nov - 19:10
Le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai retenu toute son attention avec mon petit discours, et à présent, elle a toute la mienne, indéniablement, difficile de faire autrement lorsque deux immenses gants hextechs vous entourent et qu'une jeune femme vous parle à, à peine deux dizaines de centimètres du visage. J'ai tout de même du faire appel à toutes mes réserves de calme pour ne pas lever mon fusil et lui tirer une balle calmante dans l'épaule, histoire de bien lui faire comprendre que je n'aime pas être malmenée de la sorte, mais si j'en crois le début de son petit discours, j'ai bien fait de me contenter de me rasseoir lorsqu'elle s'est avancer en roulant des hanches comme les machos des mécaniques.
Je hausse de nouveau un sourcil, tout en gardant un visage le plus lisse possible, le seul élément de ma personne qui semble réagir à la situation est mon index qui caresse langoureusement le métal juste au dessus de la détente de mon arme. Je remercie au passage mon état de fatigue qui me cause un engourdissement tout à fait à propos, si elle décide de s'énerver, moi je décide de rester calme, jusqu'à ce que j'ai fini de lui faire ma proposition, ensuite nous aviserons.

"C'est tout à ton honneur d'avoir cette éthique et just..."

Impossible d'en placer une, elle n'avait fait que reprendre sa respiration avant de m'assener un nouveau discours. Si son visage semblait plus calme, le ton n'en était pas moins mordant, mais une fois de plus je restais de marbre, la détaillant tout en l'écoutant, ce tatouage étrange qui lui mange toute la joue et de beaux yeux bleus, dommage qu'ils soient emplis de rage et de frustration en cet instant. Je finis par afficher un très léger sourire lorsqu'elle fini de parler, non pas que je me moque d'elle, bien au contraire je comprend parfaitement sa situation, et de voir à quelle point elle lui semble pénible me donne encore plus envie de lui tendre ma main.

"Tâchons de répondre à toutes ces questions et ces si..."

Je soupire et lève la main pour la porter à l'intérieur de mon chapeau, je tâtonne, et sort rapidement deux feuilles agrafées entre elles et soigneusement pliées en trois, de la doublure.

"Comme tu peux le constater, ce n'est effectivement pas sous mon jupon que j'ai un boulot pour toi, en revanche, ce que je viens de tirer de mon couvre chef, est une promesse d'embauche dans les forces de l'ordre de Piltover, au grade d'officier."

Je lui tend les feuillets d'un air un peu perplexe, tout simplement parce que je la vois mal saisir le fragile papier avec les monstruosités mécaniques à ses mains, mais peu importe, je tâche de ne pas me laisser perturber par ces basses considérations pratiques et poursuit mes explications.

"Je ne compte pas effacer 'gratuitement' ton casier, je te propose un marché: je supprime ton passé de contrevenante et en échange tu deviens membre de la police, ma partenaire pour être tout à fait exacte, j'ai besoin de quelqu'un d’efficace et pourquoi pas d'un rien excentrique pour me seconder. Ton passé je le connais et je ne m'en formaliserai pas si ça se passe bien, si tu déconnes je te coffrerai tout comme je te coffrerai si tu refuse et continue tes petits larcins... Dans tout les cas, soyons francs, tu en baveras, les flics n'apprécieront pas que je te recrute, les bandits non plus, mais ça ne changeras pas beaucoup de d'habitude non? Mais je te promets que si tu choisis de saisir cette opportunité tu auras mon soutient plein et entier et une chance de montrer ce que tu vaux. Maintenant pourquoi je fais ça? C'est très simple, depuis mon adolescence je traque les criminels de cette cité, je nage toute la journée dans des piles de dossiers de récidivistes et de pourritures plus abominables les unes que les autres... Alors pour une fois, une seule fois que je tombe sur quelqu'un qui mérite vraiment qu'on lui laisse une chance, j'ai envie de le lui accorder, peut être est-ce un peu naïf mais voilà, j'ai envie de croire en toi, et toi?"

Je m'arrête, mes yeux brillent, je ne l'ai pas lâché un seul instant du regard, j'ai les joues un peu rouge, je me suis beaucoup plus laissée emportée que je ne l'imaginais par ma tirade, surtout sur la dernière partie... Tant de grandiloquence, ce n'est pas mon genre, je laisse rarement mon cœur parler à la place de ma tête, mais bon voilà.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mer 4 Nov - 12:48
Je restai un instant interdite en la voyant le plus naturellement du monde attraper des feuillets de son chapeau... Bien joué, Shérif, bien joué. L'espace d'une seconde, la situation me parut si incongrue que je m'en persuadais que j'étais simplement en train de rêver. Mais non, pourtant, elle semblait être bien présente et bien réelle en face de moi, même si ses paroles dépassaient mon entendement.
Avec une certaine méfiance, je finis par retirer mes gants, et les poser au sol à côté de moi, espérant que tout cela n'avait pas été qu'un piège pour me les faire enlever et me coffrer plus facilement... Pour attraper ce qu'elle me tendait, de mes mains libres désormais, en fronçant les sourcils. Je lisais assez difficilement, et maintenant que mes yeux s'étaient habitués à la lumière, il faisait tout de même assez sombre dans la pièce. Aussi, ses dires m'intéressaient plus que les pattes de mouches écrites là dessus, et je la fixai un instant du regard en écoutant ce qu'elle avait à me dire, elle qui s'était donnée tant de mal pour me tomber dessus. Moi, embauchée comme flic ? Je la laissai continuer ses explications, perplexe. Au début, je pensais à une mauvaise blague, mais elle m'avait l'air assez sérieuse, même si je ne pouvais pas en être certaine. Mais pourquoi aurait-elle passé tout ce temps simplement pour se moquer de moi ?

Ou bien le manque de sommeil la privait de bon sens. C'est la seule explication que je voyais. Pourtant, au fur et à mesure de ses dires, les raisons de sa proposition se dessinaient, et je me surpris à rougir légèrement. Personne ne m'avait jamais offert la moindre chance, jusque là, pas depuis que j'avais quitté le gang. J'avais toujours dû me forger cette image de grosse dure, pour qu'on me laisse tranquille et pouvoir m'en sortir seule. Et maintenant, elle me proposait quoi ? De continuer à traquer les bandits, mais sans avoir à fuir la police, de manière légale. Et sans être seule. Je ne pus m'empêcher de me mettre à rire, plus nerveusement qu'autre chose à la fin de sa tirade. Tout ça était tellement soudain, et tellement surréaliste... De nouveau, j'avais l'impression d'être en train de rêver. Mais étrangement elle semblait parfaitement sûre d'elle.

" Tu es sérieuse, Shérif ? " demandai-je une fois mon fou rire un peu calmé. " Je veux dire... Tu te fous pas de moi ? T'as vraiment fait tout ce cirque pour me proposer ça ? "

J'espérai qu'elle l'était, au fond de moi, et que tout ça n'était pas qu'une mauvaise blague, même si ma fierté m'aurait empêché de l'avouer. Mais en vérité, l'idée de pouvoir traquer les enflures qui pourrissaient cette ville, en toute légalité, me plaisait. En voyant qu'elle était sérieuse, je m'appuyai contre le mur, l'air un peu perdue par tout ce qui se bousculait dans ma tête. J'avais à la fois envie d'accepter... Et à la fois, j'étais terrifiée à l'idée de tout basculer, de changer radicalement de vie, comme ça, du jour au lendemain. Bien sûr, je l'avais déjà fait mais... Ca ne me rassurait pas pour autant.
"... C'est soudain, comme demande" avouai-je à voix haute, d'une voix un peu blanche. "Et j'ai du mal à croire que ça soit sérieux mais..."

Je pris une grande inspiration, sentant ma tête tourner un peu sous le choc de ce que je m'apprêtais à dire et de cette situation complètement irréaliste. Mais après tout, l'inconnu me stimulait, et sauter à pied joints dedans ne m'amènerait pas à une situation pire que l'actuelle. Du moins je l'espérais.

"Ok, ça me tente. Si j'peux assommer des pourris sans me faire tirer dessus par les autorités... J'vais pas dire non"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mer 4 Nov - 19:26
Je m'étais préparée à toute sortes de réactions à commencer par: va te faire mettre, mais je n'avais pas songé qu'elle puisse penser à une blague de ma part, ou du moins qu'elle trouve la chose si risible... Pourtant j'avais eut l'impression de tenir le bon bout lorsqu'elle avait déposée les armes pour se saisir du fragile contrat, sorti de mon fidèle haut de forme, et jeter un œil intéressé dessus, j'avais même eut la fugace impression qu'elle rougissait, à moins que ce fut cet éclairage immonde.
Je restais interdite pendant qu'elle se tenait les côtes, d'un geste légèrement impatient je me mit à tapoter l'accoudoir du fauteuil, de ma main libre, bien décidée à aller jusqu'au bout de mon idée, après tout elle n'avait pas encore dit non... quel dommage tout de même, bon j'allais devoir tenir compte du recul avec les munitions à filet et....
Je clignais des yeux un peu brusquement, sortie de mes réflexions par une question dont la réponse était pour moi parfaitement évidente, sérieuse? Moi? J'étais toujours sérieuse, c’était même l'une des choses qu'on me reprochait le plus, mais Vi ne pouvait pas le savoir, enfin pas encore.

"Indubitablement, sinon je me serai contenté de te tirer dessus, je n'ai pas l'habitude de faire des propositions dans le vent."

Ma voix était assurée et claire, mon visage affichait un air serein, légèrement éclairé par un petit bout de sourire du coin de la lèvre. Le trouble de la jeune femme me touchait, j'avais l'impression de voir son cerveau en ébullition tourbillonner dans sa tête à une vitesse folle. Oui effectivement je lui demandais beaucoup d'un seul coup, je m'en rendais compte maintenant qu'elle le disait, moi j'avais prit le temps de réfléchir à tout les tenants et les aboutissants de cette idée pas si folle, mais elle venait de se prendre un long discours dans les dents sans avoir le temps de reprendre son souffle.
J'allais protester à nouveau du sérieux de mes dires lorsqu'elle lâcha les mots que j'attendais depuis le début de ce qui était définitivement le plus étrange entretient d'embauche que j’eus jamais fait. Je m'autorisais un petit rire à mon tour et lui offrit le plus grand de mes sourires quoiqu'un peu fatigué peut être, avant de me lever.

"Je te promets que tu n'auras pas a le regretter, enfin je préfère être honnête ce sera sûrement dur au début, beaucoup de changements, des collèges qui ont plus l'habitude de te poursuivre que de t'épauler, mais vraiment, je pense que ça peut fonctionner et je ferai tout pour que ça aille dans ce sens..."

Je lui tendis la main, la gauche, celle qui était habituellement rivée à la détente de mon fusil.

"Considère dès à présent que tu n'es plus recherchée par la police, et viens au commissariat central demain, disons vers... vers 9heures, si je ne dors pas je n'arriverai pas à m'occuper correctement de ton intégration. Je préviendrai les officiers que tu viens me voir, tu n'auras pas à craindre une arrestation arbitraire."

Je levais rapidement les yeux au ciel en prenant une inspiration, commençant d’ors et déjà à faire la liste mentale de tout ce que j'allais devoir lui faire faire demain pour qu'elle devienne officiellement une policière. Je repris néanmoins mon ton grave et mon air sérieux un dernier instant.

"Je suis on ne peut plus ravie que tu acceptes mais je tiens à ce que les choses soient parfaitement claires tu vas devoir t'investir à 200%, et subir tout un tas de bouleversements, alors si le moindre doute subsiste, si tu as des questions, n'hésite pas à me les poser maintenant. Demain je serai encore là pour y répondre, mais… parfois on prend une décision sur un coup de tête et une fois la situation passée on se demande pourquoi on a fait ça et... on peut prendre peur ou renoncer, j'aimerai éviter une telle chose."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mer 18 Nov - 22:11
Est ce que je venais sérieusement d'être embauchée comme flic ? Jusque là, j'avais encore un doute, et l'idée qu'elle se fichait de moi... Bordel, pourquoi moi, pourquoi maintenant ? Non pas que ça soit quelque chose de mauvais... Enfin, je l'espérais, mais quand même, j'avais du mal à réaliser ça.

Je restai un moment interdite devant sa main tendue, me demandant ce qu'elle voulait, me contentant d'écouter ce qu'elle me disait. Bla bla, ça serait difficile, il faudrait travailler dur, bla bla. Elle pensait quoi, que la vie que je menais était facile, peut-être ? Et puis si elle espérait que j'allais faire mon lit au carré et me mettre au garde à vous pour cirer des bottes, elle se trompait gravement. Mais bon, savoir que je n'allais plus être poursuivie... Non, que j'allais être moi-même flic... Je me sentais un peu traître, en un sens. Mais après tout je l'étais déjà, ce n'était qu'une façon plus utile et efficace de dégommer les petits bâtards que j'envoyais déjà au tapis. Un instant, une certaine excitation à l'idée de cette nouvelle vit me traversa, dessinant un grand sourire féroce sur mes lèvres.

"J'aurais trop de questions pour pouvoir te les poser maintenant. J'y penserai cette nuit, ok ? Et j'vais pas renoncer, j'ai la tête bien trop dure pour ça"

demandai-je en regardant sa main toujours tendue. Puis, traversée d'un éclair de génie, je compris finalement qu'elle souhaitait peut-être que lui rende ses feuilles, ce que je fit, contente d'avoir enfin compris -du moins je le pensais- la nature de ce geste, d'un niveau social trop élevé pour mes connaissances de fille des rues, n'ayant jamais reçu la moindre éducation. C'était déjà un miracle que je sois parvenue à apprendre à lire suffisamment pour déchiffrer les pattes de mouche sur ces feuilles, du moins dans les grandes lignes.

Mon regard passa lentement le long des meubles de cet horrible salon, détaillant les sculptures et gravures, me demandant combien de filles avaient eu leur vie détruite ici, alors que la mienne prenait un tournant si important. J'espérai que mon sort leur serait plus enviable. D'ailleurs, en parlant de vie enviable, je me demandai si elle était au courant que je vivais dans un appartement payé illégalement, et qui n'accepterait jamais un flic, ce qui voulait dire pas mal de changements en perspective. J'allais avoir du boulot, et j'avais du mal à voir qui accepterait dans un quartier plus légal quelqu'un comme moi. Mais bon, ce n'était pas ma première préoccupation du soir.

"Du coup..." commençai-je d'un ton légèrement hésitant. Elle me demandait de venir le lendemain, est ce que ça voulait dire que je pouvais vraiment, simplement partir, sur une simple parole ? J'aurais pu mentir, dire ça juste pour éviter de me prendre une balle, et pouvoir fuir. Est ce qu'elle me croyait vraiment à ce point ? Cette simple idée me donnait un sentiment étrange, et nouveau. C'était la première fois qu'on me laissait une chance de choisir mon comportement, choisir si je pouvais ou non tenir une parole, plutôt que de simplement ne me laisser aucune confiance. Et cela me perturbait un peu, mais cette confiance que l'on m'accordait me donnait envie de l'honorer, et de tenir cette parole. Par contre, aussi étrange et pleine de retournements qu'ait été cette soirée, elle ne résolvait pas mon problème premier.

"J'peux vraiment rentrer chez moi, alors, tu m'arrêtes pas ? Mais à la base, j'étais venue parce que j'ai plus un rond, plus à bouffer ni de tabac. C'est un peu la déch, et je crève pas mal la dalle en ce moment... Alors tu m'en voudras pas si je prends quand même ce que je suis venue chercher avant de rentrer ?"

C'était culotté de ma part de demander cordialement l'autorisation au shérif de cambrioler l'appartement dans lequel elle se trouvait. M'enfin, au moins, qu'elle sache qui elle avait en face d'elle une bonne fois pour toute, puisqu'elle voulait bosser avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Ven 20 Nov - 20:24
Je garde la main tendue pendant un long moment, me demandant même un moment si elle l'a seulement vue, elle est sûrement trop perdues dans ses pensées pour ça, je peux comprendre, moi même cela m'arrive régulièrement. Je suis sur le point de renoncer à ce contact physique lorsqu'elle répond à ma question avec un grand sourire canaille puis dépose les feuilles dans ma main tendue. Je ne sais pas trop quoi faire face à ces deux actions contradictoires, elle refuse mon offre finalement? Je suis on ne peut plus perplexe, vraiment, je serre un peu les feuillets dans ma main, pas logique, rien de tout cela n'est logique, j'ai du manquer un épisode car elle a clairement décidée d'accepter mon offre, je pense, je crois , j'imagine... non je suis sure... peut être?

*Caitlyn songe à te calmer et à dormir car ton esprit est trop embrouillé pour être efficace.*

Je secoue la tête et me frotte les yeux de ma main libre, les rouvrant pour lui faire face alors qu'elle se remet à me parler d'une voix toujours incrédule au début. Mon sourcil gauche se hausse tellement qu'il pourrait bien toucher la racine de mes cheveux lorsque la fin de sa petite tirade sonne à mes oreilles. Je fais une petite moue, hésitant un bref instant sur la réponse à donner, cet appartement de mauvais goût me donne la nausée, tout autant que son infâme propriétaire, mais je suis une représentante de l'ordre, pire, je suis la shérif de cette ville et je n'ai cessée et ne cesserai jamais de me battre pour que la justice soit rendue à tous et pour tous, y compris pour les proxénètes de la pire espèce.

"Non je ne t'arrêtes toujours pas, je te fais confiance. Pour ce qui est de se servir ici... je comprend pourquoi, mais je préférerai que tu évites de voler dorénavant, tu auras un salaire pour te nourrir et même si… le propriétaire de cet endroit et sa 'décoration' me sortent tous les deux par les pores, je ne peux pas t'autoriser à lui dérober ses objets de valeur, après tout il est sous la responsabilité de la police..."

Un soupire s'échappe de mes lèvres et je lui adresse un petit sourire en coin.

"Pas facile d'être du coté de l'ordre dans ce genres de cas, mais bon... très exceptionnellement j'imagine que si un peu de tabac disparaît personne ne criera au scandale, il me semble avoir vu une blague sur la cheminée dans l'entrée... En ce qui concerne la seconde partie de ton problème, tu aimes la nourriture freljordienne à emporter? Il y a une petite échoppe un peu plus loin quand on se dirige vers le centre ville, c'est moi qui offre."

Je continue de sourire et remet la bandoulière de mon arme en place sur mon épaule, sans attendre vraiment sa réponse, je ramasse son 'dossier' sur la table basse, le coince sous mon bras et lui redonne sa promesse d'emploi. "Garde là précieusement jusqu'à demain." Puis j'allume la lumière dans la pièce d'à coté et me dirige vers la fameuse cheminée, lui criant au passage.

"Éteints ce lustre immonde tu veux bien? Je ne veux pas laisser de lumières allumées en sortant."

Je suis déjà prêt de la cheminée, mes souvenirs étaient bien exacts, une blague contenant une bonne quantité de tabac trône sur le manteau tarabiscoté de l’âtre. Je m'empare de l'objet du délit et me retourne, prête à le lancer sur Vi, j'aime autant que ce soit moi qui vole plutôt qu'elle, histoire de ne pas encourager ses mauvaises manières. Quand à moi je sais que je vais sans doute m'en vouloir de cet acte même s'il n'y a franchement pas mort d'homme, mais l'idée est de recruter la jeune femme, si je me montre incapable de la moindre souplesse dès le départ, notre partenariat risque fort de ne pas durer, voir même de ne pas commencer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mar 8 Déc - 18:33
Non, évidemment. Sa réponse me fit grincer des dents. Réaction typique d'une personne ayant suffisamment d'argent de côté pour assurer sa subsistance au jour le jour, que de donner comme prétexte qu'elle "allait être payée désormais", pour justifier son refus de me voir piquer ce qu'il me fallait ici. Sauf que son désormais n'était pas immédiat, contrairement à mon estomac grondant sa faim depuis un bon moment, et de mes réserves de tabac complètement vides, que j'avais dû gratter pour obtenir une malheureuse dernière cigarette bien des heures plus tôt. Non pas que j'aimais ça, mais c'était bien la seule chose qui m'apportait un peu de chaleur, depuis la fenêtre haut perchée de mon petit appartement, petite case dans une ruche d'abeille, seul lieux ou je pouvais me sentir plus ou moins en sécurité, et prendre le temps de songer sur moi-même, ou simplement de me reposer. Mais ça, elle je pouvait le comprendre... Elle ne savait ce qu'était cette vie de solitaire, tolérée par personne, qui était la mienne.

Je m'apprêtais à lui expliquer avec ma douceur et ma diplomatie habituelle ou elle pouvait mettre son potentiel futur salaire dont je n'avais rien à cirer pour le moment, mais elle sembla changer d'avis. Non contente de m'autoriser à subtiliser quelque chose - étonnant, pour un Shérif aussi strict et qui avait tant fait chuter la criminalité ces dernières années -, elle me proposa même de m'offrir le repas. Ce qui me fit serrer les dents. C'était un geste visiblement désintéressé, et probablement naturel entre... "collègues", mais dans ma situation, cela ne semblait rien de plus que de la condescendance, dont je ne voulais certainement pas, quitte à rester à daller dans mon coin.

"J'ai pas besoin de ta pitié", grommelai-je sur un ton d'ours, en attrapant les feuilles qu'elle me tendait, sans savoir quoi en faire. Ce bout de papier avait-il une autre importance que celle de me rappeler que j'avais du mal à le lire ? Je me contentai de le plier et de le ranger dans ma poche, au milieu des divers emballages de bonbons depuis bien trop longtemps vides, restes de mégots, allumettes cassées et bouts de matériaux Hextech qui y traînaient.

Au moins, nous étions d'accord sur un point, c'était le côté absolument imbuvable et écœurant du lustre relié à un système Hextech, qui éclairait la pièce. Je restai quelques instants à observer le mécanisme, voir s'il avait quelque chose d'intéressant... Mais non, ce n'était que du basique, sans la moindre originalité. Sans plus m'attarder, je l'éteins, l’ôtant au moins à ma vue, avant d'emboîter le pas à contrecœur à la Shérif, jetant un dernier regard aux richesses de l'appartement, que je me devais d'abandonner. Au moins, elle voulait bien me céder cette blague de tabac, qui pourrait me procurer un semblant de réconfort ce soir, et de quoi me détendre en réfléchissant à tout ça. Avec un peu de chance, ça serait même la dernière fois que j'en aurais besoin... Mais je m'avançais un peu trop.

Tout en ressortant de cet immeuble, je pris le temps de l'ouvrir, dans la semi pénombre, pour voir combien elle en contenait. Elle me semblait bien pleine, mais il était difficile de jauger de cela dans l'obscurité, aussi, je plongeai le doigt dedans, l'agitant un peu pour mieux me rendre compte de la quantité. Là, j'eus la surprise de rencontrer une texture... Différente, sous le tabac. Je fronçais légèrement les sourcils, jetant un oeil à Caitlyn pour m'assurer qu'elle ne voyait pas ce que je faisais. Mais puisqu'elle ouvrait la marche, et n'avait à priori pas d'yeux derrière la tête... Je fis remonter à la surface des herbes ce qui semblait être du papier roulé très serré, mais d'une texture trop épaisse pour être du papier à cigarette.

Mes yeux s'écarquillèrent un instant. Passée un instant devant l'une des lampes qui éclairait l'escalier, j'eut la surprise de reconnaitre la couleur et le motif typique d'un gros, très gros billet, enroulé là... Et qui, vu l'épaisseur, n'était visiblement pas seul. A vue de nez, j'aurais dit qu'il y en avait une petite dizaine caché là dedans, ce qui représentait une somme énorme. De l'argent des plus sales, pour être ainsi dissimulé... Je regardai, de nouveau, nerveusement, le dos de la Shérif, hésitant sur la procédure. Elle me faisait confiance, et je savais que la bonne conduite à tenir aurait été de les lui remettre, mais... Un seul d'entre eux m'aurait suffit à payer mon loyer en retard, et même le suivant, et de manger un bon moment. Une telle somme m'aurait offert le loisir de changer de vie, et de faire ce que je voulais.
Et qu'est ce que je voulais ?

Cette découverte me forçait à trancher. Qui voulais-je être ? Allais-je réellement suivre Caitlyn dans sa promesse un peu folle, retourner dans la société, m'y réintégrer, vivre une vie dans les forces de l'ordre ? En étais-je capable ? Ou bien n'avais-je qu'à me contenter de subtiliser cette somme pour m'évanouir dans la nature et me refaire un solide réseau ailleurs, continuant de vivre de criminalité, pour être à l'abris du besoin ?

Je fermai les yeux, un instant, songeant à la raison pour laquelle j'avais quitté ce gang, il y a bien des années. Non, je ne voulais pas devenir une criminelle, plus que je ne l'étais déjà. Je ne voulais pas ressembler à l'homme à qui je venais de prendre cette blague.

"Eh, Shérif...", dis-je d'une voix blanche, un peu mécontente. "Regarde ça"

Malgré ma voix grognon qui laissait transparaître que cela me faisait mal de me séparer d'un tel trésor, je lui tendis le petit rouleau de billets encore couvert de quelques feuilles de tabac, fouillant dans ce dernier pour vérifier qu'il ne contenait pas d'autre trésors, avant de refermer la petite boite aussi affreuse que le reste du mobilier de cet appartement que nous venions de quitter. Puis, j'enfournais mes mains dans mes poches, une fois qu'elle les eut attrapé. Ma main droite contenait toujours la blague, enfouie dans ma poche droite. Et la gauche... Je fis subrepticement rouler entre mon pouce et mon index, le papier unique, dissimulé dans la doublure déchirée de ma veste.
Après tout, il fallait bien que je paye mon dernier loyer, et que j'achète le silence de mon locataire quant à mon brusque départ, si je voulais changer de vie...

Et puis, j'avais quand même vachement faim.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Ven 11 Déc - 2:48
Je soupire en écoutant sa réaction, ce n'est pas de la pitié, ou peut être un peu, tout ce que je veux c'est qu'elle ne meure pas de faim jusqu'à ce qu'elle puisse toucher une avance sur son salaire qui lui permettra de vivre correctement. Au moins prend t'elle le tabac sans faire de manière, sans doute un peu surprise par cette concession de ma part, en même temps si je n'étais pas intervenue, le résultat aurait été le même. J'attends qu'elle sorte de l'appartement et tente tant bien que mal de refermer la porte a la serrure maltraité par les gants hextech, il va vraiment falloir que je lui pose des questions sur cette machinerie là...
Je ne prend pas vraiment garde a ce que Vi fabrique, si j'en crois le bruit elle a ouvert la blague, de mon coté je pose des scellés sur la porte, histoire d'éviter d'autres visites dans cet endroit, pas sur que ce soit très efficace, par sur que j'ai envie que ça le soit.
Nous sortons de l’immeuble et je m'accorde un bâillement supplémentaire, il est vraiment plus que temps que je rejoigne mon lit, les nuits blanches à répétition ce n'est plus de mon age. Tandis que nous marchons silencieusement dans les rues désertes, moi essayant de tenir debout, Vi se préparant sans doute une cigarette pour satisfaire son addiction, je continue a faire la liste de ce que je vais devoir prévoir pour incorporer la jeune femme à nos équipes, enfin à la mienne en l’occurrence. Je n'ai plus vraiment bossé avec un partenaire régulier depuis un moment déjà, je n'en avais pas eu le cœur après le départ à la retraire de mon vieux sergent bougon préféré.

*Au moins question bougonnerie je risque de ne pas être dépaysée*

Nous sommes presque arrivées à l'échoppe de plats à emporter dont j'avais parlé tout à l'heure lorsque j’entends la voix de Vi m'interpeller, je me retourne avec l'espoir que son ventre ai eut raison de ses réticences, mais c'est pour tout autre chose. Machinalement je tends la main et ne tarde pas à récolter un rouleau de gros billets, une petite fortune de papier visiblement dissimulée dans la fameuse blague de tabac

*Et la perquisition qui n'avait rien donné de ce coté...*

Je suis décidément trop ramolli par le manque de sommeil, le sourire que j'adresse a la jeune femme met un temps fou à s'afficher sur mon visage, mais il est bel et bien là.

"Félicitation, tu viens de grossir la liste des preuves dont nous disposons contre cet homme, quand je pense à toutes les cachettes abracadabrantesque auxquelles j'ai pensé pour son magot alors qu'il était juste sous mon nez..."

Je m’abstiens de la congratuler plus, elle a sa fierté et je pense qu'elle apprécierait moyennement de me voir jouer les nounous émerveillées à chaque fois qu'elle fait bien son futur boulot. En soupirant après moi même, je sors des replis de mon manteau un petit sachet de papier kraft et un crayon que je tend à Vi ainsi que les billets.

"Quitte à intégrer la police autant commencer de suite, et vu que c'est toi qui viens de trouver les pièces à conviction... Il faut inscrire la date et l'heure, un descriptif de la pièce, en l’occurrence puisqu'il s'agit d'argent, la somme, l'endroit ou elle a été trouvé, par qui, et signer. Ho et le numéro de dossier bien sur, c'est B 134 08."

Je pense qu'elle est un peu abasourdi par tout ça mais elle s'y fera, j'en suis sure. Je surfe soudain sur une vague d'optimisme à tout crin, ça a dut lui coûter de me parler de sa découverte, mais le plus important à mes yeux est qu'elle l'ai fait tout de même, je ne me suis donc pas trompée sur son cas. Mon moral se met à crever le plafond de même que mon sourire, et c'est tout juste si je ne doit pas me retenir de la prendre dans mes bras et de crier 'je le savaiiiis' dans la rue. Je fini pourtant par opter pour mon traditionnel calme olympien et comme si la petite scène en train de se dérouler était parfaitement banale, désigne d'un geste du pouce l'échoppe un peu plus loin, qui nous envoi des bruits de vaisselle et quelques effluves sympathiques, mon estomac aussi criant famine. Ma voix est tout de même un peu plus mal assuré que lorsqu'il est question de preuves et du travail de police, mais je lance:

"Tu sais... mon offre pour le repas tiens toujours, et sache que ce n'est pas de la pitié, simplement tu as faim, moi aussi, et c'est une manière de hum briser la glace? Si ça peut te convaincre dis toi que c'est un ordre de ta future nouvelle partenaire abusive qui n'aime pas manger seule?"

J'ai sorti la dernière phrase dans l'espoir de faire un peu d'humour, encore que ce ne soit pas précisément ma spécialité, de plus je crains qu'elle ne tique sur le mot 'ordre', cette fille est un chat sauvage pour le moment, même si elle va devoir très vite rentrer dans le rang, je préfère la prendre avec un minimum de pincettes pour commencer. J’attends sa réponse, et accessoirement le sachet de preuve d'un air un peu crispé.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 24 Déc - 15:24
Entendant ses félicitations, je lui jetai un coup d'oeil, haussant un sourcil dédaigneux. Je m'en fichais pas mal des preuves et je ne sais quoi d'autre qu'elle pouvait avoir contre lui, elle savait déjà très bien que c'était une enflure notable, non ? Partant de là, pourquoi chercher plus loin avant de le laisser moisir en prison, avec ses propres dents en supplément sur son sandwich s'il essayait de résister ?

La suite de ses mots perdit complètement le moindre sens à mes oreilles, et j'ai l'impression de l'avoir complètement perdue. Inscrire je ne sais quoi, ou, faire toutes ces procédures pour avoir trouvé une poignée de gros billets planqués chez un proxénète ? Et puis quoi encore ? Si elle comptait m'engager pour devenir un gratte papier, elle pouvait bien aller se faire voir. Surtout que pour ça, il aurait déjà fallut que je sache écrire, le genre de chose qui n'était pas la priorité quand on squatte les rues. Elle enchaina tout naturellement en me proposant encore à bouffer, comme pour acheter ma docilité, en glissant sournoisement une tentative de m'y obliger ce qui acheva ma patience, déjà miraculeusement longue ce soir. J'avais beau avoir les crocs, j'avais aussi une dignité.

" Amuse toi à remplir tes papiers si ça te chante ", je lançai en remettant mes gants sur mes poings, les pliant avec mes doigts, sans prendre ce qu'elle me tendait. " Moi j'suis partante pour te filer un coup de main à éclater des crânes et faire bouffer leurs dents à des connards. Pas pour jouer les secrétaires "

Sur ces mots, j'ecrasai le mégot de ma clope au sol du bout du pied, avant de commencer à m'éloigner, prenant la direction de mon appartement, en ignorant son "ordre" de me laisser payer la bouffe. Je n'avais pas la moindre envie de lui faire le plaisir d'obéir à cette demande stupide et lui laisser assoir une autorité abusive. Ok pour dégommer des criminels, pas pour jouer les cire-bottes de la Shérif.

Respect de l'autorité, des conventions, des consignes ? Je crachai sur ces valeurs. Je disais ce que je pensais, et si ça ne lui plaisait pas, qu'elle aille se trouver une autre criminelle à recruter. Hors de question que je me l'écrase sous prétexte qu'elle était la shérif et que j'avais accepté un poste, elle allait devoir vite apprendre quel genre de boulot me convenait ou non, si elle voulait que je bosse avec elle. Je n'avais, et n'aurais pas d'autre maitre, autre que la violence elle-même qui guidait mes gestes. Vi, pour violence.

Et encore, j'avais fait l'effort d'être polie.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Mer 6 Jan - 0:21
Bien, je viens de faire choux blanc sur toute la ligne, non seulement la jeune femme refuse catégoriquement d'effectuer le strict minimum du travail administratif de terrain, je note d'ailleurs mentalement de discuter plus tard avec elle de sa nécessité, mais en plus elle s'éloigne déjà de moi, refusant donc pour la deuxième fois mon invitation à manger malgré mes efforts. Vi, pour Vide de tout humour, en même temps c'est de ma faute aussi, tenter de faire de l'ironie avec cette fille que je ne connais pas alors que je ne suis pas vraiment douée pour ça à la base et que mon cerveau est réduit en compote par plusieurs nuits blanches d'affilées... je soupire.

"Comme tu veux, j'imagine que c'est déjà assez pour ce soir, bonne nuit Vi alors, à demain au poste..."

Je n'insiste pas plus, je suis un peu déçue que notre entrevue se finisse sur une note négative comme ça, mais bon, l'un dans l'autre la soirée à tout de même été plus que productive. Je fait quelques pas vers la gargote et adresse un sourire fatigué à la vendeuse.

"Une portion de goulasch à emporter s'il vous plaît, avec un morceau de pain plat et une bouteille de Ale."

Tandis que la grande matrone blonde qui tiens le stand s'active, je rempli les indications sur la pochette et range celle-ci soigneusement, puis je sors quelques pièces et réceptionne le petit colis de nourriture qui fleure bon les épices et les légumes trop cuits, la bouteille de Ale tinte joyeusement. Ce n'est pas très raisonnable de boire vu mon état, mais je vais de toute manière m'écrouler comme une masse sitôt fini ce dîner tardif.

Le lendemain l'état de mes cernes c'est nettement amélioré alors que je m'approche du commissariat central il est vers 8h30, et j'ai plus que hâte de me mettre au travail surtout que dans environ une demi heure je devrais avoir la visite de ma future ex-criminelle préféré. Pour la première fois depuis un bon bout de temps j'ai vraiment dormi comme un bébé et le sourire aux lèvres, la tête pleine de plans sur la comète rose, je salue un ou deux agents dans la rue qui viennent de prendre leur service et sourit aux marches devant le grand bâtiment de pierres crèmes noircies par les ans, ou de multiples pieds montent et descendent dans une atmosphère de ruche débordande.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 3 Mar - 23:41
Un mélange d'émotions indescriptible bouillonnait dans la tête de la jeune criminelle. Si entremêlées qu'elle n'en parvenait pas à en distinguer une seule, prise dans un brouhaha qui lui comprimait l'estomac de stress, sans pour autant être suffisante pour me couper la faim qui l'habitait. La seule chose dont elle était certaine, c'est qu'elle avait une envie toute particulière de frapper quelque chose, et de le frapper fort. De s'acharner sur la première chose, vivante ou non qui croiserait son chemin et sur laquelle elle puisse se défouler jusqu'à s'en faire mal aux épaules et aux phalanges.

L'occasion lui fut donnée en entendant un léger bruit dans la nuit au croisement d'une ruelle. Un miaulement plaintif, suivi d'un autre, qui la fit bifurquer vers l'origine de ce bruit. Acculé contre un angle entre deux bâtiments, un chat crachait contre les deux hommes qui l'avaient rabattu là et l'empêchaient de s'enfuir, s'amusant à lui tirer dessus à la bille de plomb. De quoi lui résister juste assez pour qu'elle puisse se défouler à loisir.

L'espace d'un instant, elle eut une pensée pour le role qu'elle était supposée avoir endossé, et sa rencontre avec Caitlyn. Juste le temps d'imaginer sa voix, avec son accent ridicule, lui demander de remplir tout un tas de paperasse ridicule avant d'aller corriger ces types.
*Le formulaire 246 B en trois exemplaires pour te déresponsabiliser en cas d'accident pendant l'intervention, une petite signature ici, et s'ils ne se rendent pas après trois avertissements formels tu auras le droit d'intervenir*

Elle ricana de ses propres pensées, au moment ou ses poings gantés s'abattaient, arrachant le même genre de cris à ces types qu'ils avaient fait pousser à ce pauvre animal, qui en profitait pour s'enfuir et disparaitre rapidement. Elle fit tout de même l'effort d'en laisser un des deux assez conscient, bien qu'édenté, pour qu'il puisse trainer son comparse assommé ailleurs, avant de rentrer chez elle. Elle prit simplement le temps de s'arrêter devant une échoppe de boulettes de viande n'ayant pas encore fermé, payant son repas du jour avec le billet qu'elle avait subtilisé du rouleau qu'elle avait trouvé. Le reste lui servit à payer son loyer quelques minutes plus tard, ne lui laissant pas grand chose dans les poches, mais au moins l'estomac plein et l'esprit tranquille.

La shérif lui avait dit de se pointer à 9h, mais cette information lui était complètement sortie de la tête, remplacée par un vague "demain matin". De toute façon, elle n'avait ni montre, ni réveil. Elle était sûrement capable de s'en bricoler un elle-même, mais jusque là, ça ne lui avait pas été utile. Aussi, sa nuit pleine de rebondissements, de questionnement, de doutes, à se tourner et se retourner sur son canapé à moitié défoncé se solda par une bonne grasse matinée pour rattraper tout ce sommeil en retard, et la matinée était bien avancée, voir presque terminée, lorsque Vi se pointa comme une fleur au bureau du shérif, jetant des regards méfiants à tous les flics qui croisaient son chemin, se retenant d'aller cogner ceux qui la dévisageaient avec trop d'insistance.

"J'viens voir la Shérif. Il parait qu'on veut me faire bosser", lança-t-elle nonchalamment au flic qui s'occupait à se toucher la nouille derrière son comptoir d'accueil des visiteurs.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Lun 21 Mar - 19:58
Je m'étais mis au travail assez rapidement après avoir annoncé et précisé à l'entrée que j'attendais la visite de Vi, faisant même un rapide descriptif à l'homme de l’accueil afin qu'il ne la cantonne pas à la salle d'attente comme une plaignante occasionnelle. Comme cette dernière devait arriver incessamment sous peu je ne m'inquiétais pas des problèmes de relève et montais directement dans mon bureau ou je préparais du thé en suffisance pour deux personnes et sortit des cookies tous frais achetés sur mon chemin a la boulangerie de mon quartier. Attendant avec impatience le moment ou on viendrait m'annoncer l'arrivée de ma recrue rose, je me plongeais néanmoins dans les notes que l'on avait laissé à mon attention, rapports sur la nuit, incidents divers, etc...
Concentrée, comme à mon habitude, sur mon travail, je ne vis pas vraiment le temps filer. C'est mon estomac qui le premier me rappela à la réalité par un grondement sourd me signalant qu'il n'avait pas pris de petit déjeuner, qu'un thé étais loin d'être suffisant, et que deux cookies gigantesques chocolat blanc caramel patientaient à trente centimètres de moi. Levant les yeux sur la pendule de cuivre qui trônait sur le petit buffet/classeur en face de moi, je fronçais les sourcils en voyant qu'il était déjà prêt de onze heure et que personne ne m'avait signalé l'arrivée de la jeune femme. Soupirant je descendis à l’accueil pour savoir ce qu'il en était, hélas pas de signe de Vi de toute la matinée.
Pestant après ma naïveté et particulièrement déçue par cette nouvelle, je remontais dans mon bureau et engloutis dans un accès de déprime et de faim les deux cookies à moi toute seule en finissant la théière. De mauvaise humeur, je décidais de ranger ma paperasse d'une ire vengeresse avant que mon corps ne rappelle à l'ordre cette fois-ci par l'intermédiaire de ma vessie, je sortais donc pour aller satisfaire cette dernière.

~~~~~~

Le préposé à l'accueil avait beau avoir reçu quelques temps plus tôt la visite de la shérif et ses questions pressantes sur une jeune femme qui devait venir la voir à 9H, il ne fit absolument pas le rapprochement entre elle et la fille tatoué aux allures de voyou qui se tenait devant lui. Il avait l'habitude d'être confronté à toutes sortes de personnes, même ici au commissariat central, pourtant situé dans le centre administratif de Piltover, un quartier plutôt calme et Cossu, cependant la jeune femme détonnait d'une étrange manière, à moins que ce ne fut sa manière de parler... Il la rangea dans les rangs des indic', ayant du mal à voir quel genre de poste la très smart shérif pouvait proposer a ce genre de personne. La regardant un peu de haut, histoire de lui faire part du peu de cas qu'il faisait des personnes qui gagnaient leur vie en dénonçant les autres, même s'ils étaient un des fers de lance de toute enquête, il s'éclaircit la gorge et la désigna du menton.

"Bien sur, bien sur, votre nom? La shérif ne reçoit pas si facilement..."

Visiblement décliner son identité n'enchantait pas Vi mais l'homme nota néanmoins son nom après lui avoir redemandé, peu habitué aux patronymes aussi cours.

"Asseyez-vous dans la salle d'attente, je vais la faire prévenir."

Restant à sa place, l'homme transmis à un stagiaire qui montait justement des cafés dans les étages, une petites dizaines de minutes plus tard ce dernier revint bredouille la shérif n'étant pas dans son bureau. Le préposé fit signe à Vi de venir.

"Vous êtes certaine d'avoir rendez-vous? A quelle heure deviez-vous venir? Vous êtes en avance?

~~~~~~

Je remontais dans mon bureau la mine un peu revêche, et également triste que mes beaux espoirs d'hier soir tombent à l'eau aussi rapidement, des cris attirèrent alors mon attention tandis que j'étais dans la cage d'escalier, ils provenaient de l'entrée, j'étais habituée au brouhaha ambiant du commissariat, mais le son voisinait tout de même des niveaux rarement atteints, je me résolue a aller voir, ma curiosité piquée au vif. Descendant les deux paliers quatre à quatre, j’atterris souplement en bas et ouvrais la porte du rez de chaussé ou les décibels faillirent me reverser, n'aimant pas vraiment être en reste, je saisi la matraque d'un collègue et la frappait contre une cloison de métal pour réclamer l'attention générale.

"Silence! Puis-je savoir ce qui ce passe ici?"

L'attention générale étant braquée sur moi, je pu apercevoir une touffe de cheveux rose bonbon du plus bel augure, un sourire éclaira brièvement mon visage.

"Ho! Bonjour Vi."

NB: le bordel c'est pas forcément toi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Sam 2 Avr - 23:31

Et c'était parti pour l’enchaînement de questions stupides, de formalités, de formulaires... Non, ça au moins, elle y avait échappé. Mais dans l'esprit de la jeune femme, toutes ces procédures ne faisaient pas le moindre sens. La criminalité, ça n'avait rien de si compliqué, pourtant ? Un sale type, ça se reconnaissait de loin, et il fallait l'arrêter, pourquoi tant de chichis ? Tout ce qu’elle voulait, c’était voir la Shérif, et qu’on lui dise quand il y aurait besoin d’une intervention musclée.
Néanmoins, prendre une telle décision aussi vite avait chamboulé Vi assez pour qu'elle se sente atteinte et vulnérable dans cet environnement, qui lui renvoyait de nombreux questionnements. Avait-elle fait le bon choix ? Est ce qu'elle ne s'était pas juste fait avoir ? En serait-elle capable ? N'était-elle pas en train de se condamner, de se priver de sa liberté ? Ou allait-elle, que faisait-elle exactement en agissant ainsi, se laissant porter au gré des chemines qui se présentaient à elle ?
Toutes ces interrogations l'amenaient à la fois à ne pas vouloir causer trop de problèmes dès son arrivée, à donner une bonne impression et à faire de son mieux pour prouver qu’elle était capable d’être autre chose qu’une simple criminelle… mais également à la mettre sur la défensive, un réflexe des plus naturels pour une mauvaise graine comme elle en plein milieu du territoire de ceux qu'elle avait redouté depuis sa plus tendre enfance.

Aussi, c’est avec une certaine récalcitrante qu’elle donna son nom, tapant rapidement du pied sur le sol, agacée et impatiente. S’il fallait qu’elle passe sa vie à attendre à ne rien faire qu’on lui donne l’autorisation d’agir, elle risquait de ne pas rester bien longtemps motivée par ce boulot. Pouvoir arrêter des criminels sans se faire courir après par les flics, oui. Etre juste un objet décoratif à parfois lâcher comme un chien dont on détache la laisse, sûrement pas.
Et d’aussi bonne volonté qu’elle puisse être, sa patience était sérieusement limitée. Plus les minutes défilaient, plus elle avait le sentiment qu’on se moquait sérieusement d’elle. Lorsque finalement, le préposé aux hochements de tête pour ceux qui venaient pisser dans le violon qu’était ce commissariat de cette ville, la rappela pour lui demander à quelle heure elle avait rendez-vous, son ton n’en fut que plus cru et acide pour lui répondre

« J’ai pas de putain de rendez-vous, c’est elle qui m’a dit de venir ce matin. Et puis merde, j’sais même pas pourquoi j’attends là »

Pas question de faire des ronds de jambe plus longtemps. Elle avait vu par ou était parti celui qui avait été envoyé pour chercher la Sherif, et connaissait donc la direction à prendre pour son bureau. Aussi, elle ne se gêna pas pour s’y diriger, ne se souciant pas de ceux sur son chemin qu’elle pouvait bousculer, pendant qu’ils étaient trop interloqués pour réagir.
Mais évidemment, tout ce petit poulailler ne l’entendait pas de cette oreille, et n’avaient visiblement rien de plus urgent à faire que d’arrêter le passage de la punk à cheveux roses. L’intervention musclée ne fit que mettre la jeune femme encore plus en rogne contre les forces de l’ordre, et les choses étaient sur le point de dégénérer à un stade difficile à rattraper lorsque la shérif finit par pointer le bout du chapeau.
Pas trop tôt, au goût de Vi, qui se dégagea d’un violent coup d’épaule de ceux qui la tenaient toujours, et n’avaient pas hésité non plus à faire preuve de violence pour arrêter celle qu’ils considéraient n’avoir rien à faire ici. Elle lança pourtant joyeusement en tournant son regard vers elle
« Salut poulette. Ils ont pas l’air d’accord pour que j’vienne tenir ma promesse, tes potes »

Ces mots lui valurent évidemment tout un concert de protestation, sans qu'elle ne sache si c'était sur le surnom qu'elle venait de lui donner, ou quant à leur sacrosainte innocence et tendance à rejeter continuellement toutes les fautes sur les gens comme elle. A vrai dire, elle s'en fichait pas mal, elle n'était pas là pour prouver quoi que ce soit, ni pour se faire bien voir par cette une bande de singes en uniforme, à son sens.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Ven 8 Avr - 19:21
La situation qui s'offre à mes yeux n'a rien de très drôle, elle pourrait même me mettre franchement en colère si je n'étais pas 1 aussi flegmatique qu'une huître à marée basse 2 vraiment contente de constater que Vi tenait sa promesse et saisissait sa chance de passer de l'autre côté de la barrière. J'hésitais néanmoins un instant, me demandant comment diable j'allais bien pouvoir gérer cette situation épineuse. Vu le tempérament de la jeune fille, je me doutais qu'elle n'avais certainement pas complètement volée la retenue massive de force de mes hommes. Vu que le comportement habituel de tout policier en présence d'un personne comme Vi, je ne doutais pas également qu'ils avaient du s'emporter un peu vite pour quelque chose de relativement banal si une autre personne c'était avisée de le faire.
Choisissant la technique, 'faites vous un bisou et on en parle plus', je m’éclaircissais la gorge brièvement et parlait de la voix sans appel que j'employais lors des briefing.

"Bien, j'imagine qu'il s'agit d'un malentendu des deux côtés... Messieurs, et mesdames, je vous présente Vi dont la présence est plus que légitime car je l'ai invité a rejoindre nos rangs au grade d'officier en raison de ses actes pour prévenir le crime depuis quelques temps. Mais qui n'est peut être pas encore tout a fait au point questions procédures et grades... Officier Vi, voici vos futurs collègues, avec qui j'espère vous travaillerez bientôt en bonne intelligence."

Après ce monument de sous entendus et de diplomatie tortueuse, j’espérai avoir donné suffisamment de grain a moudre des deux côtés pour qu'ils se contentent de ça pendant quelque temps. Je notais cependant de faire une petite réunion avec les agents sans la présence de notre nouvel électron libre rose, histoire de mettre un peu plus les choses au point. Le fait qu'elle soit bombardé immédiatement au grade d'officier, et devenait par le fait la supérieure de pas mal de personnes dans ce commissariat, allait faire grincer des dents. Mais j'avais besoin qu'elle ait les coudées franches, une personne comme elle ne pourrait pas se plaire dans l'obéissance et la paperasserie propre au 'simples' agents, en revanche, mon patronage allait se révéler crucial, si elle commençait déjà a se battre avec les autres flics...

"Officier Vi, si vous voulez bien me suivre, nous avons un certain nombre de détails à régler pour finaliser votre incorporation, les autres, je vous laisse le soin de retourner a vos tâches et vous souhaites une bonne après midi."

D'un signe de la main, je désigne la cage d'escalier a Vi et d'un bref hochement de tête je salue mes hommes, certains commencent déjà à grommeler dans leur coin. Je croise quelque regards que mes iris turquoises défient de me contredire, mais heureusement, mon autorité ne fait pas défaut, encore heureux, je l'ai gagnée durement et me bas régulièrement pour garder leur confiance. Je redonne sa matraque a celui a qui je l'ai piquée puis emboîte le pas de la jeune femme dans l'escalier.

"Navrée pour l’accueil, j'avais prévenue que tu passerais à 9heures..."

Je laisse ma phrase un peu en suspens, l'idée n'est pas de l’assommer directement avec mes règles en matière de ponctualité, mais ce chapitre va bien devoir être évoquer à un moment donné. Personnellement je suis une vrai horloge, du moins en ce qui concerne mes horaires d'arrivée, mais notre métier étant ce qu'il est et les horaires étant d'une souplesse remarquable, surtout quand il s'agit de les allonger, je suis relativement tolérante sur ce point tant que les personnes sont travailleuses et là aux moments importants, comme des réunions ou un rendez-vous pour signer un contrat par exemple.

"Par ici, mon bureau est au font du couloir, et prochainement le tiens aussi, sauf si tu préfères t'installer ailleurs, enfin ce n'est qu'un détail."

Je souris brièvement et ouvre la porte de mon antre, laissant Vi passer devant moi, puis la referme sur nous, lui laissant le temps d'observer la pièce, je saisi le plateau qui contenait notre petit déjeuner avorté et le pose sur le meuble à côté du poêle, à gauche de la porte. Je me dirige ensuite vers mon bureau, massif meuble d'acajou, faisant face à l'entrée, et je m'assied confortablement dans mon fauteuil club recouverts d'un cuir bordeaux un peu fatigué. Je désigne d'une main l'autre fauteuil de la pièce, dans le même style, et qui se trouve actuellement derrière un second bureau a ma droite, perpendiculaire au mien.

"Assieds toi je t'en pris, un conseil oublie les chaises, elles ne sont pas très confortables."

En gros le plan du bureau:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 28 Avr - 15:48
« Officier Vi ». Quatre syllabes, qui suffirent à déclencher un rire sarcastique à la jeune criminelle, tant ils lui paraissaient incongrus. Serieusement, la shérif ne prenait même pas la peine d’essayer de se renseigner sur son vrai nom ? Visiblement, un surnom de la rue et deux lettres tatouées sur sa joue suffisaient à lui offrir une identité. Amusant, mais pas autant que le titre qu’elle venait de lui donnait. Celui-là était vraiment trop drôle.
Un flic était un flic à ses yeux, et le nombre de gallons ne servait qu’à faire de la déco. Ils étaient tous autant à fuir les uns que les autres, mais au sein de leur petite communauté, il semblait que ce simple titre suffise à la projeter sur un piedestale ou elle n’avait absolument pas sa place. Ce que n’aurait pas démenti la plupart des poulets qui lui jetèrent un regard entre la sidération et l’écœurement, comme s’ils entendaient une mauvaise blague. Avis que partageait Vi, d’ailleurs.

« Quoi, t’es aux pièces ? » demanda-t-elle d’un ton sarcastique en entendant sa remarque sur l’heure de son arrivée.

En vrai, elle n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, même si elle estimait plutôt que le soleil ne devait pas être loin de son zénith. De toute façon, elle aurait eu du mal à arriver à l’heure puisque d’une, elle n’avait pas de montre –même si elle s’estimait capable d’en fabriquer une, il lui faudrait du matériel spécifique- et de deux, elle ne savait pas spécialement bien lire l’heure. Et puis, pour fabriquer une montre, il fallait avoir un moyen de connaitre l’heure exacte pour pouvoir la calibrer. Pas le genre de chose qu’elle aurait pu improviser pendant la nuit.
La toute nouvelle policière siffla légèrement en voyant le bureau de la Shérif. Eh bien au moins, elle ne s’embêtait pas, songea-t-elle. Cette pièce était plus grande, et mieux meublée que son appartement… Bon, il faut dire qu'il était difficile de faire pire que son appart. Avoir un loyer payé de façon illégale et discrète, et s'assurer que la planque ne soit pas révélée, ça coutait un bon paquet d'argent, et ne lui laissait au final pas grand chose après ses cambriolages, si ce n'était le minimum vital pour survivre. Mais elle n'avait pas l'habitude de voir un tel luxe.

« Punaise, tu te mets à la bien pour bosser, Shérif. Entre nous, avoue, tu prends ta p’tite part sur ce que tu chopes, pour avoir autant de blé à mettre dans la déco ? Même moi avec ce que je me sers, après le loyer et les clopes, j’suis à Payolle »

Le ton était moqueur, mais sans trop de sarcasme. A vrai dire, elle n’aurait pas été plus étonnée que ça par une réponse positive, puisque de son point de vue, ça lui paraissait normal. Ecoutant le conseil de ne pas se poser sur une chaise, elle se hissa directement sur l’un des bureaux pour y poser son postérieur, retirant ses gants imposants, en regardant autour. Ses yeux s’arrêtèrent finalement sur le porte fusil, dévisageant l’arme pendant un long moment

« C’est de l’Hextech ta bête, pas vrai ? J’pourrais jeter un œil ? »

Si le ton était intéressé, Vi se rendait bien compte que la question mettait de l’eau dans le gaz. Laisser une criminelle trafiquer le fusil de la shérif, voilà qui était une demande bien audacieuse, et il s’agissait de ces questions dont la réponse serait retenue, loin d’être anodine, et influencerait sur la suite des évènements et de la façon dont elles appréhenderaient ce partenariat qui n’en était qu’à ses prémisses.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 5 Mai - 11:50
Du fond de mon fauteuil je regarde Vi prendre ses aises dans cet endroit qui a pour but de devenir un peu le sien aussi, sa réflexion sur le prix de la décoration me fait rouler les yeux dans les orbites, certes le bureau est meublé avec un certain goût, mais on est loin de ce qu’on pourrait qualifier de luxe… évidement je ne connais pas les conditions de logement de la jeune femme, vu les quartiers où elle doit habiter, effectivement ici c’est plutôt confortable. Cela dit je ne souhaite pas entretenir ses fausses idées sur l’éventualité de croquer des pots de vin, c’est donc avec le sourire mais un ton ferme que je fais un petit signe négatif de l’index.

"Je ne croque rien, et suis assez intraitable sur le sujet, enfin lorsque c’est un gâteau ou un café… ces petits à coté là je ferme les yeux car on va dire que ça rentre dans les petits avantages éventuels lorsqu’on a aidé quelqu’un et qu’il veut se montrer reconnaissant ou entretenir de bonnes relations avec la police. Pour le reste j’attends de mes agents d’être incorruptibles, nous percevons des salaires pour notre travail, il faut s’en contenter, le premier que je chope à toucher des sous-mains est viré. La plupart des meubles ici datent des anciens shérifs, j’ai ramenée quelques petites choses personnelles comme la théière, mais sinon ce sont essentiellement des équipements standards de la police, nous disposons d’un budget biannuel dédié aux fournitures, qui comprennent les uniformes, armes, menottes, cartouches etc… mais aussi l’ameublement des postes."

Bon, pour un premier discours sur le fonctionnement de la police, je dois dire que je m’attendais à le faire sur quelque chose d’un peu plus passionnant que nos émoluments pour les fournitures. Je chasse néanmoins ce mini désappointement pour enchaîner sur un sujet connexe directement lié à Vi qui au passage ne semble pas vouloir du fauteuil... enfin peut importe.

"D’ailleurs au sujet de ton appartement, les agents peuvent disposer de logements de fonction à loyer très modéré, si tu veux réduire tes frais de ce côté, je t’aiderais volontiers à faire les démarches nécessaires."

*Enfin à condition que tu acceptes de vivre dans un bâtiment plein de flics, et que tu ne prennes pas à nouveau ça pour de la pitié mal placée.*

J'attends la réponse avec un espoir en demi teinte, profitant de ce moment pour sortir une petite liasse de documents qui correspond au contrat complet de Vi ainsi qu'une plaque un peu usée et patinée par l'usage, je l'avais gardée de côté exprès, celle de mon vieux sergent, et mon ancien partenaire. Je dois avoir un sourire un peu bête sur le visage, mais peut importe je suis tirée de ma très brève rêverie par la jeune femme qui regarde mon fusil avec une envie non feinte.
Sa réflexion me crispe très légèrement, c'est un peu comme si elle venait de me demander la couleur de mes sous-vêtements (jaunes et roses), d'un autre côté le fait qu'elle s'intéresse un peu à quelque-chose ici est plutôt positif, sans compter que … Mon regard se détourne des yeux bleus de Vi pour se poser sur ses imposants gants qu'elle a posée à côté d'elle. Je souris d'un air mutin et m'adosse à mon fauteuil, le coude sur l’accoudoir, la joue reposant sur les phalanges de mes doigts repliés.

"C'est bien de l'hextech, et ça dépend... tu me laisserais jeter un œil à ces petits bijoux? Ma mère serait capable de me renier si je lui apprends que j'ai vu une innovation dans ce domaine sans même prendre la peine de la regarder... c'est elle qui l'a fabriqué."

Dis-je en désignant mon fusil d'un petit coup de tête. Sans attendre plus, je me redresse et saisi la fameuse 'bête' que je ramène vers moi avant de lui lancer d'un geste preste. Un bref serrement au cœur suit ce mouvement, je viens de lui confier une partie de moi, ceci dit ça sera un test des plus éloquents pour savoir si tous les efforts que je fais pour elle en valent la peine.
Les mains libres, je prend aussi la plaque de cuivre dont je caresse le numéro du bout des doigts, 66 à croire qu'elle lui était destinée, je soupire et tend le bout de métal et de cuir.

"Tu vas avoir besoin de ça aussi... "

De l'autre main je désigne la petite liasse de papiers.

"Et moi j'ai besoin de ton vrai nom sur ces trucs là pour que ton incorporation soit vraiment officielle, et ta signature évidement."

Habituellement signer son incorporation est l'objet d'une petite cérémonie avec les membres de sa promotion de l’académie de police, assortit d'un discours sur les droits et les devoir de tout agent de la force de l'ordre etc... je me souviens avec émotion de la mienne, mais quelque-chose me dit que Vi préfère sans doute cette manière moins informelle, et du reste elle n'appartient à aucune promotion, elle est unique en son genre. Non d'un bibi... je suis en train de faire quoi là?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn) Jeu 5 Mai - 23:02
Les digressions de Caitlyn au sujet de son intransigeance concernant les butins obtenus avaient cessé d'intéresser la jeune criminelle dissipée avant même d'avoir débutés, bien plus intéressée à atteindre la fin de son monologue pour lui poser sa question au sujet de son fusil qu’elle avait repéré. Elle eut un sourire satisfait lorsque la Shérif accéda à sa requête et lui tendit, surprise d’une telle marque de confiance, une fois de plus. C’en était déroutant. Vi le prit avec une certaine précaution, parce qu'après tout, c'était de l'Hextech, et c'était sans doute l'une des choses pour lesquelles elle avait le plus de respect.

Elle fit adroitement sauter le petit cran qui retenait l’ouverture vers les mécanismes internes, pour regarder un peu plus de quel genre de matériel il s’agissait. Du basique, mais assemblé de façon précise et de qualité, de ce qu’elle pouvait en voir, avec du bon matériel. Le mieux avec ce genre de construction simple et efficace, c’est qu’il était facile d’ajouter des choses et de l’améliorer, et il lui fallut un simple coup d’œil pour avoir des idées lui passant par la tête de ce qu’elle pourrait faire de ce petit bijoux si elle avait une nuit pour travailler dessus.
Tout en observant, elle répondit machinalement, l’air bien plus intéressée par son observation que la discussion

« Avoir un appart ? Ouais, pourquoi pas. De toute façon j’crois pas que mon prop’ accepte un flic dans l’immeuble, si tu vois ce que je veux dire. Et ouais, regarde mes gants si ça te dit, c’est moi qui les ai fait. J'pourrais ajouter deux trois améliorations à ton engin, si ça te tente »

A n’en pas douter, vu le ton de sa voix et sa façon positive de réagir, lui laisser fouiner dans cet Hextech avait marqué un gros point et l’avait mis dans les meilleures dispositions possibles. Il y avait une certaine fierté dans ses propos d’ailleurs, à l’évocation de ses propres talents en matière d’Hextech.

En revanche, la question suivante lui fit perdre son joli sourire. Elle reposa le fusil sur le bureau en relevant des yeux agacés vers la Shérif. Evidemment, la question allait tomber à un moment ou un autre, mais ne lui faisait pas plaisir pour autant. Elle croyait quoi, que Vi était une adolescente en crise, qui jouait les dures dans les mauvais quartiers parce que papa et maman ne lui accordaient pas assez de temps ?

« Ca a toujours été Vi, et ça sera Vi. A moins que tu veuilles trouver mes vieux et leur demander, mais ce jour là, oublie pas de m'appeler »

Petite bourgeoise, fille à papa, qui était à des milliers de lieues de s’imaginer ce que c’était, que de devoir grandir dans la rue. Avoir personne pour nous donner un autre nom que celui tatoué sur son visage. Personne pour t’apprendre à lire, à écrire, à compter, juste devoir se débrouiller seul pour survivre. Vi attrapa d’un geste sec la liasse de papiers, et sans même y jeter un coup d’œil, se contenta de demander

« Je le signe ou, ton putain de papier, que je puisse arrêter de m’éclater à faire semblant de savoir lire ? »

C’était un bon coup dans sa fierté que d’avouer ça, et c’était sur un ton de coq que ça avait été fait. Une seule moquerie, une seule réflexion, quant à ce fait, et la jeune femme sur les dents était prête à lui sauter à la gorge. La shérif avait l’air sympa, et prête à lui filer un coup de main, ce qui était bien inhabituel, mais ressemblait bien trop à de la condescendance à son goût. Et si une main tendue, même si elle amenait à la méfiance, était appréciable, lorsque ça virait à la pitié, lui faisait montrer les crocs.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn)
Revenir en haut Aller en bas

Wanna play Hide and Seek ? (PV Caitlyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» hide and seek (arsène)
» HAN lily Ω wanna play a g a m e ?
» Aprés Midi Minecraft "Hide And Seek" [24/11/2013]
» Hide 'n Seek: (Online Multiplayer) de goldbulletfear
» Play-Tv Testé et approuvé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Valoran :: Hors du temps :: Passé-