Roleplay FR sur l'univers de League of Legends 

Partagez|

How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Ven 20 Nov - 20:14
Je passe commande d'un thé et m'installe un instant à table, comme de coutume Vi se gave de tout ce qui est le plus sucré et gras à disposition, un petit sourire apparaît sur mes lèvres à la vue de cette manie. Je me plonge un instant dans mes pensées en me frottant les yeux, je hoche la tête silencieusement en écoutant ma partenaire, lui offrant sans doute une écoute peu digne, mais cette histoire à le don de me cisailler les neurones.
Toujours sans parler, je sors mon carnet et relis attentivement la description que Jinx à fait de son agresseur, étrangement le descriptif et cette comparaison à Jayce, me font un peu penser au docteur Crow... mais la barbe ne fait pas le moine. Je secoue la tête en marmonnant pour moi même et boit une gorgée de thé d'un geste machinal, m'enfonçant la cuillère dans l’œil et me brûlant la langue au passage.

"Aie! Et mer...ince!" Je repose la tasse brusquement sur la table, reversant un peu de liquide au passage, je fronce les sourcils et secoue mon carnet sur qui le thé à bavé du coup. "Pu..naise! Ça suffit!"

Je relève la tête face à une Vi bouche bée devant mon enchaînement de bourdes successives et sans doute aussi devant ce qui est un de mes extrêmement rares moments d'humeurs. Je cligne deux fois des yeux et joue nerveusement avec l'une de mes mèches de cheveux, avant de reprendre la parole d'un ton ferme et de nouveau maîtrisé.

"Bien... Vi! Je crois que tu es un génie! Tu as parfaitement raison, enfin ce serait parfaitement logique, depuis le début nous ne faisons que réagir à chaque actions de cet homme sans vraiment prendre le temps de nous poser et de réfléchir à ses motivations, à ses motivations profondes." Je tripote de plus en plus vite ma mèche. "Il s'en est pris à Jinx, mais que vise t'il réellement? S'il était à ce point désespéré de la tuer, il se ficherait pas mal d'être pris, et il l'aurait tué immédiatement et sans appel ni mise en scène aussi tarabiscotée, et puis à la radio il aurait été en colère, pas aussi froid, aussi déterminé. Non... ce qu'il vise depuis le début ce sont les forces de police, à travers notre plus gros échec, Jinx justement." Ma main lâche ma mèche et je fais un mouvement ample du bras avant de saisir la main de Vi d'un air excité. "Cette deuxième attaque n'a pas de sens non plus, il aurait pu venir avec un pistolet et tirer dans le cousin, l’exécution aurait été rapide et efficace, mais là il a essayé de l'étouffer, et est parti sitôt que les machines se sont misent en route, ce n'est pas logique, un homme prêt à prendre de tels risques, à montrer son visage et qui s'enfuit pourtant aux premiers bruits? Sauf si... sauf si son but était encore de nous narguer, de montrer que même dans un endroit protégé par nos soins il peu agir et faire ce que bon lui semble... mais pourquoi?" Je serre la main de ma partenaire et fronce encore les sourcils en tapotant ses doigts d'un index furieux. "On pourrait chercher parmi les criminels importants coffrés mais, je ne crois pas que ça ne nous mènerait quelque part, il essais de nous démontrer quelque-chose, il joue avec nos nerfs... Ou peut-être bien avec les miens, peut-être que c'est personnel, peut-être effectivement que c'est à moi qu'il en veut... j'ai de nombreux ennemis, mais aussi déterminés et retords... c'est nouveau."

Une idée traverse soudain mon esprit, qui ne me plaît absolument pas je cesse mes tripotages manuels et regarde ma coéquipière dans les yeux, l'air inquiet.

"Si je suis réellement la cible, et que nous avons suffisamment protégé Jinx, il pourrait s'en prendre à toi, rien de tel pour me toucher... tu vas devoir être prudente, vraiment prudente."

Je soupire et lâche Vi m'appuyant au dossier, mon épaule m'élance légèrement, mais pas autant que ma tête qui marche à plein régime. Je reporte enfin mon attention sur son visage, et l'écoute réagir à cette dernière idée... je me doute qu'elle n'a pas peur et sais se défendre seule, mais face à ce Judge je préfère mettre en marche la bonne vieille paranoïa pour éviter le moindre risque.

"Pas question de se faire avoir encore de toute manière, on doit lui tendre un piège... on va se servir de la fameuse fenêtre, c’était une super idée. On va blinder littéralement les autres accès, et laisser une seule opportunité pour passer, il ne faut pas que ça soit trop facile non, il faut un truc qui demande qu'on se donne un peu de mal, mais qui soit tout de même franchissable, que ce soit par Jinx, ou par ce type. Si elle tente de s'échapper il s'en prendra de nouveau à elle, et puis dans son état elle n'ira pas bien loin et serra facile à suivre, et dans le cas contraire, on serra aux premières loges pour le cueillir sitôt qu'il tente de pénétrer dans la chambre."

Je fais un sourire malicieux à Vi légèrement rassérénée par ce plan.

"Je te laisse superviser l'installation du piège, vu ton passé je te fais confiance pour faire quelque-chose de parfaitement crédible, de mon coté je vais continuer à faire le tour des interrogatoires et mettre la pression sur le directeur, tu passeras le bonjour de ma part à notre criminelle préféré!... heu enfin si... ça te conviens?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Mar 8 Déc - 17:35
Pâteux, et pas tout à fait assez cuit, très industriel. Typiquement de la bouffe à la chaîne. Mais le glaçage rose, surmonté de petites pépites de sucres multicolores, fondait délicieusement sur sa langue, et lui octroyait cette enivrante sensation octroyée par son estomac satisfait de l'engloutissement de cette matière grasse et sucrée. Un vrai régal.

Tout en mangeant, elle observait, assez sidérée, la maladresse chronique que semblait avoir développé la Shérif soudainement. Elle devait sans doute manquer de repos... Pas étonnant, vu comment elle en bavait ces derniers temps. Si elle-même avait un sommeil de plomb en toutes circonstances, elle craignait que Caitlyn n'ait des insomnies, en plus de la surcharge de travail, idée qui ne lui plaisait guère. Si ça n'avait tenu qu'à elle, elle l'aurait ramenée de force dans son lit.
Néanmoins, sa dernière idée semblait avoir fait mouche, et Vi pouvait observer l'esprit de Caitlyn entrer, comme bien souvent, dans une véritable ébullition devant elle.

La cogne de Piltover eut un léger mouvement de surprise en sentant Cait saisir soudainement sa main et la serrer, l'air surexcitée, et entrer dans un véritable monologue sans même qu'elle ne reprenne sa respiration. Elle en resta bouche bée, devant tant d'empressement que pouvaient avoir ses mots à s'extirper de sa bouche, le plus vite possible, sans oser l'interrompre, la laissant aller bien plus loin dans la réflexion qu'elle avait tout juste lancé.

Lorsque l'inquiétude pris le pas dans son regard, tandis qu'elle fixait sa coéquipière, la peur visible dans les yeux, celle-ci lui accorda un sourire rassurant. Elle avait suffisamment de raisons de se faire du soucis comme ça, pour ne pas qu'elle s'en rajoute en plus au sujet de sa sécurité !

"T'inquiètes poulette. Avec le nombre de vautours qui en veulent à mes miches, un de plus ou de moins changera pas l'affaire."

Elle se retint de lui frotter les cheveux. Non pas qu'elle avait intégré la moindre notion de ce qui se fait ou ne se fait pas pour éviter de tourner le Shérif en ridicule en public, mais elle était touchée par le fait que Caitlyn suggère qu'elle serait un bon moyen de s'en prendre à elle. Elle espérait d'ailleurs que la légère brûlure qu'elle ressentait au niveau de ses pommettes n'était pas visible, bien qu'elle n'eut pas pu l'affirmer...

Pendant que sa supérieure lui expliquait les subtilités de son plan, qui semblait bien manquant de punch pour la Cogne de Piltover, elle réflechissait cependant à l'idée de ce piège. Prendre son ennemi à revers, l'entourlouper, se jouer de lui... Bizarrement, toutes ces idées lui donnait surtout envie de les appliquer au fichu insecte rampant de Dr Crow qui tournait autour de Caitlyn, plus encore qu'à ce Judge C. Cependant, une idée aussi lumineuse que retorse était en train de jaillir à son esprit...

"Ok, Cupcake, on fait ça. Et puis si t'as peur qu'il s'en prenne à moi j'te propose un truc."

Elle se pencha légèrement en avant, baissant le ton de la voix, craignant d'être entendue par des oreilles indiscrètes. Heureusement, dans le brouhaha environnant, il aurait été difficile de distinguer leur conversation, mais elle prenait quand même ses précautions.

" On a qu'a faire semblant de s'engueuler, bien comme il faut, toutes les deux. Dans le pire des cas, le type se dira que c'est pas la peine de passer par moi vu qu'on peut pas se supporter.Et dans le meilleur, il tentera même de me convaincre de quitter mon job pour t'en faire baver encore plus... Et là, ça me donnera une occasion en or de le coincer "

Et l'excuse de cette dispute était toute trouvée, à son sens. Sans compter sur le fait qu'elle n'aurait pas vraiment à devoir jouer un jeu d'actrice...

"On a qu'à utiliser le pretexte du Dr Crow, et de sa manie à te harceler, pour expliquer ça", ajouta-t-elle d'un ton plein de malice, qui laissait percevoir un enthousiasme certain à cette idée.

Se disputer à propos de ce fichu boeuf collant lui semblerait si naturel, et lui donnerait la meilleure excuse du monde pour pouvoir l'insulter et déblatérer sur lui en toute liberté, et dire réellement ce qu'elle pensait de sa face de lard, sous pretexte de sa couverture. Un vrai régal.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Jeu 10 Déc - 19:19
Mon monologue a eut le mérite de me calmer, je fini avec un peu plus de sérénité, et sans m'éborgner à moitié, ma tasse de thé au goût... au goût de thé de cafétéria, soit trop fort, et presque sans autre arôme que le tanin qui se dépose comme une couche de béton sur la langue. Voyant Vi qui se penche avec des airs de conspiratrice, je suis le mouvement, intéressé par ce qu'elle peut bien avoir encore déniché dans sa merveilleuse cervelle, certaines personnes ne voit que le coté bourrin de ma partenaire, oubliant totalement que si elle est capable de démolir un mur avec ses gants, c'est aussi elle qui les a inventés.
Je hoche la tête imperceptiblement, son idée n'est pas mauvaise, diviser pour mieux régner, ou plutôt faire croire que nous sommes divisées pour mieux le coincer, ça pourrait marcher efficacement, même si l'idée de me brouiller avec Vi m'est pénible, y compris pour les besoins d'une enquête. Je tique cependant un peu sur la raison, qu'elle me propose, même si le docteur Crow s'est avéré la cause de certaines perturbations ces derniers temps, il ne mérite pas tant de haine.

"J'aime ton idée, enfin son petit coté machiavélique surtout, mais tu es sure pour le docteur Crow? Ce n'est pas un méchant homme, je sais que tu n'apprécies guère sa manière un peu… directe de me faire la cours mais il n'est pas, enfin de là à ce qu'on s'engueule..."

Je rosi comme une collégienne en parlant du médecin, même si je me suis décidé à ne plus me laisser embarquer dans son jeu, cela reste un peu gênant pour moi de parler de ma vie sentimentale, y compris à ma meilleure amie, surtout que je n'ignore pas l'avis négatif qu'elle a sur l’intéressé. Je regarde ma tasse d'un œil envieux, mais elle est vide, tout comme ma tête d'idées lumineuses pour trouver une raison de se prendre faussement le bec, je fini par capituler.

"Enfin après tout, pourquoi pas... ce n'est pas comme si c'était vrai."

Je lui fait un sourire engageant, si je ne la connaissait pas aussi bien je jurerai qu'elle jubile intérieurement. Je me lève et m'étire doucement, prenant garde à ne pas monopoliser mon bras blessé, puis nous nous remettons en route vers la chambre de la petite criminelle.
Après avoir fait toutes les vérifications nécessaires auprès des deux plantons, je reste à l’extérieur pour m'entretenir brièvement avec les infirmiers qui ont secourus Jinx tandis que ma partenaire se charge d'installer le piège, profitant que la jeune folle est endormie, assommée par les calmants. Malheureusement je n'apprends pas grand chose de nouveau, en même temps je ne m'attendais pas non plus à un miracle, je remercie les deux personnes et les laissent retourner à leur travail. Je consulte mon carnet, mettant de l'ordre dans mes notes en marmonnant pour moi même lorsqu'une voix retenti un peu trop prêt de mon oreille à mon goût, je sursaute et tombe nez à nez avec le sémillant docteur, qui semble décidément être le thème de la journée, à mon corps défendant je me met à rougir.

"Bonsoir Shérif, encore là? Je vais finir par croire que vous ne restez pas uniquement pour le travail."

"Docteur Crow... quelle surprise, je crains d'être toujours sur la même affaire..."

"Et vous ne prenez pas le temps de vous décontracter malgré cette vilaine blessure... Pourquoi ne viendriez vous pas vous accorder une minuscule pause en ma compagnie? Ce sera bon pour votre bras et votre moral, promis je ne vous enlèverai pas longtemps à votre enquête, j'ai bien compris la leçon."


L'homme se rapproche de moi un sourire accrocheur sur les lèvres, il pose une main dans mon dos et commence à me pousser gentiment vers la cafétéria, mais j'arrête son geste d'un sourire, sans pour autant m'empêcher de rosir une fois de plus.

"C'est très aimable, mais je viens déjà de m'accorder cette fameuse pause, maintenant si vous voulez bien m'excusez, j'ai encore à fai... re."

Du coin de l’œil de je vois Vi qui sort de la chambre et lance un regard noir à l’intrus, nous n'avons même pas le temps d'échanger un regard qu'elle saute littéralement sur l'occasion et sur le râble du docteur Crow avec son langage franc et coloré habituel. J'écarquille les yeux, même s'il n'est pas surprenant qu'elle ne loupe pas le coche, je trouve qu'elle y met un peu trop de cœur.

"Vi! Je disais justement au docteur que j'étais en service, tout comme lui, et il allait repartir à son travail... avec mes remerciements pour sa coopération dans l'enquête."

Si je m'attendais à une certaine violence verbale, là Vi pousse le bouchon un peu loin en menaçant physiquement le pauvre docteur Crow qui doit se demander dans quel asile de fou j'ai bien pu recruter ma partenaire. En tout cas l'homme ne manque pas de courage, car s'il a sursauté de concert avec moi au moment ou le lourd poing Hextech s'est écrasé prêt de sa tête, il reste parfaitement calme, beaucoup de malfrats ne peuvent pas se vanter d'une telle maîtrise de soi face à une Vi en colère.

"Shérif, pourriez maîtriser votre collègue? je crains qu'elle ne me confonde avec les criminels que vous poursuivez habituellement."

Je pose la main sur l'épaule de ma partenaire dans un geste que je veux apaisant. "Vi! Pas de ça, le docteur est dans notre camps... s'il te plaît."

Comme il fallait s'y attendre mon petit démon rose ne s'arrête pas, je suis tout de même embarrassé pour le médecin qui se retrouve embringué malgré lui dans notre plan tarabiscoté, et impossible de lui dire que nous jouons la comédie au risque de faire capoter toute l’opération, je le regarde, puis jette un œil sur Vi toujours fulminante.

"Docteur Crow, pourriez-vous..."

"Oui, je vais vous laisser."


Je le regarde s'éloigner d'un air désolée puis me met face à ma colérique meilleure amie. "Tu perds la tête! Tu es bien trop agressive, ce n'est pas un suspect! Et même si sa présence t'indispose je suis assez grande pour régler ce genre de ...de d'obstruction à la justice toute seule!"

Même si nous sommes toujours dans cette optique de pièce de théâtre amateur pour criminel espions, mes paroles ont des accents de vérité, j'estime qu'elle est allée un peu loin tout de même. Visiblement elle a du sentir un peu de la sincérité qui transparaissait à travers mes mots car je me reçoit un regards foudroyant qui en aurait inquiété plus d'une, quant aux paroles qui sortent de sa bouche, elles me blessent plus qu'elles ne devraient, me rappelant mes récents errements au pays des femmes rougissantes. "Je te rappelle que tu n'es pas mon chaperon Vi! Et aussi que je suis ta supérieure, j'ai certes manqué d'un peu de discernement une fois, mais ça ne te donne pas le droit de penser que je me défile! Je ne me défile jamais quand il s'agit de justice."

Une fois de plus je cligne un peu des yeux sous la puissance de l'impact mental des paroles de ma partenaire, mais curieusement cette fois je parviens à me faire une raison, le départ du protagoniste masculin de ce drame en un seul acte n'est sans doute pas étranger à mon soulagement, en revanche les plantons ne ratent pas une miette du spectacle. "Il est hors de question que je me montre malpolie, et il ne traîne pas dans mes pattes, il fait son travail, on est dans un hôpital! Et puis je fréquente qui bon me semble!"

Je croise les bras et prend un air buté, décidément moi qui pensais que ce serait difficile de se prendre le bec, je découvre que nous sommes parfaitement maîtresses de la situation, le plus jeune des deux agents en poste devant la porte de Jinx est tellement rouge à force de se concentrer sur le mur pour faire semblant de ne pas nous écouter que j'ai l'impression qu'il va exploser. "Tu es vraiment sure qu'on parle de boulot Vi? Parceque je te signale que je venais de lui dire de partir, mais que tu piques ta crise quand même!"

Avec un curieux détachement je me surprend à noter que c'est au moins la troisième fois qu'elle emploi le mots chier dans un laps de temps très court, cette réflexion aussi inutile qu'amusante ne m'empêche pas de répliquer d'un ton dur. "Contrairement à certaines personne j'estime qu'il n'est pas nécessaire de taper sur les murs ou dire des obscénités pour se faire comprendre et si tu n'étais pas arrivée comme un cheveux sur la soupe il serait parti!"

Je fais un effort surhumain pour ne pas lui courir après lorsqu'elle et s'éloigne. J'ai beau me répéter telle une litanie que tout cela est faux, je me sent mal de nous voir nous infliger cette scène, pourtant tel un diablotin sorti de sa boite quelques mots s'échappent de ma bouche, car je dois bien le reconnaître, même pour de faux, je n'aime pas ne pas avoir le dernier mot. "C'est ça part, va donc attaquer deux trois toubibs innocents!" Je fais moi aussi demi tour et commence à marcher résolument dans le sens opposé, un bruit et un tremblement dans les murs me poussent à me retourner, juste le temps de recevoir une dernière remarque au vitriol et de contempler le dos de Vi en train de malmener une énième fois le bâtiment.

"Et mer...ince!" *Au moins, si on se fait virer de la police après cette affaire, on pourra toujours se reconvertir en montant sur les planches...*

Je soupire et tripote une de mes mèches de cheveux en fronçant les sourcils, mon regards est attiré par celui des mes agents toujours en train de participer au concours de 'j'ai rien entendu' catégorie nonchalante, si je devais voter j'éliminerais le plus jeune, toujours aussi rouge, en train d'échanger un regard des plus éloquent avec une infirmière qui tiens sa tablette à pince à l'envers.
Consciente que je suis le point de mire de tout les regards, je redresse le menton et part à grand pas vers le bureau du directeur, j'ai encore deux trois petites choses à régler dans cet endroit avant de rentrer enfin chez moi au terme de cette très/trop longue nuit sans sommeil suivit d'une journée tout aussi remplie.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: A Mer 6 Jan - 9:32
Comment est-ce possible d'être SI incompétent ?!
Jinx leva les yeux au ciel, avec un petit sourire narquois aux lèvres. De devant sa porte, venaient des éclats de voix. D'un côté, celle grave, et terriblement horripilante de Vi, avec assez de jurons et de mauvaise foi pour faire trembler un Veigar de mauvaise humeur. De l'autre, le ton professionnel de Caitlyn et son petit accent si particulier, celui qui lui donne cet insupportable air hautain. Et, devant les autres flics, non loin de la criminelle qu'elles ont toujours chassé... les voilà qui se disputaient comme un vieux couple frustré. Dire que la Gâchette Folle n'avait jamais réellement eu de considération pour elles étaient un euphémisme. Mais là... elles n'avaient carrément plus de fierté, plus de dignité... plus rien. Mais bordel, comment prendre la police de Piltover au sérieux, avec de telles situations ? Jinx leva les yeux au ciel et se retourna sur le côté avec un petit grognement. Tout son corps la faisait souffrir et ce simple mouvement arrache en elle une série de couinements endoloris. Elle prit le temps de s'installer le mieux possible, en prenant en considération la plaie qui transperçait son abdomen, sa mâchoire douloureuse, ses membres bien faibles où chaque muscle était figé... sans compter sur tous les fils plantés dans sa peau qui lui transmettaient du produit, et la reliait à la machine censée prévenir si la mort la fauchait prématurément.
Mais bon, de dehors, les beuglements ne cessaient pas, et elle sentait pointer dans son petit crâne, une petite migraine assez malvenue. Jinx plissa son petit nez et humecta ses lèvres, avant de hurler à son tour.

"Mais... VOS GUEEEEEULES !!"


Sa voix sorti grinçante, faible, nasillarde et surtout, difficilement perceptible. Elle eu cependant la joie de la voir suivie d'un silence religieux, qui, même si il n'était probablement pas dû à son intervention, eu au moins le mérite d'être salvateur.
Jinx eu un petit soupir dépité et ferma les yeux. Maintenant, y'avait des flics devant la porte, ça allait être compliqué pour pouvoir se tirer... A moins que... ? Ses grands yeux roses se posèrent sur la fenêtre. Les escaliers de secours... lentement, elle bougea ses jambes sous les draps et c'est sourire aux lèvres qu'elle s’octroya quelques heures de sommeil...



Il faisait profondément nuit quand elle s'éveilla, ses orbes roses luisants légèrement dans l'obscurité. Avec une cruelle lenteur, elle se redressa, s'aidant de ses mains, sur le matelas. Avec la même précaution, elle se tourna et sorti ses jambes du lit, les posant sur le sol froid. Petite pause pour analyser les lieux... bon, à priori, elle allait devoir sortir avec le pyjama de l'hôpital... on repassera pour le look. Doucement, elle pressa sur sa peau pour retirer les aiguilles qui y étaient enfoncées et jeta le tout par terre. Quelques secondes plus tard, la machine qui relevait son rythme cardiaque se mit à sonner et son coeur, lui, s'arrêta.

"Meeerde, saloperie...."

Se mettre debout et marcher fut sûrement la plus rude épreuve. Elle chancela, s'accrochant au lit, ses jambes fines tremblant sous elle. C'était douloureux... Le chemin jusqu'à la fenêtre se révéla particulièrement long et semé de chutes, assorties de petits couinements paniqués. Les infirmiers n'allaient plus tarder... Enfin, elle s'accrocha au rebord et après moult efforts, parvint à l'ouvrir en la forçant. Quelques minutes plus tard, elle était libre, accrochée à la rambarde, ses longs cheveux se soulevant légèrement avec la brise nocturne. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres et elle ferma les yeux. Parfait...
... jusqu'à ce que le claquement métallique de quelqu'un montant les escaliers se fasse entendre. Frémissante, elle recula... mais l'ombre fut la plus rapide. Une seconde plus tard, elle était soulevée et basculée dans le vide, et c'est avec un hurlement terrifié qu'elle se retrouva sur les escaliers, un étage plus bas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Mer 3 Fév - 7:41
Pas pour de vrai, hein ? Vi accordé à sa Shérif de supérieure son plus beau sourire à ces mots, comme pour les appuyer. Il semblait que cette dernière connaissait bien mal la démone qui était en elle, au final, voilà tout ce qu’elle pouvait songer à cet instant. Quel plaisir divin que d’avoir une excuse toute faite, officielle et approuvée, pour dire enfin à cette crème d’emplâtre tout le bien qu’elle pensait de son air bovin. Son seul regret serait qu’elle lui adresserait probablement des excuses en son nom plus tard, en lui expliquant qu’il avait fallu agir pour le bien de la mission, et que ce qu’elle pourrait déblatérer sur lui n’était pas pensé… Et pourtant, foi de Vi, chaque mot à venir lui brulait déjà les lèvres, sous l’impatience de les lui lancer à la face !
Restait à mettre ce piège en place à la fenêtre. Mâchonnant un chewing-gum à la menthe, en jetant des coups d’oeils réguliers à Jinx endormie, la cogne de Piltover profita du sommeil de la criminelle pour relier l’ouverture au système d’alarme des machines qui appelaient les infirmières en cas de problème. Ainsi, si cette petite folle voulait se sauver, le policier qui surveillait la chambre l’entendrait immédiatement, de même que si quelqu’un voulait rentrer. Son esprit retors la fit également badigeonner les contours avec une sorte de peinture spéciale, qui accrochait à la peau comme une véritable sangsue, et demandait un dissolvant très spécial pour la retirer, particulièrement compliqué à se procurer.

Sa bonne humeur se mua en colère lorsqu’elle ressorti de la chambre, et aperçut la Shérif encore aux prises avec ce lamantin de carnaval. La réaction ne se fit pas attendre.

- Y a ENCORE l'autre raclure puante qui vient te coller aux baskes? Putain mais il va arrêter de nous emmerder un jour? S’écria-t-elle en sortant de ses gonds, se dirigeant à grandes enjambées vers les deux protagonistes.

Caitlyn eut bien entendu l’air choqué, et tenta de la calmer. Mais ce n’était que le meilleur pretexte pour mettre leur plan à exécution, et de toute façon, Vi, n’avait aucune intention de calmer le jeu, en rogne de voir cet insecte lamentable tourner autour de Cait. Elle tenta de trouver des justifications à leur petite discussion, que Vi n’écouta pas le moindre instant, et se contenta de balancer violemment son poing dans le mur, juste à côté du visage du Dr Crow. Le plâtre se fissura, donnant une bonne idée de ce qui pourrait arriver au nez de l’homme si Vi décidait cesser de viser à côté de lui.

- Et alors? S'il te fait perdre du temps à te harceler tout le temps, il entrave la justice aussi, et perso j'en ai ras le bol de le voir toujours te tourner autour. Alors qu'il retourne s'occuper de ses affaires, ou je l'y ramène moi même!

Il ne tarda pas à filer la queue entre les jambes, après demande de la shérif. Nul doute qu’il n’aurait de toute façon pas voulu rester longtemps face à une Vi en colère, même s’il tentait de montrer une attitude calme, elle lui aurait volontiers enlevé ce petit air supérieur de sa face de rat. La suite était plus compliquée pour elle, cela dit. Autant s’énerver sur ce fichu type était un plaisir, autant se mettre à menacer Caitlyn et être blessante était bien plus coûteux pour elle, malgré sa colère. Néanmoins, elle devait faire en sorte d’être entendue par le plus de monde possible, et jouer cette comédie de guerre assez longtemps pour attirer l’œil et l’oreille de leur suspect. Aussi, elle la foudroya du regard, les poings serrés.

- Assez grande? Tu l'es surtout pour te laisser entraîner comme une gamine dès qu'il te propose de t'emmener quelque part! Faut que je sois toujours derrière ton dos pour pas que tu te défiles dès qu'il est dans le coin?

Elle pouvait voir dans le regard de Caitlyn, qu’elle commençait à se sentir menacée par sa partenaire. Néanmoins, ce n’était pas leur première dispute, et même si leurs rapports étaient bien meilleurs qu’à leurs débuts, probablement pas la dernière. Elle savait la Shérif capable d’encaisser bien pire.

- Alors montre le putain, et arrête de te conduire comme une gamine avec ce mec! Il sort de nul part, et il traîne dans tes pattes tout le temps. Envoie le chier!

L’argument des fréquentations libres que pouvait avoir Caitlyn l’énerva pour de bon. Plus de simulation, cette fois, son visage se crispa, et ses yeux étaient chargés d’une colère et d’une douleur sourde. Caitlyn était celle qui l’avait sortie de son ancienne vie, et sa seule véritable amie. Qu’elle la laisse au profit du premier venu, et elle se retrouverait seule.

- Pendant ton boulot? Fréquentes qui tu veux quand tu bosses pas, mais je me fais pas chier à traquer ces putains d'enculés pour que t'en ai rien à foutre et que tu te casses avec le premier coureur de jupon qui passe.

Sa réponse frappa en plein dans le mile, et Vi craignit soudainement que Caitlyn n'ait repéré que ses mots dépassaient la simple simulation de leur dispute. Elle se mordit la joue pour ne pas péter un plomb pour de bon.

- J'en ai MARRE qu'il soit tout le temps en train de faire chier. Vu qu'apparemment quand tu lui dis ça suffit pas, alors j'essaye d'être plus convaincante!

Caitlyn surénchérissant avec sa capacité à se débrouiller seule, Vi souffla avec agacement. Ca avait beau être parfaitement le but recherché, de simuler qu’elles cessent de travailler conjointement pour attirer leur homme à ce qu’il tente de mettre Vi de son côté, ça n’en restait pas moins douloureux.

- Ouais, pour revenir au bout de cinq minutes, mais qu’ apparemment, t'as pas besoin de moi. Bah démerde-toi !

Elle s’éloigna, grinçant entre ses dents. La dernière remarque de Caitlyn, cependant, l’acheva. Elle balança violemment son poing dans le mur, ébranlant toute la structure, en criant, de façon parfaitement audible.

- C'est ça que tu penses de moi, Cait? Tu sais quoi? j'sais même pas pourquoi je me fais chier à bosser pour toi vu que t'as l'air de préférer "prendre le thé"

Ses derniers mots avaient été appuyés en caricaturant l’accent de Caitlyn, d’un air le plus méprisant possible. En rogne, elle sorti de l’hôpital, prenant la direction de rentrer chez elle, prête à massacrer n’importe qui qui se permettrait de la déranger sur le chemin.
Personne ne prit ce risque, heureusement. Elle parvint à se poser sans encombre dans son canapé, le sang encore chaud, mais un peu calmée par sa marche. Elle devait faire la part des choses… Cette dispute était volontaire, et simulée. Même si les mots étaient rudes, elle savait que Caitlyn comptait sur elle, et pour elle. Commencer à douter serait la pire des choses à faire, face à un ennemi qui cherchait déjà visiblement à les attaquer de l’intérieur.

Pour achever de se calmer et réflechir tranquillement, elle passa un peu de temps à bidouiller ses gants Hextech, pour les améliorer et les entretenir. Dans ces moments là, elle se sentait utile, capable, et détendue. Plus le temps passait, plus la colère faisant place à une certaine tristesse, et une peur d’avoir réellement blessé sa partenaire. Rester ainsi n’était pas une solution envisageable, car cela ébranlerait trop leur confiance commune. Même si Caitlyn savait que la dispute était prévue d’avance, Vi tenait à lui rappeler en face.

Aussi, en fin d’après midi, elle quitta finalement son petit atelier, pour se diriger vers chez Caitlyn, s’arrêtant au passage pour prendre de la nourriture Ionienne à emporter, et lui ramener. Elle vérifia soigneusement, sur le chemin, qu’elle n’était pas suivie. Caitlyn n’avait pas encore terminé son service à cette heure là, et devait toujours être à l’hôpital, mais elle préférait partir ainsi en avance, pour limiter les chances que l’homme qu’elles recherchaient ne soit en train de la surveiller.  Et se contenta de s’adosser contre le mur, à côté de sa porte, attendant patiemment qu’elle rentre chez elle.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Sam 6 Fév - 13:00
Je finis mon travail à l’hôpital assez rapidement après notre petite scène de ménage, les nerfs en pelotes me tiennent lieux de stimulant et je règle tous ce que je pensais nécessaire en un temps records. J’hésite un moment à repasser au commissariat central pour parachever un peu de paperasse pendant que je suis motivée, il y en a toujours qui traîne après tout, mais je me retiens et préfère prendre le chemin de ma maison car je dois absolument m'accorder quelques heures de sommeil si je veux être opérationnelle.
La marche dans les rues de ma ville bien aimée me rassérène, pourtant je ne cesse de repasser dans ma tête la fameuse scène de la dispute, au lieu de songer au milles et une manières de mettre le reste de notre plan à exécution, à croire que la capture d'un criminel cinglé n'est rien à côté du moindre accros risquant de se glisser entre ma partenaire et moi. La tête baissée je donnerai volontiers un coup dans un détritus quelconque s'il y en avait un dans ma rue, mais curieusement depuis que j'ai acheté ce petit pavillon coincé entre deux immeubles, le service de la voirie fait beaucoup de zèle dans ce quartier pourtant relativement populaire.
D'un geste machinal je prend la liasse de courrier qui déborde en partie de ma boite aux lettres puis ouvre le portillon de la clôture en fer envahit par la glycine, un jour il faudra que je songe à la tailler, mais je ne trouve jamais le temps pour m'occuper des quelques pauvres mètres carrés de jardin qui forment le tampon entre la civilisation et mon chez moi. Je relève la tête et pousse un petit soupir de soulagement en voyant que j'ai de la visite, appuyée contre le mur sur la dernière des quatre marches de mon porche, Vi patiente tranquillement.

"Salut petit démon rose, tu viens 'prendre le thé' chez la vilaine shérif? Contente de te voir, je n'ai pas aimé qu'on se quitte comme ça... même si c'était prévu."

J'ai volontairement accentuée mon accent et lui sourit, un peu timidement peut être, mon humour ravageur ayant déjà prouvé qu'il ne marche vraiment pas à tous les coups. Mon nez hume avec plaisir et envie une odeur familière, je remarque alors le sac en papier huilé qui doit contenir de quoi rassasier nos estomacs de cette nourriture ionienne dont nous usons et abusons régulièrement. Je désigne les plats et mon sourire s'agrandit, pendant que j'ouvre la porte et l'invite à entrer.

"Là tu me fais doublement plaisir Vi, je n'ai même pas pensée à prendre un truc a grignoter et mon garde mangé doit être vide pour changer..."

Je laisse mon amie prendre ses aises, elle connaît cette maison presque aussi bien que la sienne, de mon côté je pose clefs, fusil, chapeau, et bottes, puis sort deux assiettes, deux verres, et deux bières à peu prêt fraîches et dispose le tout sur la table basse, m'asseyant avec plaisir sur les coussins moelleux de mon canapé après avoir délicatement poussé le dernier venu dans la maison, un ours blanc en peluche cadeau de mon invité lors de ma récente convalescence.

Le reste de la soirée c'était déroulée sans encombres, finissant de nous rassurer sur l'état de notre relation et j'avais donc pu m'endormir comme un bébé après un long bain décontractant. Ce qui fait que j'étais particulièrement loin au pays des songes lorsque des coups redoublés à ma porte me signalèrent la présence d'une jeune recrue venue me prévenir qu'un nouvel incident c'était déroulé à l'hôpital. Après m'être passée de l'eau sur le visage et habillée à la va vite, nous rejoignîmes les officiers de garde prêt de la chambre de Jinx, je soupirais en pensant que je passais décidément bien trop de temps dans cet endroit ces derniers temps.

"Bonsoir officiers, faites moi un premier rapport circonstancié voulez-vous?"

"Bonsoir Shérif, Voilà nous étions de garde lorsque nous avons entendus les alarmes de la chambre biper, on est entré avec une infirmière. Jinx n'était plus dans son lit, elle avait joué la fille de l'air par la fenêtre, on est donc sorti sur l'escalier de secours nous aussi et elle... était en train de se faire agresser par un homme. On a pensé que c'était le fameux Judge, on s'est précipité pour le coincer en alertant les collègues que vous aviez postés en bas, mais il a prit la fuite et on a pas réussi à l'avoir, Hans à tiré deux coups de feu mais c'était sûrement dans le vide, au final on a remonté la fille dans la chambre et on vous a fait prévenir."

Je hoche en silence, pestant un peu à l'idée que nous n'ayons pas pu choper ce salopard malgré les précautions supplémentaires.

"Vous allez quadriller la zone en bas pour voir s'il n'est effectivement pas blessé, au cas ou Hans aurait eut de la chance."

Je remarque alors que le jeune policier à des marques de peinture rose sur les avant bras et les mains, je suis sur le point de lui poser une question à ce sujet lorsque les pas 'discrets' de ma partenaire annoncent son entrée imminente.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Quel dommage... J'ai deux poings, et vous n'avez qu'un nez


MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Sam 5 Mar - 16:23

How's your care

box, now ?

Vi  -  Caitlyn -  Jinx


L'attente ne fut pas très longue, devant la porte de la shérif, mais ces quelques minutes lui suffisaient à se retourner la tête dans tous les sens. Elle craignait d'être allée trop loin dans la violence, de ses gestes et de ses propos. Et surtout, elle ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir, car aussi prévue qu'ai été la dispute, elle avait le sentiment qu'elle n'avait pas eu tant à simuler que ça pour lui cracher des horreurs au visage. Sans s'en apercevoir, elle avait accumulé des ressentis toutes ces dernières semaines, du stress, qui s'était violemment relâché d'un coup. Ce n'était pas la première fois qu'elles avaient des accrocs, mais à chaque fois, Vi s'en voulait autant d'avoir blessé sa partenaire.

Mais cette dernière, en arrivant, ne semblait pas lui en vouloir, ou du moins, paraissait contente de la voir. Vi lui fit un grand sourire en retour, soulagée de la retrouver en bonne forme, même si elle avait l'air épuisée. Evidemment. Elle reprenait bien trop vite le travail après ce qui lui avait été fait, et à cette pensée, Vi se promit d'enfoncer ce Judge C, responsable de leurs malheurs, tellement fort dans le sol qu'il n'y aurait même pas besoin de lui creuser de tombe.

« A ton service, Shérif ! » , lui lança-t-elle joyeusement, contente de la voir aller pas trop mal.

Une soirée tranquille, à se détendre un peu après tout ça. Elles étaient loin d'avoir terminé, et le plus complexe était à venir, mais savoir se retrouver ainsi pour passer un peu de temps ensemble était des plus précieux aux yeux de l'ancienne criminelle, dont la vie avait entièrement basculé depuis qu'elle s'était rapprochée de la shérif. Ce n'était pas la première fois qu'elle s'endormait sur son canapé, loin de là. Et ce n'était pas non plus la première fois qu'elles étaient réveillées en pleine nuit par une urgence. Un peu d'action ne lui ferait pas de mal... Mais visiblement, c'était encore à l'hôpital qu'elles allaient devoir se rendre, et en retard. Evidemment, il était hors de question pour Caitlyn de remettre ça au lendemain, malgré le repos dont elle avait clairement besoin.

Elle la laissa aller s'occuper du bla bla, restant devant la chambre un moment à surveiller. Les bras croisés, l'air fermée, ne croisant pas le regard de Caitlyn. Elle continuait à jouer sa petite comédie... Avant de finalement débouler dans la chambre, en ayant marre d'être laissée en plan dans le couloir.

De ce qu'elle pouvait voir aux tâches roses sur les avant bras du policier, la fenêtre piégée avait bien dû entrer en jeu. Un sourire sadique se dessina sur ses lèvres en voyant le jeune homme peinturluré. Pas assez pour qu'il soit le premier à être passé par là, un dommage collatéral. Mais à l'heure qu'il était, leur criminel devait être bien reconnaissable ! Avec un peu de chance, elles pourraient le retrouver de cette façon et mettre fin à cette histoire sans avoir à continuer l'escalade du faux conflit entre Caitlyn et elle...

Mais en attendant, il fallait continuer à jouer le jeu, et à laisser savoir à tout le service hospitalier et policier qu'elles étaient en grand froid, de façon à laisser la rumeur arriver jusqu'aux oreilles de notre homme. Aussi, aux questions de sa partenaire, elle se contenta de hausser les épaules et de répondre avec agressivité.

« Si t'es pas contente de la façon dont j'ai piegé la fenêtre, la prochaine fois démmerde toi  » lança-t-elle alors même qu'elle n'avait fait que me poser une simple question. « Moi j'me casse. Ca sert à rien de se ramener ici en pleine nuit pour faire un rapport, les choses auront pas bougé demain matin »

Les tires au flanc, voila qui parviendrait sûrement à être crédible pour énerver la shérif et en rajouter sur la tension entre elles. Vi espérait tout de même qu'elles ne mettraient pas longtemps à ferrer le poisson. Non pas qu'elle ne soit pas du genre à aimer chercher le conflit et l'affrontement, mais elle était inquiète pour Caitlyn, qui avait l'air épuisée et à bout de nerfs. Malgré tout, elle se força à sortir en claquant la porte derrière elle tellement fort que les gonds en tremblèrent, et à partir voir ailleurs si elle y était en n'hésitant pas à bousculer tout le monde sur son passage pour appuyer sa prétendue hargne. Ne lésinant pas sur la force qu'elle mettait en croisant fichu Dr. Crow, qui avait décidemment un don pour être toujours là ou les choses se passaient. Il avait l'air prêt à aller opérer quelqu'un en urgence, avec sa blouse médical, son filet qui retenait ses cheveux et ses gants en latex remontés jusqu'aux coudes. Tss. Si ça n'avait pas risqué de mettre la vie d'un patient en danger, Vi aurait bien poussé la comédie jusqu'à l'assommer au passage.

C'est une fois dehors, marchant dans les rues désertes de la nuit que la Cogne de Piltover commença à avoir quelques doutes. Une impression étrange. Ce Dr Crow... Décidemment, elle ne l'aimait vraiment pas, mais est ce que ce n'était qu'à cause du fait qu'il tourne autour de Caitlyn ? Il n'était pas le premier à le faire, et pourtant...
Elle resta immobile quelques instants. Crow. C. Il correspondait plus ou moins à la description que cette petite cinglée de Jinx avait fait de son agresseur. Et il portait des gants en latex, qui auraient très bien pu masquer des marques de peinture.

Etait-ce sa pure jalousie qui lui faisait tout de suite sauter à des conclusions hatives ? Elle était certaine que si elle en parlait à Caitlyn, c'est exactement ce qu'elle lui dirait. Aussi, elle souffla avec agacement, et reprit sa route, se promettant d'aller échanger quelques mots avec ce type dès le lendemain matin. Juste au cas ou...

© TALES OF RUNETERRA


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Sam 19 Mar - 19:16




Vi -  Caitlyn  -  Jinx




"Bonjour Officier Vi"

J’effectuais un bref salut d'un geste sec et en plus de du ton détaché et froid, j'employais volontairement son grade pour mettre un peu plus de distance entre nous. En effet, en dépit de la soirée que nous avions passées et qui avait permis de nous rassurer mutuellement sur l'état réel de notre relation, ce n'était pas le moment de flancher et de mettre à l'eau notre plan, quoiqu'un peu bancal peut être. Ne me laissant en apparence pas plus perturbé que ça par sa présence, je finalisais mes notes et désignais la peinture sur les bras de la recrue.

"Est-ce du au piège à la fenêtre? Vi?"

La réponse ne se fit pas attendre et fut violente, j'écarquillais les yeux, puis les plissais en voyant mon petit boulet de canon rose repartir avec autant de délicatesse qu'un éléphant sous acides dans un magasin de porcelaine, molestant au passage la pauvre porte qui décidément vivais des moments difficiles ces derniers temps. D'un claquement sec je refermais mon calepin la mine sévère et réprobatrice.

"Ce sera tout, vous pouvez disposer, je veux être prévenu sitôt que vous aurez fouillé les rues alentours, quand à Jinx, surveiller là un peu mieux! Je veux un homme dans sa chambre en permanence, visiblement nous devons employer des moyens encore plus sévères à l'encontre de cet individu.... et nettoyez votre uniforme rapidement..."

Je reparti en claquant des talons, ma dernière remarque était plutôt méchante et non justifié, mais j'avais les synapses à vifs et qui plus est cela ajoutais encore plus foi à notre petite comédie, je marmonnais dans ma barbe, relisant mes notes en suivant le sillage de mauvaise humeur laissé par Vi. Du coin de l’œil il me sembla apercevoir mon bon docteur Crowllant. La situation n'étant déjà assez compliqué comme ça, je bifurquais rapidement dans un couloir et allais m'entretenir une fois de plus avec le directeur de ce moulin à vent.

Prêt d'une semaine plus tard la situation ne c'était toujours pas vraiment arrangée, Vi et moi faisions toujours mine de ne plus nous parler et mes nerfs n'en étaient que plus tendus, les siens aussi probablement ce qui expliquait sans doute son absence de plus en plus prolongée dans le bureau que nous partagions et en ma présence d'une manière générale. Les bruits de couloirs et les chuchotement sur l'eau dans le gaz entre ma partenaire et moi allaient bon train, au moins quelque chose fonctionnait à peu prêt dans le grand désastre de ces derniers temps.
Une tasse de thé à la main, dans mon bureau rutilant, ordonné et calme: conséquences de l'absence de l'élément de folie habituel de cet endroit, je tentais de me concentrer sur les papiers provenant du conseil de Piltover concernant l'enfermement et le jugement de Jinx. La peine de mort était bien évidement requise contre la criminelle, et même si elle parvenait à se faire passer pour folle, ce qui ne faisait pas vraiment de doute dans mon esprit, elle ne s'en tirerait pas, j'étais prête à manger mon chapeau si je me trompais... et sans moutarde. Curieusement pourtant, après avoir passée tant de temps à lui courir après et avoir risquée ma carrière car elle me filait sans discontinuer entre les doigts, la nouvelle de son décès imminent me laissait surtout un goût amer dans la bouche, les journaux étalaient avec bien trop de force la vindicte populaire sur celle qui avait tant détruit cette ville. Je pouvais comprendre, mais je ne parvenais pas à approuver pour autant.
J'avalais une gorgée de thé aux épices et au rhum venant de Bigglewater, il avait avantageusement remplacé le thé aux fraises dans la liste de mes breuvages préféré, quand à mon esprit il était entièrement consacré à la prise de mon nouvel ennemi numéro Un … le Judge, je n'avais pas de nouvelles de Vi en ce qui concernait ses propres démarches, aussi je me résolue à régler deux problèmes d'un seul coup et me rendait à l’hôpital pour voir Jinx, non sans avoir laissé un petit mot sibyllin à l'encontre de ma partenaire pour le cas où elle souhaiterait se joindre à moi.

L'endroit sentait le désinfectant et le sang, je slalomais rapidement entre les gens et me présentais à la porte de la petite criminelle munie de trois cafés et d'un sac remplis de donuts frais achetés au meilleur kiosque, non loin du commissariat central... encore un coup en faveur des clichés. Je saluais rapidement les agents de faction puis celui à l'intérieur, lui faisant signe de partir tandis que je détaillais Jinx perdue dans son lit, ses grandes nattes bleus sinuant sur les draps blanc d'une bien pauvre manière.

"Bonjour Jinx, je t'ai apporté du café et des donuts, j'imagine que tu préféreras ça à la nourriture terriblement saine de l’hôpital?"

Ne lui laissant pas vraiment le loisir de refuser je déposais un gobelet en carton fumant sur la petite table qui passait pardessus le lit et ajoutais deux gros donuts au lourds, sucré et poisseux glaçage rose à paillettes bleues. Je ne savais pas quel était les goûts de la jeune femme en matière de boisson, aussi je déposait une petite quinzaine de sucres à côté du goûter improvisé et en prélevait trois pour ma propre tasse avant de m'asseoir et de remuer d'un air pensif, dans le grand fauteuil un peu passé à coté d'elle, ou je pouvais encore sentir la chaleur résiduelle du postérieur de l'agent qui avait surveillé Jinx.
Les orbes roses semblaient se demander ce qui lui valait toutes ses amabilités, je décidais de la laisser attendre un peu, finissant de touiller mon sucre tout en la détaillant. Les derniers jours n'avaient pas été tendres avec elle, mais de l'avis général, elle allait déjà beaucoup mieux, et ceci même en dépit des blessures supplémentaires que lui avait infligé la chute dans l'escalier de secours un peu auparavant. Je regardais la fenêtre anciennement piégée qui distillait la lumière blafarde d'un nouveau jour pluvieux.

"Il court toujours tu sais... Et j'ai reçu les premiers papiers pour ton jugement... Peine de mort, assurée, tous le monde semble se mettre d'accord sur ce point."

Mes yeux restaient vissés à la fenêtre que je regardais toujours sans la voir, je bu une gorgée de café brûlant et croquais un bout de donut que j'extirpais du sac encore bien remplis. Un petit soupir sortit de mes lèvres et je tournais la tête pour concentrer toute l'attention de mon regard turquoise dans celui magenta de mon interlocutrice.

"Je me demandais... envie de te venger? Et d'échapper à la corde? J'ai peut être une proposition à te faire."


© TALES OF RUNETERRA
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Dim 20 Mar - 12:55
La chute avait beau avoir été rude, elle s'en était sortie sans trop de casse. Quelques bleus, des vertiges persistants mais rien de bien dramatique. Après tout, les infirmiers l'avaient rapidement récupérée, après son envol. Pauvre petit oisillon dont le premier saut s'était terminé un étage plus bas, les ailes brisées et surtout, bien affolé. On l'avait ramassée et remise aussitôt dans sa cage, la rebranchant sur les machines qui s'étaient remises à reprendre son rythme cardiaque tranquillement, sereinement. Son corps n'en fut qu'un peu plus couvert de bandages et de pansements, faisant disparaître sa peau blanche et pastelle sous une couche épaisse puant le mercurochrome. Une vraie petite momie. Et puis la fenêtre avait été condamnée, possible à ouvrir pour quelqu'un aillant un tant soit peu de force dans les bras, impossible pour la petite criminelle dont la seule puissance était les armes à feu. Si elle ne faisait pas dans le combat au corps à corps, ce n'était pas non plus sans raisons. Enfin, on lui avait laissé un ami avec qui papoter, du moins, c'est comme cela qu'elle se le représentait. Robert -tel était son nom- ne l'entendait évidemment pas de cette manière et son mutisme eu raison du moral de la jeune fille. En plus, il ne sentait pas vraiment bon... formidable. Elle se laissa alors à nouveau sombrer dans un sommeil long, et réparateur, entrecoupé de dessins animés, puisque c'était tout ce qui lui restait. Et elle réfléchirait à sa liberté.. plus... tard...

~

Robert aillant quitté la petite chambre, il fut remplacé par un tout autre personnage. La très respectable, mais néanmoins sexy comme l'enfer, shérif. La petite criminelle la suivit du regard alors qu'elle faisait une élégante entrée dans la pièce. Mais ça sentait... ça sentait... LA NOURRITURE, LA NOURRITURE, LA NOURRITURE, LA NOURRI-

"Grmbl."

Un filet de salive serait apparu au coin de sa bouche, si elle était un personnage de dessin animé. Ca sentait le café et les pâtisseries. Contre toutes attentes, la frigide chef des flics de Piltover posait à sa portée de quoi s'offrir un petit déjeuner mémorable. Le thé dégueulasse de l'hôpital, associé aux biscottes firent un tour complet dans son estomac. Les donuts, dégoulinant de graisse et de sucre, l'appelaient à elle. Mais il ne fallait pas céder... résister... non... JINX NON.
Trop tard.
Les doigts fins capturèrent un premier délice, qui dut si rapidement enfourné que son existence même fut contestable. Elle se lécha les babines et mit fin à la vie d'un second avec la même rapidité. Bordel, celui-ci manque de l'étouffer. Aussi, elle chopa tous les sucres et les jeta dans le café, qu'elle bu pour faire passer tout ça. Puis elle en attrapa encore un qu'elle engloutit... Avant de plaquer sa main sur sa bouche, menaçant de tout rendre. DAMN IT. C'était bon, son ventre ne pouvait prendre une miette de plus. C'était l'heure d'écouter l'ennuyeuse shérif, puisqu'elle avait fait le chemin jusque ici.
Bon, dans un premier temps, la décision quand à sa peine était prévisible. Elle se demanda tout de même ce qu'elle pouvait bien foutre à l'hôpital, si elle était condamnée à mort. Ils voulaient qu'elle ai le teint rose pour la pendre en public, c'est ça ? La criminelle s'apprêtait à demander à voir sa Riven avant d'être tuée. Mais Hatlady fut plus rapide.

"Si c'est te dire où est Riven, tu peux aller te faire enculer avec du gravier."

Elle lécha ses doigts puis attrapa deux donuts de plus, avant que, Caitlyn, vexée, ne lui retire cette délicieuse nourriture. Puis se retourna dans son lit et les engloutit tout aussi rapidement. L'instant d'après, elle enlaçait son oreiller, les yeux rougit de larmes. Foutus gâteaux, ils la faisaient pleurer. A moins que ce ne soit l'image de l'Exilée, dans sa tête...

Spoiler:
 

"Tire toi, je préfère crever que tu mettes tes sales pattes sur elle. Okey ?!"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx] Mar 3 Mai - 0:03




Vi -  Caitlyn  -  Jinx




Mes paroles sont loin d'avoir eut l’effet escompté, et même le ventre plein de sucre de graisse et de café, indubitablement une technique pour l'amadouer un peu, Jinx reste Jinx, pour une fois un de mes alliés les plus précieux me fait défaut, à moins que ce ne soit juste parcequ'elle n'est pas un yordle....
Je soupire et avale une gorgée de mon propre liquide noir comme la nuit et comme la folie de la jeune femme qui se trouve étalée dans ce lit. Sa réflexion concernant ce qu'elle veut me voir faire de mon postérieur ne me fait ni chaud ni froid, je ne m'attendais pas à une attaque aussi grossière, mais enfin... j'ai déjà entendue bien pire.

*Quoique le gravier on ne me l'avait pas encore proposé, c'est toujours mon fusil qu'on me propose en guise de...*

D'un geste rapide j'ôte néanmoins le sachet avec le pauvre survivant à la gloutonnerie de la jeune fille, pendant qu'elle engloutit les derniers qu'elle a réussi à me subtiliser en me montrant le dos telle une gamine en train de manger du chocolat en cachette.

*Et c'en est une de gamine Cait, regarde là... gâchis...*"Je me fiche pas mal de ta petite copine Jinx, encore que... vu sa manière toute particulière de t'aider, elle n'est pas vraiment la bienvenue à Piltover, mais en ce moment j'ai d'autres chats à fouetter, je pensais à ce Judge qui en veut si directement à ta peau... Si tu décidais de coopérer pour aider à sa capture il n'est pas impossible que tu échappes à la corde, en tout cas je te promet de dire un mot en ta faveur.... la balle est dans ton camp... sans mauvais jeux de mots."

Je me lève et salue Jinx du chapeau, regardant le dos maigre et les grands membres fins recroquevillés en position fœtale sous le drap fin de l’hôpital. Blessée autant physiquement que mentalement il est difficile de voir dans la pauvre créature devant mes yeux la criminelle qui me filait toujours entre les pattes et avait terrorisé Piltover ces dernières années. Je soupire une fois de plus et sort de la pièce. La jeune fille semble avoir épuisée son maigre lot d'insultes pour aujourd'hui et préfère se réfugier dans un mutisme primaire, si elle veut me parler, elle sait comment me demander de toute manière.
Bobby reprend son poste à l'intérieur et je grignote du bout des lèvres le donut survivant, l'esprit encombrée par toute sorte de pensées diverses, le nez baissé sur mes chaussures je percute une épaule, renverse mon gobelet de café, et commence un triple Axel retourné en patinage sur carrelage lorsque je finis dans les bras ravi de l’inénarrable docteur Crow tout sourire.

"Shérif, j'adore votre façon de me dire bonjour, j'espère néanmoins que votre collègue n'a pas vu ça sinon je crains pour mon nez."

Rouge comme une tomate, je me dégage doucement de l'étreinte du praticien tout en marmonnant des excuses. "Vi n'est pas avec moi aujourd'hui..."

"Vraiment? Ai-je donc enfin l'occasion de pouvoir vous inviter un soir lorsque vous n'êtes pas en service?"

"Je..."

"Je vais prendre ça pour un oui, et..."

"Docteur, je vous aime bien mais ce n'est pas le...mom...ment."


Mes yeux s'arrêtent soudain sur le haut du poignet du bon docteur qui suit mon regard jusque sur la marque livide sur sa peau, je remarques d'ailleurs d'autre décolorations sur ses mains et le début de ses avant bras, un de mes sourcils se hausse et je suis déjà en train de me demander...

"Brûlures à l'eau de javel, j'ai touché un patient particulièrement contagieux et … il fallait m'assurer de ne pas être contaminé à mon tour, ne vous inquiétez pas Caitlyn, ce n'est rien."

*Imbécile paranoïaque...Cait, reprend toi! Tu as d'autres choses à faire que de te mettre à soupçonner ce type, même s'il est un peu insistant, il n'est pas bien méchant, c'est Vi qui déteint sur toi là!* "Pardonnez moi, je vous laisse Docteur, bonne soirée."

Je fais un sourire mécanique et le dépasse en trombe, sortant de cet hôpital qui me sort de plus en plus par les pores de la peau, j'ai besoin d'air, j'ai envie de voir Vi, j'ai envie d'avoir des résultats, d'en finir avec cette histoire, j'ai vraiment besoin de repos... pour une fois, que les choses redeviennent un minimum normales même si ma vie est loin d'être un exemple d'équilibre.

~~~~~~

Le lendemain une note me parviens de l'officier qui garde Jinx, celle-ci semble avoir retrouvée tout son vocabulaire pour m'envoyer sur les roses de la manière la plus imagée et colorée possible, même si je soupçonne Bobby d'avoir minimisé les choses et surtout abrégées les récriminations pour être un peu plus synthétique. Je soupire et classe l'affaire de la fille aux nattes bleus, pas d'aide à attendre de ce côté… Elle sera bientôt transféré dans le quartier haute sécurité de la prison en attendant son jugement, de ce côté je n'ai plus rien à faire qu'attendre... encore une déception.
La joue dans le creux de la main je relis pour la dixième fois il me semble le rapport sur les pièces hextech retrouvé dans l’émetteur radio pirate qui a servit au Judge pour son émission, j'ai l'impression de tourner en rond dans mes investigations.

Mon regard effleure le bureau sur ma gauche et son fauteuil vide, la fille en bleu n'a rien donné, il ne me reste plus qu'à espérer après la fille en rose, pour le moment je n'ai jamais eue à le regretter.



© TALES OF RUNETERRA
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx]
Revenir en haut Aller en bas

How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» How's your care box, now ? [PV Caitlyn & Jinx]
» Casse-tête économique...
» Salut les buveurs de café bleu
» cartes VIP Nintendo - pour collectionner ou pour compléter des jeux - 06-2013
» [Collection Membre] Renka 1/2 : mon modeste début de collect

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Légendes de Runeterra :: Valoran :: Nord Est :: Piltover :: Autres-