Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Sona Buvelle || Maven of the strings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : ... =)


MessageSujet: Sona Buvelle || Maven of the strings Ven 23 Oct - 21:47


logo




› Nom + Prénom › Buvelle, Sona

› Surnom › La Virtuose de la harpe.

› Sexe › Féminin

› Race › Humaine

› Origine › Ionia

› Allégeance › Demacia

› Profession › Musicienne


Description


› Physique

Sona est une jeune femme d'une vingtaine d'années tout au plus. De taille moyenne, la musicienne est pourvue d'un physique équilibré. Pas de graisse superflue, mais pas vraiment de muscles non plus, elle vit pour son art et non pour les combats. Son visage aux grands yeux bleus affiche un air le plus souvent tranquille, encadré par de longs cheveux bleutés. Il s'agit bien évidement d'une teinture, sa couleur naturelle étant le blond, couleur qu'elle laisse d'ailleurs à la pointe de ses cheveux. Elle les réunit la plupart du temps en deux longues couettes de part et d'autre de son crâne, et même ainsi ils lui tombent jusqu'aux genoux. Ils semblent flotter au gré d'une brise invisible, probablement la même qui maintient la jeune femme dans les airs. Car pourquoi marcher lorsque l'on peur voler ? En effet, la musique que joue la jeune femme en permanence n'a pas pour but que le plaisir des oreilles, et comme elle peut influer sur son environnement par ses notes, elle n'hésite pas à en faire usage pour se déplacer de manière plus commode.
Le plus souvent, la musicienne sera vêtue d'une longue robe bleu d'une coupe Demacienne élégante, aux volants larges et au décolleté plus qu'évocateur. De longs pans de tissus tombent autour de la robe, joliment dorés. Elle chausse ses pieds de légères pantoufles blanches et les manches de son vêtements pourraient lui cacher les mains si elles ne les tenaient pas en permanence sur les cordes de son instrument, prête à jouer une mélodie ou une autre.

Lorsqu'elle chante avec le groupe Pentakill, Sona change totalement de style. Elle colore ses cheveux en rouge vif et les coupes à auteur de ses omoplates, les laissant voler autour de ses épaules. Elle troque également sa robe bleu contre une vêture plus agressive : La robe est entièrement noire, constituée d'un bustier mettant en valeur sa poitrine et de longs pans de tissu sombres volant autour de ses jambes fines, cinq chaines accrochées à sa taille volant librement autour d'elle. Elle reste bras nus, dévoilant un tatouage tout en pics et en lignes fines courant de sa clavicule droite au coude de son bras droit, et elle ceint autour de ses poignets d'épais bracelets de cuir noir ornés de pics. Elle porte également de lourdes bottes de cuir noir tout à fait de circonstance. Son Etwahl prend également une forme un peu différente, devenant noir, l'avant s'ornant à présent d'une tête d'oiseau chromée stylisée.

Sona aime porter ce genre de vêtements lorsque l'hiver arrive et que les guirlandes ornent les rues. Elle porte alors une robe de laine au bustier rouge et à la jupe bleu sombres, de larges bandes de tissus rouges brodés d'or volant autour de cette dernière. Elle porte également sur les épaules un châle de laine rouge qui la protège du froid, et de longues manches évasées de laine rouges tombent autour de ses bras. Ses pieds sont chaussés de deux bottes de cuir brunes doublées d'une laine douce et épaisse, et elle porte en outre une paire de gants rouges fait d'un tissu fin qui ne la gêne pas pour pincer les cordes de son instrument, redécoré lui aussi pour l'occasion d'une couronne de houx et de deux chaussettes de laine.

Lorsqu'elle à l'occasion de jouer au festival lunaire de Ionia, sa patrie de naissance, la jeune femme aime renouer avec ses origines en portant une robe de style Ionien. Le Kimono brun bordé d'or est ouvert sur l'avant, dévoilant une sous-robe couleur crème. Elle maintient les vêtements contre son corps à l'aide d'une épaisse ceinture verte brodée d'or. Elle chausse alors des sandales de cuir brunes, et adopte en outre une coiffure la aussi différente : Réunis au sommait de son crâne grâce à de files tiges dorées, les cheveux se séparent ensuite en deux parties les amenant de part et d'autre de la tête de la musicienne pour retomber à nouveau à la manière de deux couettes. En outre, elle se teint les cheveux en bruns, de manière à être plus en accord avec le ton de la fête.

Sona est de temps en temps prise par une lubie des jeux vidéos. Elle aime alors changer totalement de style vestimentaire, délaissant les robes élégantes pour un petit haut bleu ne masquant que le nécessaire, tenu entre ses seins par une attache en forme d'étoile, et une longue jupe d'un bleu nuit imprimée d'étoiles plus claires. Une ceinture de tissu arc-en-ciel maintient la jupe autour de ses hanches, accrochée elle-aussi à l'aide d'une attache en fore d'étoile, et laisse tomber autour de sa jupe cinq longues bandes de tissu arc-en-ciel terminés par des étoiles. Elle porte de longues mitaines vertes plissées autour de ses avants-bras, et orne son cou d'un collier de billes roses opaques. Ses oreilles sont également décorées à l'aide de boucles d'oreille en forme d'étoiles, et elle teint les pointes de ses cheveux en rose. Ses cheveux sont également noués au sommet de son crâne en deux couettes attachées à l'aide de barrettes étoiles, et à ce stade de la description vous devez vous dire qu'il y a beaucoup d'étoiles... Mais la plus importante reste l'Etwahl, son instrument, qui prend l'apparence d'une gigantesque manette de jeux-vidéo aux gros boutons, avec deux manettes et des touches de piano. Bref, le parfait attirail du geek.

Comment faire une description complète de la garde-robe de la musicienne sans parler de sa dernière lubie ? En effet, Sona s'est prise d'une certaine passion pour les platines et les sons électriques, s'improvisant DJ avec un talent certain. Pour l'occasion, elle porte une combinaison moulante grise laisant aisément deviner ses formes, et masque son visage à l'aide d'un casque affichant la musique qu'elle va jouer : Cinétique, Concussive ou Éthérée. Lorsqu'elle joue en Cinétique, le casque laisse le bas de son visage nu et affiche des riffs verts. Les cheveux échappant à son casque paraissent transparents et brillent d'une lueur verdâtre. Son Etwahl prend la forme d'une plateforme de DJ avec platines et plateau de mixage, propageant le son par les hauts-parleurs de forme arrondie sur l'avant de l'instrument. Lorsqu'elle joue en Concussive, le casque recouvre la totalité de son visage et laisse voir des riffs rouges qui font penser à des éclairs. Les cheveux échappant à son casque brillent cette fois d'une lueur rouge vif, volant autour d'elle. Son Etwahl prend également une autre forme, la jeune femme modulant les sons à l'aide d'un cube musical, les affinant à l'aide de tout un tas de boutons, le son se propageant par les hauts-parleurs aux formes anguleuses à l'avant de l'instrument. Enfin, lorsqu'elle joue en Éthérée, son casque ne masque plus à nouveau que la moitié supérieur de son visage, laissant apparaître le son sous la forme d'étoiles lumineuses variant du mauve au bleu. Ses cheveux brillent d’ailleurs de ces deux couleurs. A nouveau, son instrument change de forme, laissant la musicienne moduler le son à l'aide de toute une série de touches. Le son se propage par les hauts-parleurs de forme douces et ovale à l'avant de l'instrument.

› Caractère

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Sona est une passionnée. De musique. Toute sa vie tourne autour de cet art, car c'est lui qui lui permet de s'exprimer depuis sa plus tendre enfance. La jeune femme rayonne en permanence de bonne humeur et d'un entrain serein. Elle ne cherche jamais à refréner ses émotions ou ses impulsions et agit souvent à l'instinct, qui s'est jusqu'ici révélé fiable la plupart du temps. Émotive, la jeune femme se laisse souvent influencer par son environnement, et fait parfois preuve d'une naïveté désarmante. Mais si elle réceptionne facilement les émotions des gens, elle sait également propager les siens à l'aide de sa musique, et elle dispose d'un talent certain pour faire ressentir réellement les choses à son public. La timidité ne l'étouffe pas, loin de là, et elle n'a aucun problème à sentir posé sur elle le regard de la foule. Un talent nécessaire lorsque l'on embrasse le genre de carrière qu'elle suit. Elle mets tout son cœur à l'ouvrage lorsqu'elle monte sur scène, cherchant à donner le meilleur d'elle-même à son publique, qu'elle aime et qui le lui rend bien. Cependant, tout est loin d'être aussi bien qu'il n'y parait pour la jeune femme...

Sona souffre en effet de la solitude. Son mutisme l'a empêché pendant longtemps de nouer des amitiés, et même par la suite, alors qu'elle est devenue de plus en plus célèbre grâce à sa musique, elle s'est mise à souffrir d'une autre forme de solitude : Celle imposée par son publique. Car les gens ne la voient pas elle, en tant que personne, mais en tant que musicienne de talent, et elle déplore que la plupart des gens ne cherchent pas plus loin...

Sona entretient avec son Etwahl une relation très particulière. Cet instrument entouré de mystère l'accompagne d'aussi loin qu'elle se souvienne partout où elle va, et la protège autant qu'elle ne le protège. Cela dit, l'instrument semble doué d'une conscience propre, et il lui arrive parfois de réagir plus violemment que ne l'aurait aimé la jeune femme, ce qui a tendance à l'inquiéter lorsqu'elle se retrouve dans une mauvaise passe. La musicienne cache au monde un certain manque de tranquillité, une inquiétude qui ne la lâche pas : Et si un jour, son instrument se libérait du contrôle qu'elle semble exercer dessus ? Cette éventualité n'enchante pas la jeune femme, profondément pacifique, qui craint que l'Etwahl ne se montre agressif une fois hors de contrôle. Malgré cette crainte, Sona aime profondément son instrument, le voyant presque comme sa vraie famille...

Lorsque Sona se laisse prendre par sa lubie des jeux-vidéos, elle emprunte un tempérament plus enjoué, beaucoup plus enjoué... Extravertie au possible, elle n'hésite pas à laisser éclater sa joie d'avoir gagné une partie ou sa colère d'en avoir perdue une. Lunatique, elle peut passer d'un extrême à l'autre en une fraction de seconde, mais retrouveras en général sa bonne humeur plutôt rapidement. véritable pile électrique, elle s’enthousiasme pour tout et n'importe quoi, et fait preuve d'une curiosité plus exacerbée qu'à l’accoutumée. Elle adore les couleurs vives et tapes à l’œil, qui ont le don de la mettre dans une bonne humeur encore plus grande si c'est possible.

Lorsqu'elle joue avec le groupe Pentakill, Sona retrouve l'âme d'une Metalleuse. Plus agressive, elle se montre crue dans les émotions qu'elle transmet à travers ses musiques et se prend à apprécier les plaisirs simples de la vie, comme boire une bière avec des amis ou s'éclater juste pour le plaisir. Elle prend également un certain gout pour les choses interdites, l'esprit de rébellion s'éveillant en elle, et elle n'hésite alors pas à se montrer provocante avec ses amis comme avec ses ennemis. Adepte des sons électriques et des riffs lourds, elle se montre également plus délurée, à la limite de l'indécence. En outre, elle perd une grande partie de son innocence et peut rire (silencieusement bien sur) à des blagues bien grasses ou à des doubles-sens très tendancieux. Sous l'influence de ce groupe de musique démoniaque, la jeune femme développe un esprit très marginal, adepte de la destruction et de la violence. Une vraie Metalleuse.

Bref, en résumé, vous l'aurez compris, c'est un joyeux bordel la-dedans... De la à dire qu'elle est complètement schizophrène ? Non... Juste un peu.
Compétences

› Classe › Support
› Armes › Son Etwahl, compagnon de toujours
Accord de puissance
Plus Sona joue, plus ses musiques deviennent envoûtantes et entraînantes. Ainsi, chaque accord qu'elle fait sur son Etwahl augmente le pouvoir de ses mélodies magiques.

Hymne à la bravoure
La musicienne arrache des notes agressives à son instrument, qui provoquent un engouement massif parmi ceux qui l'écoutent, améliorant leurs capacités guerrières. En outre, cette accord produit des éclairs bleutés capables de blesser les ennemis proches de la jeune femme.

Aria de persévérance
Cette mélodie, beaucoup plus douce, à le don de calmer les esprits les plus échauffés et d'apaiser leurs maux. La magie de l'instrument produit de fins filament lumineux d'une couleur verte qui entoure les amis proches de la musicienne, les protégeant et les soignant.

Mélodie de vélocité
Sona plaque des accords enjoués sur son instrument, éveillant des sentiments d'allégresse chez les personnes qui l'écoutent. Le corps parait plus léger, le pas se fait plus rapide...

Crescendo
La musique possède des pouvoirs insoupçonnés. Celle de Sona en possède encore plus. Entraînantes au delà de ce que l'on pourrait croire, certains accords de la jeune femme ont le don de vous faire danser. Que vous le vouliez ou non~

Relations

Dites-nous qui fait partie de vos Amis/Collègues/Famille/Ennemis et vos relations avec.

icône
Un autre champion Demacien, elle le connait de vue, elle a déjà eu l'occasion de le fréquenter dans le cadre des match de la league, mais sans plus... Il ne lui laisse pas une mauvaise impression.

icône
A nouveau une compatriote, Sona apprécie sa bonne humeur constante et son caractère vif. Peut-être une future amie en perspective ?

icône
La liche, chanteur du groupe Pentakill dont Sona est membre. Leurs rapport sont professionnels tout d'abord, mais aussi amicaux, à partir du moment ou Sona revêt ses vêtements de cuir elle peut accepter beaucoup...

icône
Il est le guitariste du groupe Pentakill. Sona apprécie la rudesse de son caractère lorsqu'elle joue avec eux, et si Karthus représente bien la dimension "mort" de leur style musicale, elle trouve que Mordekaiser est l’expression de toute leur brutalité.

icône
Le fossoyeur est le bassiste du groupe Pentakill. Sona le connait un peu moins que les autres, pour la simple et bonne raison qu'il est souvent un peu en retrait...

icône
Le batteur du groupe n'est pas la personne que Sona préfère dans celui-ci, elle le trouve trop... Froid '-' Le rapport ? Bah c'est un Freljordien... 8D *sort*


En ce jour, la mélancolie était à l'honneur. Le ciel était encombré d'épais nuages grisâtres, et une pluie battante martelait les pavés des rues de la cité des justes. Un bien mauvais jour pour sortir... Sans doute la raison pour laquelle Sona ne se risquait pas à mettre le nez dehors. Cela dit, elle aimait l'odeur de la pluie et la fraîcheur qui embaumait l'air, et c'est pour cette raison qu'elle s'était assise sur un banc devant la fenêtre grande ouverte de sa chambre. Le contraste entre le luxe de la grande pièce et la solitude des rues ruisselante d'eau de pluie rendait la jeune femme mélancolique, et elle laissa son esprit s'égarer en même temps que ses doigts fins sur les cordes de son instrument.

La musique s'éleva, les notes douces et feutrées se mêlant à la pluie battante, s'accordant à merveille avec ce son naturel. Pour sur, la musicienne était habile de ses doigts, et elle savait s'accorder avec les sons environnants. Cette musique provoquait dans le cœur de la jeune femme un sentiment de solitude, mais une solitude tranquille et bienvenue, reposante. Elle ferma les yeux et laissa la musique l'entourer, ses doigts bougeant sur son instrument d'instinct, pinçant les cordes qu'ils avaient parcourues tant et tant de fois. En vérité, la musique était sereine au point que la musicienne aurait pu s'endormir si elle n'avait été en train de jouer. A la place, elle laissa son esprit s'égarer dans les méandres de son passé, profitant de cet instant pour se laisser aller à un peu de nostalgie.

Même à ses propres yeux, son passé était flou. Elle ne savais pas réellement d'où elle venait, elle savait juste qu'elle avait été retrouvée par un matin pluvieux sur le pas de la porte d'un orphelinat Ionien. On lui avait dit qu'elle avait été trouvée blottie contre son instrument, son Etwahl, alors qu'elle ne savait pas encore qu'il se nommait ainsi. Et d'aussi loin qu'elle se souvienne, Sona n'avait jamais été capable d'émettre la moindre parole, ou même le moindre son. Elle aurait souhaité pourtant, pendant son enfance, pouvoir jouer comme tous les autres enfants... Mais ils ne la comprenaient pas, et elle n'était pas alors en pleine possession de son instrument qui lui permettait actuellement de transmettre ses émotions et ses pensées. En faite, elle savait que les propriétaires de l'orphelinat avaient tenté de revendre l'instrument à plusieurs reprises. A chaque fois qu'elle le voyait s'éloigner entre les mains d'un nouveau propriétaire, elle ressentait un pincement au cœur, comme si on l'avait forcée à se séparer de quelque chose d'extrêmement précieux pour elle... Ce qui était effectivement le cas. Mais à chaque fois, l'instrument revenait, soit que le propriétaire ait jugé bon de le remettre aux tuteurs des orphelins, soit qu'il réapparaisse tout seul aux portes de l'établissement. Et à chaque fois qu'elle voyait l'instrument revenir, une immense joie la prenait. Une joie qu'elle ne pouvait exprimer que par de grands sourires.

Elle y était restée longtemps dans cet orphelinat... De longues années, pendant lesquels elle avait vu passer d'innombrables parents potentiels qui n'avaient jamais décidé de la prendre sous leurs ailes. Et puis un jour, l'un des visiteurs repartit avec elle. Une femme du nom de Lestara Buvelle qui vivait à Demacia.

Cette femme n'avait jamais eu de mari. Seule, elle avait réussi par ses propres moyens à conserver intacte et même à faire fructifier l'héritage qu'elle avait reçu de ses propres parents, deux nobles de la cité des justes. Elle était arrivée à l'orphelinat après avoir fait le voyage depuis la grande cité, ce qui avait tout d'abord étonné la fillette âgée de dix ans qu'était Sona à l'époque. Alors que personne n'avait voulu d'elle pendant dix longues années, voila que quelqu'un faisait le voyage spécialement pour elle... Et puis elle avait compris la raison véritable qui avait poussée Lestara à venir en personne à Ionia pour voir une gamine dans un orphelinat. Elle n'avait tout d'abord accordée aucune attention à l'enfant et, à peine arrivée, elle avait demandé à examiner l'instrument avec lequel elle avait été trouvée dix ans plus tôt. Elle était restée quelques heures avec les gérants de l'orphelinat, pendant que Sona se rongeait les sangs dans sa chambre miteuse en craignant que cette femme ne s'en aille avec son instrument jusqu'à un lieux aussi éloigné que ne l'était Demacia. Et puis elle avait entendu des pas sur le plancher du couloir menant aux dortoirs. Des pas lourds, ceux de la grosse directrice de l'établissement, suivis de pas légers et rapides claquant fermement sur les lattes de bois. Des pas inconnus de l'enfant.

Lestara était alors entrée dans la chambre de Sona, qui avait levé ses yeux bleus pour la regarder. Sans émettre le moindre son, elle s'était simplement levée et elle avait croisés les mains dans son dos, laissant tout le loisir à la riche femme de l'examiner, comme on le lui avait appris. Elle devait être sage pour qu'on la choisisse... La femme lui avait tourné autour pendant quelques minutes, elle avait posé quelques question à l'enfant, mais elle s'était heurté à son éternel silence. Elle avait finit par se tourner vers la directrice et lui avait déclaré qu'elle l'adoptait. Elle avait également offert un don plus que généreux pour emporter avec elle l'instrument de cette dernière. Elle avait ensuite emmenée sa nouvelle fille avec elle jusqu'à l'extérieur de l'orphelinat et l'avait fait monter dans une voiture tirée par deux chevaux et dirigée par un cocher, auquel elle avait indiqué le port. La fillette avait regardé l'orphelinat par la fenêtre jusqu'à-ce qu'il disparaisse au coin d'une rue. Pas un seul des enfants ne lui avait dit au revoir.

Elle se retrouva alors totalement perdue. Confrontée au regard perçant de sa nouvelle mère, elle se trémoussa sur son banc avec une certaine gêne, son instrument posé à coté d'elle. Elle tendit timidement la main vers ce dernier, levant un regard interrogateur et inquiet sur la riche femme, qui avait finit par lui accorder sa permission d'un hochement de la tête.

« Tu peux y toucher. Tu peux même en jouer si le cœur t'en dit. »

Intimidée, la fillette attrapa l'instrument et le posa sur ses genoux. Il était bien trop grand par rapport à elle, mais elle s'en fichait. Elle n'avait jamais pu y accéder aussi facilement, et elle prit un plaisir fou à détailler l'instrument sous tous les angles sous le regard attentif de sa nouvelle mère. Elle passa ses doigts sur les cordes, les sentit vibrer sur sa peau, et elle prit une grande inspiration avant de pincer l'une des cordes. Une note grave et pure s'éleva dans l’habitacle de la voiture, arrachant enfin un véritable sourire à Lestara.

Le voyage jusqu'à Demacia se fit sans accrocs. Elles prirent le bateau jusqu'à la cité des justes, contournant le continent, car sinon il aurait fallut passer par Noxus avec laquelle Demacia était en guerre, et où la riche aristocrate n'était donc pas la bienvenue. Pendant tout le trajet, la nouvelle mère de Sona l'encouragea à passer le plus de temps possible avec son instrument, qu'elle appelait Etwahl. L'enfant se familiarisa avec l'instrument, en découvrant d'instinct les mécaniques et le fonctionnement, et la durée du voyage lui fut suffisante pour apprendre à en tirer les sons qu'elle voulait. Sous les yeux de Lestara, elle laissa toutes ses émotions réprimées s'élever par l'intermédiaire de sa musique, pinçant les cordes et plaquant des accords exprimant une profonde solitude et une intense frustration de ne pouvoir émettre le moindre son. Et lorsque la nuit venait, elle allait se coucher en serrant contre elle l'instrument. Elle collait alors sa joue contre le bois et le métal de l'Etwahl, et elle avait l'impression qu'il respirait avec elle, qu'il vivait avec elle. Elle ne se sentait plus seule.

Lorsqu'elles arrivèrent à Demacia, Lestara conduisit sa nouvelle fille vers son domicile, un riche domaine dans les quartiers huppés de la ville. L'enfant découvrit des jardins luxuriants, la richesse de l'architecture de sa nouvelle demeure, et un air émerveillé se peignit sur ses traits alors qu'elle laissait ses doigts courir sur l'Etwahl pour lui arracher des vibrations joyeuses et entraînantes. Elle aimait cette maison. Les lourdes portes de chêne s'ouvrirent sur un hall d'entré de la taille de l'orphelinat ou elle avait passée ses premières années, et elle découvrit avec un émerveillement tout enfantin la beauté de son nouveau lieux de vie. En cet instant, elle était plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été.

Il fallut un certain temps à l'enfant pour s'habituer à son nouveau lieu de vie. Lestara était plus gentille qu'elle ne l'avait cru au début, et semblait lui vouer une affection sincère qui la fit se sentir bien. Après dix années de solitude, elle était aimée, et elle pouvait exprimer ses talents et ses sentiments pour de vrai. En quelques semaines, elle sentit se développer entre elle et son Etwahl un lien plus profond que tout ce qu'elle avait pu imaginer. Lestara encouragea ce lien, comme si elle connaissait quelque chose sur l'instrument que la jeune femme ignorait. Mais jamais Sona ne pensa à lui poser la question. Elle était bien trop heureuse...

A peine quelques mois après son arrivée à Demacia, la population entendit parler de la musique qui retentissait à présent en permanence dans la maison de Lestara Buvelle. Les citadins étaient intrigués, car ceux qui avaient eu l'occasion d'entendre la musique de l'enfant l'avait décrite comme la plus pure et la plus expressive des musique qu'ils aient jamais écoutés. Désireuse de faire profiter de son talent au monde entier, l'enfant commença à donner, avec l'accord de sa mère adoptive, des récitals tout d'abord privés pour les oreilles de ceux qui exprimaient le désir de l'écouter. Puis, le bouche à oreille faisant son oeuvre, la musicienne avait été amenée à jouer en publique de son instrument. à l'âge de onze ans, elle était connue dans toute la cité pour l'intensité et la beauté de sa musique. Mais l'Etwahl était pour la jeune femme bien plus qu'un simple instrument de musique.

Ce fut à cette période qu'elle explora les possibilités offertes par cet instrument mystérieux. Elle découvrit purement par hasard les capacités magiques de ce dernier alors qu'elle plaquait des accords vifs sur les cordes tendues. Malgré la reconnaissance que lui témoignait les Demacien, malgré toute la notoriété dont elle jouissait grâce à sa musique... Sona se sentait affreusement seule. Car les gens ne la connaissaient pas. ils ne connaissaient que les sons qu'elle produisait avec son Etwahl. Et ils ne s'intéressaient pas à elle pour sa personnalité mais pour sa musique. Et bien qu'elle continue à montrer au monde une bonne humeur de façade, elle profitait de la solitude de sa chambre pour exprimer toute sa frustration.

les yeux pleins de larmes, elle passait les mains sur les cordes de l'Etwahl, leur arrachant les longs sanglots qu'elle était elle-même incapable de pousser. Les cordes vibraient sous ses doigts, les sons lancinants retentissant dans la pièce, et bientôt la musique évolua dans un crescendo de plus en plus vif, rageur, jusqu'à-ce que l'adolescente entende un objet se fracasser non loin d'elle. Les vibrations des cordes se turent alors qu'elle posait le plat de la main dessus, puis elle s'essuya les yeux pour essayer de trouver ce qui avait bien pu tomber. Mais aucun débris ne jonchait le sol. En réalité, l'objet brisé était un vase posé sur le linteau de la fenêtre. Il n'était pas tombé, il s'était simplement fissuré sur toute la hauteur pour finir par se couper tout bonnement en deux. Intriguée, oubliant momentanément sa colère, l'adolescente s'était approchée de la fenêtre pour examiner le vase. Puis elle avait rapidement fait le lien avec la violence de la musique qu'elle avait jouée, car la fenêtre était fermée et que rien n'aurait pu briser ainsi l'objet.

En secret, la jeune femme apprit à maîtriser cette nouvelle propriété de son Etwahl. Elle s’exerça de longues heures, apprenant à maîtriser les vibrations secrètes de l'instrument, non seulement pour couper des objets à distance, mais aussi pour les faire bouger, les commander par les vibrations. Elle apprit à utiliser la magie de l'instrument pour exercer une influence certaine sur son environnement, mais sa plus grande joie dans cet apprentissage fut sans doute d'arriver à influer sur l'air lui-même pour léviter à quelques mètres au dessus du sol. Elle apprit également à influer sur les gens eux-même, d'abord en s’entraînant sur elle-même. Elle apprit ainsi à soigner les blessures grâce au pouvoir de son Etwahl.

Et l'adolescente grandit, apprenant à se servir de son Etwahl au maximum de ses possibilités. Elle apprit à aimer sa mère adoptive à la voix grave, à aimer les récitals auxquels elle se livrait, mais quelque part... Elle se sentait toujours seule. Elle avait l'impression d'être transparente. Que les gens ne voyaient que son Etwahl, et non sa propre personne. Et elle avait envie de se rendre utile, d'être appréciée pour ce qu'elle était et non pour ce qu'elle montrait au monde. Comme tout le monde, elle connaissait l'existence de la League of Legends... Alors elle décida de s'y rendre. Elle souhaitait aider les combattants, les soigner, se faire reconnaître pour autre chose que pour ses récitals qui ne lui apportaient finalement aucun sentiment d'accomplissement personnel. Elle souhaitait offrir la plus impressionnante des ses performances. Et elle n'y parviendrait qu'à la League of Legends.
Vous ?

› Prénom ou pseudo › J'étais Morgana, je reste Sivir et Lulu mais je change de compte principale ^^
› Age › 22 ans, 23 en novembre.
› Métier/Etudes › Licence 3 documentation '-'
› Passion ? › Pleins de choses ^^
› Double compte ? › Lulu et Sivir
› Autre chose ? › *tire quelques notes joyeuses de son instrument*

© A-Lice | Never-Utopia


Une rose de Zyra petit coeur
Une rose de Fizz petit coeur


« By the power of Metal~ »
– Sona Buvelle

Carte de journaliste - Voiça:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Two can keep a secret, if on of them is dead...


MessageSujet: Re: Sona Buvelle || Maven of the strings Sam 24 Oct - 13:54
Sona, douce Sona. Si j'étais Demacienne, je te ferai même un compliment, tiens !

Très belle histoire, très bien écrite et prenante, qui respecte bien ce qu'on sait du personnage. J'adhère et valide !


Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force,
Ni sa faiblesse, ni son cœur, et quand il croit
Ouvrir ses bras, son ombre est celle d'une croix.
Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie.
Sa vie est un étrange, et douloureux divorce.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : "Les yeux ne mentent jamais !"


MessageSujet: Re: Sona Buvelle || Maven of the strings Dim 25 Oct - 19:44
Bah c'est complet, ça, pour être complet...

Pas vraiment de choses à redire. Pas trop de fautes lors de ma lecture. C'est pas trop difficile à digérer lors de la lecture. :p

Belle description, l'histoire reste celle de base, mais bon on ne change pas une équipe qui gagne comme on dit... Et puis c'est bien écrit alors on crache pas dessus !

En bref, fondatrice, je valide aussi !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sona Buvelle || Maven of the strings
Revenir en haut Aller en bas

Sona Buvelle || Maven of the strings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sona Buvelle, la muse du crépuscule
» Sona Buvelle, le pouvoir du 16bits est en toi [Terminé]
» Sona la muse
» [GAMEPLAY] Sona, la Virtuose de la Harpe
» [SKIN|ULTIME] DJ Sona

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Bienvenue :: Présentations :: Présentations :: Validés-