Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

Valoran will know harmony [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Valoran will know harmony [Terminé] Mar 12 Mai - 0:38


logo




› Nom + Prénom › Poppy

› Surnom › L'Ambassadrice de fer, la Yordle la moins drôle de Runeterra... Bon, la deuxième, elle risque de vous péter la gueule

› Sexe › .... Féminin, mais c'est une mauvaise idée d'aller vérifier par vous même

› Race › Yordle

› Origine › Bandle City

› Allégeance › A la fois à Bandle City et à Démacia

› Profession › Ambassadrice Yordle à Démacia. Le choc des cultures fut difficile la première fois, mais l'on s'y habitue à tous ces "DEMACIAAA" hurlés. Elle est aussi une éternelle apprentie forgeronne, même si elle a le coup de patte.


Description


› Physique › La première chose qui choque en voyant Poppy est.... Sa grande taille. Bon, pour la plupart, elle arrive au niveau du ventre des êtres humains de taille moyenne. Cependant, avec son mètre trente, on peut vous assurer qu'il y a très peu de Yordle qui peuvent la dépasser. En général, elle dépasse d'une tête la plupart de ses congénères. Alors bon... Elle n'a pas vraiment besoin de lever la tête pour regarder d'autres Yordles. Elle possède aussi une de ces postures droites que n'importe quel milicien pourrait arborer pour avoir un minimum de crédibilité. Seulement, elle l'était déjà naturellement, donc pas besoin de gonfler le poitrail. On pouvait observer une démarche assez bien réglée, à cadence régulière, même si elle a tendance à presser le pas, semant sans le savoir les yordles pouvant l'accompagner. Elle a aussi tellement l'habitude de suivre des Humains que l'être humanoïde préfère pouvoir suivre ce type d'être vivant.

Ce qui est remarquable, c'est qu'en plus d'avoir l'apparence d'une Yordle totalement banale, avec cette peau bleue et cette capillarité enneigée, On remarque qu'elle est très bien bâtie. On devine sans mal que, même si elle n'a pas l'ingéniosité de ses pairs, elle a de spécial cette constitution qui fait d'elle une yordle à une force exceptionnelle. Bien évidemment, il fallut de l'entraînement et une alimentation digne de ce nom pour faire tourner cette étrange mécanique. C'est ainsi qu'elle a la voracité et l'appétit d'un humain totalement banal... Enfin, elle mange même plus qu'un humain banal.

Son regard totalement neutre et blasé peut en dérouter quelques uns au début. Il faut dire que c'est... La tête qu'elle affiche quasiment tout le temps, en fait. Il est rare pour elle d'afficher une autre expression à l'extérieur de son cercle intime. Son regard affiche clairement qu'elle est déterminée à mener chaque action à son bout. Ces yeux bleus vous le montre clairement.

Sinon, quand elle parle, on remarque une voix un peu plus grave que pourrait avoir les yordles -sans doute à cause de sa taille- , qui se répercute très bien avec le port d'armure qu'elle a. En effet, elle affectionne porter l'armure pour s'acclimater aux habitudes Démacienne en matière d'étiquette, même si elle n'y est normalement pas contrainte.

› Caractère › Les Yordles possèdent tous une part de "folie" en eux. Qu'elle soit créative ou destructrice, elle anime les pensées et gestes des Yordles. Dans le cas de Poppy, ce n'est pas la création où explose cette exaltation (Et ce, même si c'est une très grande forgeronne). C'est plutôt la sordide détermination qu'elle met. Vous pourrez être un, cent ou des milliers se mettre à travers de son chemin, elle se fraira un chemin contre votre volonté. Cette froide volonté pourrait même faire pâlir certains Ioniens tellement elle possède de self-control et de calme. Rien ne pourra la détourner de son objectif, et personne ne pourra la défaire mentalement sur ce fait. Une tête de mule? Comme vous voulez. Certains appellent cela de la persévérance. Si cela ne marche pas, elle retentera, encore et toujours jusqu'à qu'elle réussise.

Cependant, n'allez pas croire qu'elle est uniquement dictée par ce fait. Elle est totalement capable d'afficher de nombreuses émotions. Cependant, le panel de la blague et du rire est étendue jusqu'à l'infini... Etant donné qu'elle n'a aucune blague dans son répertoire, ça va aller vite. Oui, luttez ardament pour qu'elle puisse un jour faire une blague potable qui ferait rire l'assemblée. C'est une personne à la blessure profonde. Elle a encore du mal à outrepasser ce qui s'est passé il y a quelques années, et c'est ce qui la rend froide et réticente à l'idée de tisser des liens bien plus profond. L'apprentie ne désire en aucun cas retenter l'expérience. Elle est peut-être déterminée... Mais pas folle. Enfin... Un peu, mais bon.

Il faut aussi déclarer le fait que ce n'est pas l'institut de guerre qui a conçu la plupart de ses pièces d'armures dont on s'en sert en plus... C'est Poppy elle-même. Elle a forgé quelques armures et armes en fonction de ses sentiments les plus profonds. Par exemple, pour la Poppy noxienne, c'est une volonté de faire goûter à tous les autres les doux chants du requiem à leurs proches, instaurant en fait une paix par la terreur. Pour la Poppy chevalier Rouge, c'est cette envie de destruction totale pour cacher sa peine et sa souffrance. Alors que pour la Lollypoppy, même si elle n'a pas conçu ce genre d'accoutrement, a soufflé l'idée qu'elle avait parfois envie de récupérer sa jeunesse perdue dans les larmes et le sang. La Poppy forgeronne? Elle a juste a tendre son tablier, ainsi que des pièces que son père lui a léguée plus jeune. Oui en effet, elle garde encore des effets personnels à son père. Et au final, Poppy Royale, c'est la tenue officielle qu'elle porte lors des grands événements (que ce soit diplomatique ou culturel) à Démacia. Un genre d'hommage pour cette cité qu'elle admire.
Compétences

› Classe › Combattant
› Armes › Whomper, le marteau que Blorgrum légua à sa fille dès qu'elle a pu la manier. C'est une arme assez particulière.
Preux Combattant
Il faut savoir que tout l'art de Blorgrum se repose en fait sur l'afflux d'une source magique intérieure nommée "Mana" . Ce qui fait qu'on a l'impression que le métal est "vivant". Poppy arrive à faire la même chose avec ses créations. De ce fait, passivement, cela rend l'armure de Poppy bien plus résistante que n'importe quelle armure. Si elle doit subir des dommages importants, l'armure lâche un afflux de Mana pour pouvoir contrer de moitié les dommages encaissés. Cela ne marche pas pour les compétences qui outrepasse les résistances.

Dévastation
Il n'y a pas que l'armure qui est constitué spécialement. Le Marteau aussi. Quand Poppy désire porter un grand coup, elle charge de façon intentionnelle son arme de Mana. Le coup lancé fait bien plus mal... Oui oui, même les plus résistants d'entre vous ne saurait rester de marbre face à cette frappe.

Cependant, il faut savoir que la Poppy n'est pas une femme sans coeur. Enfin, une Yordle sans coeur.

Parangon de Démacia
De façon naturelle, l'arme et l'armure de Poppy accumule une partie de la mana environnante. Cela veut dire qu'à chaque coup qu'elle doit porter ou qu'elle subit, cela dégage une petite quantité de "Mana" que l'armure utilise pour augmenter sa résistance et le marteau son potentiel dévastateur. Cela s'accumule jusqu'à un certain point.
Sinon, Poppy peut tout simplement déverser de sa mana pour pouvoir atteindre le paroxysme de son armure et de son arme d'un coup. De plus, cela donne une sensation de légèreté à l'armure, permettant à Poppy de courir vite. Cependant, cela lui coûte pas mal d'énergie.

Charge Héroïque
Ce nom suffit à lui seul. En mettant son pavois devant elle, Poppy prodigue une poussée immense. La force est telle qu'en pus de se prendre cette Yordle en pleine face, la cible recule sous l'intensité du coup. Et je peux vous dire que si vous prenez un élément du décor, vous allez être bien sonné.

Immunité Diplomatique
Comment expliquer ce phénomène dirons nous? Cela est assez simple. Poppy dirige sa mana vers la cible. L'armure et Whomper enregistrent cette mana et la considère comme une affinité. De ce fait, L'armure devient totalement insensible à tout autre type de dégâts autre que celle de l'affilié. Quand à Whomper, on peut considérer que cette affinité lui permet d'infliger de plus gros dégâts. Du fait de la consommation excessive en "Mana", Poppy ne peut pas garder cet état éternellement.

Relations

Dites-nous qui fait partie de vos Amis/Collègues/Famille/Ennemis et vos relations avec.

icône
L'inspiration. Sa muse. Tu es devenue cela pour cette gargouille. Tu lui as donné la flamme qui lui permettait de trouver un nouvel objectif dans sa vie. Cependant, tu ne l'as jamais vraiment croisé, même si tu étais passée devant pour délivrer la commande.

icône
Ceci est une relation professionnelle à la base. Tu dois avouer que cet homme n'est pas aussi rustre que ce qu'il parait. Cultivé, Désireux de protéger son peuple, le Prince est une personne bien, dont tu prends plaisir à converser avec lui.

icône
Ttu en as un avis neutre. Peut-être que vous étiez les meilleures amies du monde jeune, tu ne pouvais t'en souvenir... Au vu du fait que tu préférais rester dans la forge de ton père. Cependant, tu ne peux qu'avoir du respect pour cette femme qui a su s'élever au rang de Cannonière à son âge.

icône
Même avis que Tristana. Seulement, ce comportement à double facette te fait légèrement frémir. Tu sais pertinement que, si Teemo n'est pas le plus fort des Yordles, c'est certainement le plus dangereux. Tu avoues préférer l'avoir dans ton camp.


Il pleuvait ce soir là. Dehors, il faisait vraiment froid. Et tu tremblais. Non pas par le froid.


D'un pas assez déséquilibré, toute tremblante, tu finissais par céder sous tes petite jambes Yordlienne -Ce néologisme est voulu- sous la gravité pour faire atteindre tes genoux au sol. Tu haletais sous cette pluie battante. Tu la sentais. Cette fine pluie glissant le long de ta nuque à découverte, au vu de ta position recroquevillée, comme pour protéger quelque chose. Oui, ce quelque chose, contenu dans une petite caisse. Ton regard était ciblé vers le sol, les paupières ouvertes à leur paroxysme, continuant encore de respirer. Tu devais continuer la mission. Tu le devais. Tuledevaistuledevaistuledevais.
Tu tremblais encore. Non pas de froid. Mais de fatigue, d'épuisement. Mais aussi de crainte, d'effroi, de peur. Tu ne pouvais oublier de pourquoi tu faisais ce voyage solitaire. Tu ne pouvais oublier à quel point ce fut dur au départ. Tu ne pouvais oublier tout ce qui s'était déroulé il y a quelques heures. Tu ne pouvais tout simplement pas oublier cela. Tu serrais de nouveau le contenant de l'objet qu'ILS convoitaient, presque comme si cet objet avait bien plus de valeur que ta vie. Il pleuvait. Il faisait froid. Et tu tremblais. Pas de froid. Tu posas ta tête contre cette caisse, en y laissant déverser toi aussi un peu de fluide le long du coffre, accompagnant les gouttelettes d'eau dans leur course à l'attraction terrestre. Toi aussi tu te devais d'honorer cette caissette de sécrétions, vu que ton père y laissa son sang...

<< Père... >>


<< Viens ici. >>

Une voix enjouée appelait une petite fille. Et elle, elle y avança, non, elle y accourra. Comme d'habitude, les autres enfants jouaient à des choses qui ne l'intéressaient pas plus que cela. Elle ne leur en voulait pas. Et ils ne lui en voulaient pas. C'était ainsi la vie. Là bas, elle put discerner des poils gris se bataillant difficilement pour pouvoir avoir une place de choix sur une armature affaissée, légèrement trapu, qui laissait entrapercevoir des billes bleus entre des étincelles flamboyantes. En s'y approchant, on se rendit compte que cette armature était vivante, au vu du fait que les yeux suivirent le parcours de la jeune fille en silence. Que cette chose glissait son bras velu le long de son front pour faire disparaître quelques lueurs éblouissantes de saleté. Cette monstruosité se souleva, armé d'une pince tenant lui aussi un bout de métal rougeoyant.
La petite fille commençait de suite à se diriger en direction d'un petit local, où elle commença à enfiler un tablier assez épais, des gants, et des lunettes de sécurité. Elle sortit de suite après, mais, cette entité l'avait vu sortir, et il ne pu sortir qu'un charabia incompréhensible, preuve d'un certain agacement. Levant lentement une main gantelée, l'horrible créature pointa en direction de sa tête, ce regard bleuté toujours pointé en direction du personnage incarné par la petite fille, qui fit une mine d'effroi devant toutes ces singeries. Elle prit donc délicatement une partie de ses cheveux, pour les attacher, puis la partie restant subira le même traitement. Elle vérifia que le point d'attache était assez haut sur son crâne. Le regard bleuté finit par se reporter sur son bout de ferraille.

<< Dis! Tu veux me montrer quoi, Papa?>>

Oui, en y regardant bien un grand miroir trainant dans cet endroit de chaleur, de flamme et de création, surgissait une silhouette assez connaissable. Oui. C'était Poppy, dans son enfance. Elle était encore toute petite à l'époque. Enfin, une jeune enfant pour la populace. Elle glissa son regard en direction de la monstruosité. Et soudainement, comme un voile se retirant, nous pouvons ainsi voir ce bon Yordle, avec un petit ventre, taper le métal dans un fracas cacophonique sonnant comme une douce mélopée aux fines oreilles de la Yordle. Cet automate qui s'est bonifié sous l'appellation du mot désignant leur lien de parenté. La jeune Poppy s'avança doucement en direction de la grande personne faisant office d'autorité parentale. Elle y glissa un regard emplie d'une sensation que l'on pense perdue à la Poppy de maintenant: De l'amour. Elle contemplait ce Yordle taper le fer comme une figure caricaturale du super héros, qui pouvait absolument tout faire.

<< J'aimerai juste savoir, Poppy. Pourquoi tu ne vas pas jouer avec les autres enfants dehors? >>

La petite fille gonfla tout naturellement ses joues au questionnement, comme outrée que son paternel ne sache pas la réponse évidente. Et pourtant, et pourtant... Quand le Yordle grisé glissa ses yeux en direction de Poppy, il pouvait voir très clairement, que son regard devenait autant d'étincelles que pouvait être les coups de marteau du forgeron à chaque maltraitance du métal.  Enfin, maltraitance... Qui s'apparentait plutôt à des caresses pour Poppy. Comment un métal aussi pouvait ressentir les douces caresses alors qu'ils sont chaud, hein? Il fallait donc lui faire comprendre autrement qu'il fallait être présentable pour les caresses. Souffrir pour être beau, en quelque sorte.

<< C'est ennuyeux. Ils ne font que courir ou débattre sur des choses dont je n'y comprend rien. Je préfère largement te regarder pendant la journée plutôt que de devoir me forcer à faire quelque chose dont je ne vois pas d'intérêt. >>

La carcasse bien enrobée du Yordle se recula lentement, avant de tourner la tête en direction de cette lilliputienne. Il entrouvrit la bouche, avant de laisser ses lèvres s'étirer le long de son visage, trempant le métal dans un seau d'eau froide. On pouvait remarquer une certaine évaporation sortir de cet eau, preuve d'un refroidissement rapide du bout de métal. De sa main libre, il glissa la tranche de sa main sur ses lèvres pour les dissimuler, mais finalement... Il n'en pouvait plus. Il ne pouvait plus tenir. Il fallait que ses zygomatiques lâchèrent, et voilà qu'il se mit à rire à vive voix. On pouvait l'entendre raisonner dans tout l'atelier tellement c'était une voix forte. Il déposa la pince sur le seau, laissant le métal se refroidir et prendre la forme dont le père lui avait commandé un peu plus tôt. Le père se tourna en direction de sa fille. Il retira un gant tout en s'approchant d'elle, en faisant bien évidement attention à ne pas déceler une quelconque anomalie dans sa forge. Non? Rien? Oh... D'accord. Il posa un genou à terre pour glisser cette main non gantée dans la chevelure neige de la petite fille.

<< On dirait ta mère. Mais tu sais, c'est très important d'avoir des amis près de toi pour t'aider quand tu vas mal. Pour s'amuser ensemble, ou discuter de choses plaisantes. Et si tes petits camarades ne semblent pas intéressés... Et bien essaie avec d'autre. Je parie qu'en plus, avec ta petite bouille, il y a un garçon qui craque pour toi et t'écoutera! Héhé. >>

Toujours la petite phrase pour rebondir, ce cher Blomgrun . Ce n'était pas son père pour rien. Elle glissa ses mains sur le torse de son pôpa pour pouvoir le pousser de sa force microsc- Ah non... Elle le fit tomber sur le fesses quand même. Il fallait se faire à l'idée mon cher Blomgrun, votre fille a hérité d'une constitution et d'une force physique sortant de l'ordinaire pour un Yordle lambda, et il ne fallait pas la sous-estimer. Comme le grand venez de le faire. Cependant, il en riait, parce qu'il voyait sa petite pucette croiser les bras, en grognant un petit peu. C'en était presque mignon, tiens.

<< Tu es nul Papa. >> *Un moment de pause* << ... J'essaierai. >>

Le père se redressa sur ses jambes. Rien de cassé. Juste de la surprise. Le père posa son regard sur le petit joyau qu'était sa fille, avant de remettre son gant, et de se retourner.

<< Bon ma chérie. Je vais te montrer comment on fait pour incruster une pierre précieuse dans l'armature. >>

La lueur dans le regard de la petite fille s'étincela, comme les fines lumières qui ont fait penser à son nom envers le grand forgeron. Il en souriait.


<< ... Mais tu n'es plus là... >>

Tu relevas rapidement la tête en direction du ciel sombre, encore sous l'émotion. Mais lentement. Mais sûrement... Tu te calmas petit à petit, laissant tes muscles se détendre au fil de ta respiration, laissant ton cœur reprendre un rythme cardiaque convenable. Ce souvenir trottait encore dans ta tête en ce moment, mais tout était moins brouillon, tout était bien plus clair maintenant. Plus rien n'était brouillant, ou virevoltait autour de toi à une vitesse hallucinante. Tu retrouvais peu à peu tes capacités, puis tu inspiras une grande bouffée d'air humide. Tu n'étais pas encore très fraiche mentalement, mais ce minimum te permit de pouvoir te redresser sur tes deux jambes, la caissette contre toi. Ton regard ne lâchait absolument pas le ciel nuageux, quitte à recevoir des gouttes dans les yeux. Car oui... Tu sentais aussi cette sensation de tomber indéfiniment sans savoir le bout, comme une goutte en suspension attendant patiemment de s'écraser au sol, comme aurait fait un kamikaze. Ton toi intérieur n'était que nuage sombre et pluie, actuellement. Et rien d'autre. Et sans aucune animation, c'était... Triste? Tu restas ébahie un instant devant cette pluie, avant de secouer la tête. Tu avais autre chose à faire, tu te devais de faire autre chose. Tuledevais... Tuledevais... Tuledevais...
Une fois la rêverie finie, tu essuyais d'un geste vif tes yeux d'un mouvement de gauche à droite de ton avant-bras, avant de poser tes yeux sur ce qui te semblait être une statue. Tu y fronças légèrement les sourcils, inspirant. Tu balayas la fatigue, tu balayas les cris de détresse de ton corps, tu ignoras toutes sensations. Il était grand temps pour toi de reprendre la route. Il suffit! Pas la peine d'avoir des larmes. Cela ne le ramènera pas, et cela ne servira aucunement à finir la tâche que vous deviez accomplir, dont maintenant tu étais seule. A cette statue, tu lui jetas un regard sur. Tu avais peut-être peur, et cette peur était naturelle, il ne fallait pas pour autant la refouler. Cependant, tu avanceras, avec ou sans cette peur. Tu levas le poing d'une main assurée.

<< Je promets que je finirai cette tâche! Pour que son esprit soit de nouveau en paix! >>

Tu y poussas même un grognement rageur. C'était typiquement de l'auto-motivation. Il t'en fallait. Tu n'étais pas soldat. Ni chez les canonniers, ni chez les scouts de Bandle, ni membre de l'unité aérienne qui... Était récente, si ta mémoire ne te jouait pas des tours. Tu te devais pourtant de faire face à la difficulté. Les yordles ont tous cette petite folie, et cette Gargouille fit les frais de sa détermination outrepassant la moyenne, ce regard empli d'une volonté naissante, désirant de prendre de l'ampleur. C'était de la pure folie, ce que tu avais fait, et pourtant, tu ne regrettes aucunement d'avoir continué en direction de Démacia. Qu'importe les conséquences. Cette sordide affirmation te faisait aller de l'avant. Il ne fallait que cela. Alors tu te détournas de cette gargouille. Tes tremblements avaient disparus, et les nuages commencèrent à manquer de ressources en eau. Tu avanças, triomphante, en direction de ta destination, c'est à dire la résidence de Berell.
Ce que tu ne savais pas, c'est que tu touchas la gargouille. Mais ça, c'était une autre histoire.


<< Monsieur Berell. Une dénommée "Poppy" vient de venir pour donner la commande. Elle dit venir de la part de Blomgrun.>>

L'homme, qui était penché à la recherche de la perfection sanitaire de son arme, semblait comme avoir un déclic quand à l'appellation du mot "commande" , ainsi que du dernier nom. L'être humain à la grande taille se leva de sa tâche, pour poser son regard sur le serviteur.

<< Faites la rentrer dans mes quartiers. Qu'aucun mal ne lui soit fait. >>
<< Bien monsieur. >>

L'individu qualifié d'exécutant s'inclina respectueusement avant de se retourner une fois hors de la portée de l'Homme, puis se tourna pour aller quérir la jeune femme. Le général démacien le regarda partir, avant de glisser son regard en direction d'un mannequin, où est posé sa brillante et ruisselante armure aux couleurs de sa Patrie. Il la contempla, l'admira longuement. On remarqua d'ailleurs que son mannequin n'a pas de casque. Enfin, de heaume. Il se souvenait avoir demandé au Yordle le plus talentueux de Bandle de concevoir l'un des meilleurs casque qu'il ne pourrait jamais avoir, en y mettant bien évidemment le prix à la tâche. Alors oui, il avait hâte d'avoir enfin sa commande. Cela commençait à faire deux semaines, quand même. Une forge classique aurait surement accéléré le pas, mais... Ce serait plutôt pour faire gage de qualité envers son imposante stature, non? Ou alors à cause du trajet? C'est vrai que de leur cité mystérieuse nommée Bandle City et Démacia, il y avait une très longue trotte. Il entendit des bruits de pas dans le couloir, alors il se retourna lentement en direction de la porte. Il se devait d'être présentable. Il toussote, raclant un peu sa gorge. Il reste debout, à côté du mannequin, attendant juste patiemment que l'on arrive à lui. Et là...
Il la vit. Poppy.
Ses yeux se posèrent sur toi, comme pour d'abord faire une analyse, s'attardant un instant sur tes couettes sales, ta mine qui ferait même peur au maître de l'épouvante lui-même, tes yeux rongés par la peine et la tristesse.

<< ... Bonsoir monsieur Berell. >>

Il entendit ta voix cassée, presque éteinte sous tes hurlement incessants en trajet pour pouvoir te contenir un minimum devant cette personnalité importante. Quand il scruta plus vivement la cotte de maille que tu avais, il vit entre deux mailles des gouttelettes de sang, qui ne sont pas partis sous la pluie. Il passa de la sympathie à l'inquiétude, à l'incompréhension.

<< Mais... Que s'est il passé? >>
<< Une... Longue histoire, monsieur Berell. >>

L'humain soupira légèrement, avant de faire un signe du plat de la main en direction de la chaise. Il n'y eu pas une seconde d'hésitation, et l'apprentie forgeronne alla s'installer tranquillement sur la chaise. Tu t'étiras les jambes, enfin satisfaite de ne plus avoir à supporter ton propre poids. Tu clos doucement tes paupières. Tu méritais du repos, soyez en sur. Mais... Actuellement, tu ne pouvais pas pour l'instant. Il fallait que tu donnes cette commande, c'est tout ce qu'il fallait. Tu posas tes mains sur le contenant de cette fameuse commande, puis, lentement, tu l'ouvris, pour montrer à ce Démacien la merveille que fut la pièce d'armure. Florin semblait avoir des yeux qui pétillaient tout en s'approchant. Tu lui tendis ce chef d'œuvre de tes mains tremblantes sous la fatigue... Ou l'émotion que sais-je? Il le saisit avec délicatesse, comme un gentleman qui se respectait le ferait en apposant ses mains sur le corps de la femme qu'il convoite. Il caressa un instant cette pièce d'une francture exceptionnelle, avant de s'attarder au joyau incrusté au niveau de la visière. A cette vue, tu ne pus qu'étirer un mince sourire. Tu as surement trop forcé sur tes larmes et tes pleurs.

Et, sans prévenir, tu commenças à lui sortir ce qui s'était passé. Vous étiez heureux, pourtant. Encore une fois, ton père te taquinait sur ton manque de prétendant, dont tu répondais posément que tu ne voulais pas n'importe quel sot à tes côtés. Que tu voulais un être dont tu pouvais faire confiance, et dont sa compagnie pourrait être aussi ardent que le coeur d'un volcan. Tu te souvenais qu'il riait à ce moment là. Tu avais traversé avec lui la grande barrière sans soucis, passant par cette grande mer de sable qu'était Shurima, passant par la grande barrière par les différents sentiers sinueux. Tu te souvenais être fatiguée à chaque pause, mais que tu avais envie de repartir de plus belle avec lui. La forge te manquait, mais tu voulais montrer à cet humain ton talent incroyable en matière d'incrustage de pierres. Seulement... Seulement...

Et même là, tu en versas encore une larme en lui disant.

Lors d'une pause à la frontière, deux personnes apparurent surnoisement. Ton père avait juste eu le temps d'empoigner son marteau et de te donner la commande, avec comme unique instruction de fuir... Et c'était surement la dernière fois que tu allais l'entendre. Paniquée? Oui, tu l'étais, mais tu te hâtas pour être loin de tout ça, et pourtant, il fallut que tu tournes la tête à cet instant. A ce moment, où tu reçus quelque chose sur toi. Quelque chose de liquide. Et tu entendis un râle, son râle. Son dernier soupir. Un glas bruyant. Tu arquas les sourcils sous l'horreur. Public, je vous laisse imaginer un corps sans tête, digne d'être cavalier. Peur... Oui, tu avais peur, et c'était pour cela qu'après un bon coup de poing en pleine face, alors qu'ils s'occupèrent de chercher dans votre campement, tu en profitas pour t'enfuir. Et encore maintenant, tu ne savais pas comment tu avais pu semer. La pluie sans doute, qui avait effacé les traces et les odeurs.

Tu finis par lever tes yeux en direction de cet homme. Tu ne le voyais pas si bouleversé que ça. Après tout, c'était un guerrier, un combattant, un soldat. Tu savais qu'il ressentait la peur à tout va, et que c'en était devenu une routine. Et quelle routine. Tu le vis clôre ses paupières, avant de mettre l'oeuvre sur un mannequin, avant de prendre une bourse sur la commode. Tu déglutis lentement en voyant cette bourse, ce qui te fit dire.

<< Je... Vous laisse le casque gratuitement, monsieur Berell. >>
<< Et pourquoi donc? >>

Il te vit avoir ce regard, ce regard dur et ferme, mais aussi racollé par des petits morceaux se cassant en miettes. Quelque chose en toi était mort. Cependant, tu appuyas sur les restes avec détermination.

<< ... Une vie est une chose que l'on ne peut acheter monsieur Berell. Sachez le. Sachez qu'il a mis sa vie en jeu pour pouvoir accomplir la tâche qui l'incombait. Par contre, ce que vous pouvez faire, c'est d'accepter ses dernières volontés en conservant ce casque. >>

Après ce petit monologue qui fit écarquiller les yeux de ton interlocuteur. Alors? Surpris de voir que tu n'étais pas si étroite d'esprit? Surpris de voir que tu arrivais à lui tenir tête? Surpris de... Ne pas... Vascil-

Et tu étais écroulée sur la chaise, exténuée. Tu n'en pouvais plus. Tu respirais encore, mais tu ne pouvais plus bouger. Tu étais détendue maintenant, la tâche était finie. Tu savais qu'il allait accepter le casque, qu'importe les conditions. D'ailleurs, ça a du l'arranger que ce soit gratuit. Seulement, il te rendit ce dette. Tu te souviens juste d'une main qui se posait sur toi et...


<< Dame Poppy? Réveillez vous... >>
<< Hmmmm... >>
<< ... Dame Poppy.... >>
<< Grmbl... >>
<< ... LE PRINCE JARVAN LIGHSHIELD LE QUATRIEME, EXEMPLE DE DEMACIA EST A L'ENTREE ET VOUS ATTEND! >>

Ce bruit, cette voix, te fit te sursauter de ta chaise, levant limite les bras. Plus de surprise qu'autre chose... Et heureusement que tu étais contre un mur, t'aurais basculée en arrière. Tu te frottas un oeil, lourdement. Tu... Avais dormi combien de temps? Tu ne le savais pas, mais tu espérais que cela ne se reproduise plus. Tu ne te souvenais plus de ce rêve, mais quelque chose est sur...

<< ... De quoi? Le Prince est là? Ce n'est pas son genre de venir à l'improviste comme ça. >>

Non, tu n'étais pas plus affolée que cela de faire poireauter le prince, alors que tu savais pertinement que cela ne se faisait pas. Bon sang, être aussi au taquet après un réveil comme cela, c'est assez affolant. Et pour toi, dans l'état des choses, tu n'étais pas pleine d'énergie pour l'instant.

<< Veuillez m'excuser. Je pensais que c'était le seul moyen de vous réveiller. Vous sembliez cauchemarder. >>
<< ... Je me disais aussi. >>
<< ... Vous avez une larme à la joue gauche.>>

Tu clignas des yeux à la Yordle en face de toi, avant de te frotter d'un geste rapide cette unique larme qui avait perlé jusqu'au milieu de cette joue. Tu soupiras longuement, avant de reporter ton regard vers ce qu'elle avait dans les mains.

<< Encore des papiers je suppose, Tya. >> Déclaras-tu de ton son monotone habituel, semblant n'avoir ni début, ni but, ni fin.
<< Oui. Votre emploi du temps sera encore rempli aujourd'hui. >>

Tu hochas silencieusement la tête en la laissant déposer les papiers sur le bureau. Tu en étiras un très mince sourire, en la laissant partir de ton bureau, refermant tranquillement la porte.

<< ... Vous voulez que je vous ramène une couette et un or- >>
<< File plutôt de dire n'importe quoi. >>

A nouveau tu soupiras devant l'espièglerie de ta secrétaire. Tu posas ta tête contre le dossier de ta chaise, avant de regarder par la fenêtre. C'était ça ton destin? Être ambassadrice Yordle à cause de cet événement? Boarf. Ce n'est pas que tu t'en fichais, tu en étais même très fière. Et tu sais qu'au fond, lui aussi en serait fier, de là où il était. Tu inspiras, avant d'afficher un plus grand sourire.

Allez! Ton travail ne pouvait attendre. Tu ne pouvais que remercier ces humains à avoir donné un petit souffle à ce tournant maussade de ta vie.

Vous ?

› Prénom ou pseudo › Vahnyard
› Age › La vingtaine
› Métier/Études › Confidentiel
› Passion ? › Enchanter de nombreuses personnes avec ma plume
› Double compte ? › Absolument pas
› Autre chose ? › Je me permets de déclarer ce fait: https://www.youtube.com/watch?v=Jc_W0qts7bU Voilà. Une chèvre qui chante, cey la classe.

© A-Lice | Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : ... =)


MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Mar 12 Mai - 11:17
Bienvenue, bon courage pour ta fiche ^^ Pense à laisser un petit message lorsqu'elle sera finit =)


Une rose de Zyra petit coeur
Une rose de Fizz petit coeur


« By the power of Metal~ »
– Sona Buvelle

Carte de journaliste - Voiça:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Mar 12 Mai - 11:34
Bienvenue parmi nous ^^
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Jeu 21 Mai - 18:33
Fiddle en bon père de famille... ça vaut son pesant en cacahuètes. J'adore ce que tu as fais de lui. ♥
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Lun 25 Mai - 15:53
Mon cher Fiddle, des nouvelles de ta présentation ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Lun 25 Mai - 16:08
Je prennais un peu de temps après les examens. Je demande donc un peu de temps encore, pour pouvoir la fignoler parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Lun 29 Juin - 3:34
Nooon, tu as abandonné ton génial Fiddlesticks pour la petite Poppy ? Aurons-nous un jour la chance de revoir ton épouvantail ? Je suis ravie de voir Poppy ici mais je dois avouer que ta manière d'aborder Fiddle m'avait beaucoup plu, sans compter sur sa super famille.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Jeu 16 Juil - 23:12
Jinx: Sûrement un jour, mais je pataugeais à propos de son histoire (Et oui, j'ai mis plus de temps à faire Poppy, mais osef). Juste que pour Poppy, je savais par oùù commencer et comment le narrer. Pas Fiddle. Il reviendra peut-être, ou pas.

En tout cas, merci pour votre soutien, et j'ai fini ma fiche!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Strong independent woman ♪♫
Sivir
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Ven 17 Juil - 1:31
Bah écoute pour moi, c'est bon ^^ J'aime beaucoup comment tu écrit, c'est très agréable à lire =)

Tu as donc ta première validation, manque plus que celle de Kennou o/

PS : Ouais la flem de changer de compte ._. Po grave u_u


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : "Les yeux ne mentent jamais !"


MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé] Ven 17 Juil - 1:37
Ah, enfin j'ai l'honneur de te dire que je te valiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiide !

Après avoir enduré la sueur et la douleur, tu me laisse cette bien belle fiche. L'histoire est construite de manière intelligente, tout en gardant ton style habituel de narration. Et j'aime bien l'histoire de Poppy, racontant ta vision de sa personnalité et de ses motivations. Vraiment sympa à lire !
N'oublie pas de créer ton journal aussi !

A bientôt camarade Yordle !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Valoran will know harmony [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

Valoran will know harmony [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» [ZDoom][TC] Harmony
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Bienvenue :: Présentations :: Archives-